Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

jeudi 15 avril 2010

DÉMON ET VIE SPIRITUELLE

LE https://lh3.googleusercontent.com/HDFifD2t6NjllSZlJcE8cNIsEB6guSZQFM5k1NJ-vM34a_JDUn-j2E6GCm2N7lWfPLkPt90zvWpoYeEb7SaLI7sVRreCguSUCL2KzMU6SnP0PXCJT80l-MYqufj2Go9i-j6pQahc1T2iSbu0e0wIkI5__3sWNrOuv_5l0A67r_G-6WzW2WYnZuDEhs_WCiM9siojH6N8zbaIz0_iiXnTdQ74MNjcFEmGAcCKyPF-ahmCI-8njK87gAogFFBDCvmYbVpORc8VEFXDKs1BQOM18Tus8JldVEI2T6ee47JPjdqbovcqeQHHthwGUco2qlSK1iAI0hNfdaYxPzSahHJlld4UO06p8NlRdo__1AyC0XQv8Taxoz_tdkVsO5Fqekp4GiQlMfuDvU85Ztm80vE1ws_R4r0YcXqiAxiBgPYFyuvAoBCCglAPdGx6jRZ95Y8Vih-dlxWg781yuOVLJPNvZZlVCW9g3NV0cLubVuLbr_De3CkgxHpq73S9FqC-twxgrsyYU7GM36b9zGWqpyQGA4Fe_lYKiCHlmalA6z4k80tI6u3-CxXJq_ScSuzRh5JSXldQQg=w95-h100-noÉMON DANS LA VIE SPIRITUELLE
.
CONFÉRENCE VIDÉO DU PÈRE SAMUEL ROUVILLOIS DE LA COMMUNAUTÉ SAINT JEAN LES CONFÉRENCES DE SAMARIE «LE DÉMON»
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/c-02Gqg-evhRcjgg0HzdT-kqy6mCd-3tAAHzZh3v97spyGxS408qaRKvS46oM2vE45XdAxHT7Amay7Wgdie-lKs-k2cli7tEifxK-EOMztQMRXaTqTDgbhz5uxi2efzEbeOG-DP4SFu62xHbmAHW3-j70srFHuci0jOe1ofY3Hm9VSFHByPZaGYrk0WyoSfRzWMuchUV931QoJeoZtEWIKQV01iKZIRwq-03xmiAn892PHL7-oOuGk-kcIDk3eN3j62oSOixuNIum_SvXed7mxccXoJnO5dESZ0ptEmkc2gVvFBrtEDtsjOHzeh1KfNKmtrpSKbl-J2HxM0S8Wm29IGLaKKfSOCQOeqzbolLwJDSa-kx1JXJQWLiDRPyot0EKpkbq1mWlzyZybKNRGAqf-EKCI3A3dsBn6gO1t4aoZZPyh42UU5sExbi9T-zKwdq7W5-W69ej4Y8BQVZuRkb0VxGRGagGpRMNrwD-z6pMoNNtryHldempNtJTe9g7VXQJ9Kejre98JyUd4N0iEwPwPKYgKDbcRsBvbOZJfOIS1AzzO6e51ros_F-sPG_7Wb2LlWPxQ=w140-h200-no

.
.
IL AGIT À LA FAÇON D’UNE LIME SOURDE… 1.
.
https://lh3.googleusercontent.com/OHmZNowRM2A4d51499NZCjciuyNZga_WP_q5B9x4iKhfDpr_9xWdH1KS55-FA8s9frRoAYJILkLVmssTyloYv5xslxVKURRp_bW9WoCPRrXmWXj7Sv7u4JjyO9ExW-f9pRH1EhsW3e36Ys2UjmUBRQt2HmiYfYQkFWLNCGVGgelyJNgnw4SKbII9fzNVjbjEj2ZIf8juXEUS6C4XiRob-3kOUWhb4sZmVJq_VUrOjumnl4Hb8hpe_q6ss4gqjoo86WT_xZj9_R8PXIwUf-3RflJr4VkANelk8agf1qDhI5Ig1RicfmSHLWtUuiGfYGgb1rWPsi8a2rkVYjGH0gyCsr0WSww64DXyOQN627JB1bXiLXxtDbwa9YqwKcgWRSFH1kdYzNP2A1fFxClyfyOtK6WAtaqZQ15A8ZJzh93E40I4_1TvEKbrQ8dnavwFAX_BfgXYuoohwXENneA7XDQAXLAGALOg3qOdUQAHjRLgn8O2ERpKiabshALiubGDq-Gh6DThPaHNsenYUNz6SzSHXiaewicEJVdOxTR1-XLrE-K5-0U2bVQ3Ahc-SOFAnFHsG-d7aA=w128-h122-noDans ce combat qu’est la vie spirituelle un autre personnage intervient : le démon. Bien que son action se déroule dans l’ombre, le regard pénétrant de SAINTE THÉRÈSE en a  discerné toute l’importance. Fréquemment elle en parle pour signaler sa présence, pour dévoiler ses ruses aux carrefours, aux passages dangereux, partout où il y a assez d’obscurité pour le dissimuler. Pour SAINTE THÉRÈSE le démon n’est pas une mystérieuse puissance malfaisante, c’est un être vivant, bien connu parce que souvent rencontré, un ennemi personnel.
.
Profitons de son expérience et de son enseignement pour étudier la nature et la puissance du démon, la fréquence de ses interventions et ses modes d’agir dans la vie spirituelle, les moyens de déceler sa présence et de combattre son action 2.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/c1xFl0lfm3mtE_vXy9gR_O5ewqHeJ6_HoSW9IsuQoXZIjsoedf6KY8mSSNiSw4V0AjIodkmokLqYzEuXv2abwWRc0cpRju42pLmHDc1xRVkF1G58xAlMaMx4W5NQKkr_b45GQVitJx0jn39TSGtfOw-p_c6xICvMMQ2oyrdYSh4__mg814gMXqihGFDmSE0fomPQWmdEX1lw8WdF6epr0XkE-x-52Rxn9GmzlffAsOmPKt-XMn83lntL8Hk7GuS6fQLKb66UzYKCvW8vM2klABmhY2GjMpcuyJA_lwgRd1dov1CeIAwxuHEc3ryeh0r-ehVGj4CXaxavnOlPSu_zkVXqSeYLE_Cq20t0Ps9AbX1D-mQbo0LlbQc-ZPZMezXmJNeOdvdtPSfdlunJ1s6N7gmJTx4-WOp4jP8TZPiBv6eqWy9q9a4Szoib0xTRxo9pcPFBVHiMg0dN1t2SBBN7U9kw5bCMMel_DM5dYNXHdXFNeK33CRarPeuqAufOs1CKXwKjOGRyfbHAp3cLQGS9Z3GJF0C1ivjdwM9_hAsOscXC0jINQzxWVXDA2kgAJZ1C2xZkSQ=w157-h200-no




A. NATURE ET PUISSANCE DES DÉMONS
.
Les démons sont des anges déchus. En même temps que le monde matériel DIEU créa les anges, purs esprits, êtres de lumière, doués d’intelligence et de volonté, en nombre incalculable, tous différents, groupés en hiérarchies, échelonnés en perfection suivant leur puissance et la lumière qui les constitue, communiquant entre eux à la façon des esprits par un simple acte de volonté. Ils formaient la cour céleste de DIEU qui les destinait à la participation de sa vie.
 .
Pour la leur faire mériter, DIEU les soumit à une épreuve dont nous ne pouvons préciser la nature. Le plus grand d’entre eux, Lucifer, fasciné par sa propre lumière, refusa de se soumettre. Il entraîna dans sa révolte une multitude d’anges, peut-être le plus grand nombre.
.
Tandis que les anges fidèles trouvaient dans leur soumission à Dieu la vision face-à-face et la béatitude éternelle, les anges révoltés, fixés dans leur attitude de révolte par la simplicité de leur nature, se trouvaient pour l’éternité dans la haine de DIEU, dans la privation du souverain Bien et de l’Amour infini.
 .
A ces anges devenus des démons et des puissances de haine DIEU donnait permission d’intervenir dans le monde. Ils pourraient ainsi contribuer providentiellement aux épreuves que devaient subir les hommes appelés à les remplacer dans la cour céleste.
.
Avec quelle puissance les démons peuvent-ils intervenir dans ce combat ? Avec la puissance de leur nature angélique qui, en ce qui la constitue essentiellement, n’a pas été diminuée par leur chute.
.
En tant que pur esprit le démon domine le monde intérieur de la matière et des sens. Il en connaît les lois et les réactions. Il peut les mettre en action et les utilise intelligemment pour ses fins. A ce titre tout ce que l’homme possède de matériel et sensible, le corps, les puissances sensibles (sensibilité, imagination, mémoire), n’échappe pas à une certaine action ou influence du démon.
.
Par contre cet ange déchu, bien que pur esprit, ne peut pas pénétrer dans les facultés de l’âme, à moins que la volonté ne les lui ouvre. Il ne pourra pas lire les pensées dans l’intelligence, ni agir directement par elles. La volonté lui sera aussi un asile inviolable et inviolé, même dans la possession, à moins qu’elle-même ne se livre à son emprise.
.
Le monde surnaturel, dans lequel on ne pénètre que par la foi amoureuse, lui est complètement fermé. Le démon a cependant une certaine connaissance de DIEU et croit malgré lui aux vérités divines qui le tourmentent. Mais les lois du monde surnaturel que seule livre l’expérience, les opérations de DIEU dans les âmes, les rapports spirituels de l’âme avec DIEU lui sont un mystère impénétrable.
.
Toutefois, au moyen d’impressions et d’images sensibles qui seront présentées à l’intelligence et à la volonté et auront normalement une influence sur leur activité, le démon pourra intervenir indirectement dans l’activité de l’âme et la vie spirituelle. L’image sensible sera parfois si subtile et le passage de l’image à l’idée si rapide que l’âme elle-même pourra s’y tromper aisément et ne pas soupçonner une intervention de l’esprit malin.
.
De même le démon pourra connaître les pensées de l’intelligence, les vouloirs et désirs de la volonté et même les mouvements surnaturels de l’âme s’il en recueille l’expression écrite ou parlée ou s’il réussit à interpréter les phénomènes sensibles qui les accompagnent 3.
.
Il ne semble pas douteux que, grâce à certains indices extérieurs et à sa pénétration merveilleuse, le démon ne puisse deviner l’orientation habituelle d’une âme au point de vue surnaturel, l’efficacité profonde des grâces qu’elle a reçues, sa puissance présente et surtout future, et conclure par conséquent à la nécessité de combattre plus violemment cette âme tandis qu’elle n’a point encore toute sa force surnaturelle et ne lui est point devenue dangereuse. C’est ainsi que le démon, ignorant probablement sa divinité, a discerné cependant la puissance singulière de JÉSUS, qu’il aborde au désert avec des tentations qui lui paraissent à la taille de son adversaire. 
.
https://lh3.googleusercontent.com/t8b7KoJHCPxbjrl5_pEOz_GL02fUYn0ytpD-9Ic30AVUH9XhO2Rt0nC6ZUlGqFLK57BY1378QZvX_wm1NBXL7KkYYFwo3cTLIFUur2ElSTW2iVcZ8iDYcHQNvr4YB-2c1f5UYCOl5CTYdYCAmaUEF-a3RakExnn2RM-jeylCCf-0h9Ez7zCK7dq3VlcSmXVfV0hXxJTH1wg8ipitcyVb7wHPjNqDbRSW3VuDMWqPCIkGS-rLUoU-9vypFhsIz1ILvwxKYzj7a-UzOWT2HKerallLq7mlpXNuwusOqikYIKGjN4FAwT3ZZsHXmu54FC0zc4whjg7IAz5V8lnlAyOTYeizOsJDfskIRDb1vabh2b9jwD4MVJZdAUVMmUKKSJbmTMO6b4X9rmWG1Rxo1WuLXlCsu3LWFDvisINn7MYZLzH37ClkvmCwTbIyeMYBleM2WBWTNhHVtA-IaGhmgmR18waidTFlhinwb2K65SBtpZKcXCKZ35p9N7QEDC3mAZiNGaMN8Ki83re7S0hCtAAJSDkl8ecL2vic2gOLL-FLzt7SiKq9ejdFDBFj0p95leOsAfwCcg=w179-h240-noSAINTE THÉRÈSE DE L’ENFANT JÉSUS dit que la maladie mystérieuse, dont elle souffrit à l’âge de neuf ans, était produite par le démon, 
.
«il voulut, dit-elle, se venger sur moi du tort que notre famille devait lui faire dans l’avenir 4.».
.
La puissance de chaque démon est proportionnée à la perfection de sa nature, et variée comme ses dons personnels. Les démons ne se présentent point comme une force hostile et uniforme, mais comme une armée redoutable certes par le nombre, plus redoutable encore par la haine intelligente de chacun des ennemis qui la composent, par les ressources multiples et la puissance différente que cette haine trouve en chacun pour son œuvre malfaisante.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/8Hp9ygdMBDn242tKOqqOX_VTxiOWDmankMrvabm29_OqDI1FQoGOrYQxw44dUkLkbmmkdROI5Sj4Z2zK8qyWkLT1KRdP7SuKjYbdPeMHO25pVtNBOoLjODmkcKWUpDkbzOr6trSv33uLk96eGryYmL8Rfl6yQLq6eZEQtYrM8JCdeSaXkS_wcKMiAjKFXBH1sq4uWnYyCF5iFJzC-ZLREX-tX22Geb5T-Skh-fl-qTrgvTMUEyrNWv1_uEli5D0o-49HZmObvLut_uS_GJst6BUMOcWZbPPpsK86W69aFo9C7tOO4jEDOOFP2sujb3TocHX7MMJEXu9Rt1feedl6-ooUwMMtrkYq4bJR1_AQ4yWQ82GYsIck3ssBM2BZ-X1sJhAnRIqaQxfvMGT7S44cXA0q0sPM2CNzhMkqcse8zLjdsM5o0jMZLzpulESwCXjoPoYw2jqAqHNBULVo--KpB52rTHISnTzlm1Qxi99CIGWvPlUMcHiQZ_6btZyQ-BDWqQZbvp0mRC4ccGto0JY7guzezW4osTMdGKOH6sCLhm_SpkFt6AsmHQtaJf8zMrsEJ3YhBQ=w144-h320-no






.
.
B. INTERVENTION DU DÉMON DANS LA VIE SPIRITUELLE
.
Parmi les paraboles dites «du royaume de DIEU» il en est une qui dévoile le rôle du démon dans la vie de l’Église et des âmes :
.
«Le royaume des Cieux, dit Notre-Seigneur, est semblable à un homme qui avait semé du bon grain dans son champ. Pendant que ses serviteurs dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie au milieu du froment et s’en alla. Quand l’herbe eut poussé et fut montée en épis, on aperçut l’ivraie. Alors les serviteurs s’approchèrent du Père de famille : 
.
«Maître, lui dirent-ils, n’est-ce pas du bon grain que vous aviez semé dans votre champ ? D’où vient donc l’ivraie ? — C’est, répondit-il, l’ennemi qui a fait cela. — Voulez-vous que nous allions l’arracher ? — Non ! répondit-il, de peur qu’avec l’ivraie vous n’arrachiez aussi le froment. Laissez croître l’un et l’autre jusqu’à la moisson. Et alors je dirais aux moissonneurs : ramassez d’abord l’ivraie et liez-la en gerbes pour la brûler. Vous recueillerez ensuite le froment et le mettrez dans mon grenier» 5.
.
En quelques mots, cette parabole nous dévoile les mœurs du démon, son activité toujours en éveil pour contrefaire l’activité divine et la détruire, son habileté à profiter de l’obscurité pour se dissimuler, la patience divine enfin qui permet à son action de se développer en même temps que l’œuvre divine de la grâce.
.
Il nous suffira de préciser les traits caractéristiques suivants :
.
https://lh3.googleusercontent.com/zofoxFf-Xsf0vRNTkGgfRL7zRoNfwYtWjPMRXFMJHBpm7XvcUZdsmBvG57w0AA_zNrLdUlO3e_FdUUSXq3PXBM7OK2GXBKIkMDwHbS5FVGL7acq0gNw4T-QGkEsu5WMrWqlaggcUdebVHZmdlxlmBx9L97JovMGu_Chi00dUbFNDA9Nk5ztgq6UqA17WNhqVR5HOzKlRn4qkOwXrCawf1B2t0Rq7CkPwsSSc3Yi0MaFG0NUkMXqKsfeiUGjCHTLh-YSJineCdlm2TA9OpiyvOPH-Y9CMlDk_X8rzzu-bDN6LtvWWREzZbs-nsa3wZiVdDNY1QWNP64Cezrt_2w-iK4IRjPT7gxb0Wz0wBSL95rX2SwgiqzKtyLROXUmjMQHnGYIpFhwsQBoK2OjKHpdPv5_uAnP3qPGDnapNGfk4qHcgPmtct_wYE5S6nPC8Ad0AY8i3ppKAkFu9NXAOs8ul5XtlHFxNgJm5ub74FIHcWldS04vFaPD5cXe-_kgY-AHzEBOFh9iMldmUdq_JbbZlKjknFBdeTzJi9e6qaO-SdzUtGp8BZLSKTVrC-0PXv05t-9qkoQ=w97-h251-no






I. FRÉQUENCE DES INTERVENTIONS DU DÉMON.
.
Chaque soir au début de Complies la sainte Église nous fait entendre l’exhortation de l’Apôtre SAINT PIERRE 6.
.
«Mes frères, veillez et priez, parce que le démon, votre ennemi, rôde autour de vous, comme un lion rugissant, cherchant une proie à dévorer».
.
L’exhortation est pressante ; elle nous est répétée chaque jour, parce que certainement la menace est constante.
 .
La haine des démons est puissante et toujours en éveil. Il est normal qu’ils usent de toutes les occasions pour entraver l’action de DIEU dans les âmes. Les ressources des démons sont variées, ils sont nombreux : personne ne peut prudemment se croire à l’abri de leurs attaques.
.
Telle est l’opinion de SAINTE THÉRÈSE, exprimée en maints passages de ses écrits. En ses ascensions spirituelles il n’est pas d’étape où elle ne les ait rencontrés et n’ait eu à les combattre. Dès les premières heures elle nous avertit :
 .
Comme l’intention du démon est toujours si perfide, il doit mettre dans chacune de ces Demeures plusieurs légions de mauvais esprits, afin d’empêcher les âmes de passer aux autres Demeures ; et comme les pauvres âmes ne le comprennent pas, il leur dresse toutes sortes d’embûches pour les tromper. Son pouvoir toutefois est moins grand vis-à-vis de celles qui sont plus rapprochées de la Demeure où habite le Roi» 7.
.
Les premières emprises divines des CINQUIÈMES DEMEURES irritent la jalousie du démon et éveillent ses craintes pour l’avenir :

«En cet état, écrit la Sainte, l’âme n’est pas tellement forte qu’elle puisse s’exposer aux dangers, comme elle le pourra après les fiançailles dont nous parlerons dans la Demeure suivante. Elle n’a eu qu’une seule entrevue avec l’Epoux ; aussi le démon ne négligera aucun effort pour la combattre et la détourner de ces fiançailles…
.
Je vous l’assure, mes filles, j’ai connu des âmes très élevées qui étaient arrivées à cet état (CINQUIÈMES DEMEURES). Or le démon, à force de ruses et de pièges les a fait tomber ; tout l’enfer se ligue pour les séduire et, comme je l’ai dit souvent, si le démon perd une seule de ces âmes, il en perd en même temps une foule d’autres, comme l’expérience le lui a prouvé» 8.
.
A partir des SIXIÈMES DEMEURES, le démon devient moins dangereux pour l’âme.
.
Lorsque dans la suite le démon la voit complètement soumise à l’Époux, il n’a plus autant d’audace vis-à-vis d’elle, car il la redoute ; d’ailleurs l’expérience lui montre que, si parfois il ose alors l’attaquer, il n’en retire que plus de confusion, et l’âme plus de profit 9.
.
Toutefois c’est bien en ces SIXIÈMES DEMEURES
que le démon s’acharne à reproduire les grâces extraordinaires, et cela avec la permission de DIEU et une grande fréquence qu’affirme SAINT JEAN DE LA CROIX.
.
Les faveurs que DIEU confère par le moyen du bon Ange, Dieu permet d’ordinaire que le démon en ait connaissance, pour qu’il s’y oppose de toutes ses forces d’après les proportions de la justice et ne puisse alléguer de son droit en prétextant qu’on ne lui permet pas de vaincre l’âme, comme il l’a dit de JOB 10. Et il en serait de la sorte si DIEU ne laissait une certaine chance de succès entre les deux adversaires, le bon Ange et le mauvais, pour la conquête de l’âme 11.
.
Les plus hautes communications divines, celles que DIEU lui-même fait à l’âme, ne saurait toutefois être connues du démon :
.
«La cause, dit le Saint, vient de ce que Sa Majesté demeure substantiellement dans l’âme, où ni le bon Ange ni le démon ne peuvent arriver à comprendre ce qui se passe, ou à connaître les communications intimes et secrètes qui ont lieu entre DIEU et l’âme» 12.
.
Ces affirmations nous montrent que les âmes qui aspirent à la perfection sont tout spécialement l’objet de ses attaques. Les pécheurs, livrés à leurs passions, lui sont une conquête plus facile ; c’est ainsi que le démon règne pacifiquement sur une foule immense d’âmes qu’il ne trouble en aucune façon. Le tiède lui est une proie aisée. Seuls les fervents échappent à son influence et c’est contre eux que s’acharne sa haine rageuse et persévérante.
.
De cet acharnement Notre-Seigneur nous donne une idée lorsqu’il dit :
.
«Lorsque l’esprit immonde est sorti d’un homme, il erre par les lieux arides, cherchant le repos, mais il n’en trouve point. Il dit alors : Je retournerai dans ma demeure d’où je suis sorti. Et revenant il la trouve inhabitée, purifiée de ce qui la souillait et ornée. Il va prendre alors sept autres esprits plus pervers que lui. Ils entrent tous ensemble dans la demeure et s’y établissent» 13.
.
Les retours offensifs du démon n’obtiennent pas toujours une pareille victoire, mais cette description de Notre-Seigneur nous dit la persévérance de ses attaques contre ceux qui l’ont vaincu et dont les progrès ne peuvent qu’augmenter la violence de sa haine.
.
L’action du démon contre les âmes soucieuses de perfection n’est point par conséquent un fait rare, réservé à l’hagiographie ; elle est normale et fréquente. Elle devient particulièrement intense.
.
Quand le démon comprend que, par ses qualités et ses pratiques de vertu, une âme est apte à monter très haut. Tout l’enfer est alors conjuré pour l’obliger à sortir du Château, assure SAINTE THÉRÈSE 14.
.
https://lh3.googleusercontent.com/RcRNMvplLDrfpF0y6Z5WtMLeZ98P4OkWSwM27gIUeehwTf5i0eqEDX59pwGVz2lb6KseWTYbK3T0TI1aq9lwmeE4u9V81lWWfywH_eTNHzm1YVS-rkNnIHuorPR4D_WhoMpRGQmRPrpuDJxPo7zl6bkdwOoD1cJVUK014PYuXPjXY_mEIkCnn-4-x5vnNTsVFrEyxGFvvHQ52l6Zp-EB9hbhaek8Hg1TWfGB485g88NplD0pWoZ3ALgtrW4ExayCOTegv5Hn4XgrSaiBtCpZtEVNXSbPGzU0ijW8UoafTQEsOPKDIyAtVHQ4-mavuD0GDKhEg0YnyIktLRWjRdX3HBd7o15UgPT9elUSmzT_vNe9W45e3kybowYc1ZkpPovholbUKXHXTKBjtgaCL9YAo2DTjo21SKEIMS1NQSFYn5GvWFbv6Btevii5HgLHC6JEY8Ce04E-Ocmn75sICuxtztPuGI0h7wQB1PeAOb6wb-KpTU0jI9zNNhGCBCP0OQibSDVloLJIZwK8Na2X8Umvuetaq0-MbeISF9RPXEcbArvL5QWjfwxTtov5vB7E7dlFBRH6LQ=w168-h200-noMais conclure de ces affirmations que les attaques du démon prendront fréquemment une forme extérieure visible serait méconnaître complètement les mœurs démoniaques. Le démon est essentiellement une puissance des ténèbres. Il travaille dans l’obscurité pour surprendre et tromper. Le succès de ses agissements auprès des âmes ferventes dépend de son habileté à dissimuler ce qu’il est et ce qu’il fait. Aussi il ne se dévoile par des signes extérieurs que lorsqu’il y est contraint pour contrefaire des charismes ou des grâces extraordinaires qu’il veut discréditer, ou encore lorsque sa haine est exaspérée par de multiples défaites, il semble abdiquer toute prudence, et, faisant tomber le masque, se montre tel qu’il est en sa rage impuissante pour effrayer encore si possible par sa seule présence. Ces manifestations sont alors le signe des victoires d’une âme, et, par conséquent, la preuve de sa sainteté 15.Ainsi s’explique l’action visible du démon dans la vie de certains saints tels que SAINTE THÉRÈSE et le CURÉ D'ARS.
.
Très rare aussi est la possession, par laquelle le démon avec la permission de DIEU, s’empare d’un corps et des facultés sensibles et y agit en maître. La volonté de l’âme reste libre, mais le corps est soustrait à son empire, au moins en certaines heures. L’Église, dans sa prudence, exige des signes certains de la présence du démon avant de procéder aux exorcismes publics destinés à lutter contre cette emprise toute spéciale 16.
.
La plupart des prétendues possessions se réduisent à une certaine action du démon sur des imaginations surexcitées, sur des facultés sensibles affaiblies par la maladie ou sur des tempéraments mélancoliques 17. Le démon peut d’autant mieux exercer sa puissance que le contrôle de la raison est plus faible en ces âmes. Faiblesse de l’âme souvent pathologique et tentation du démon sont mélangées à un point qu’il est quasi impossible de les distinguer.
.
A propos des paroles intérieures SAINTE THÉRÈSE note :
«Parfois et même souvent il peut y avoir illusion, surtout chez les personnes faibles d’imagination ou mélancoliques, je dis notablement mélancoliques. A mon avis, il n’y a pas à faire cas de ce que disent ces deux sortes de personnes, alors même qu’elles affirmeraient qu’elles voient, qu’elles entendent et qu’elles comprennent. On ne doit pas non plus les troubler en leur disant que c’est le démon qui leur parle. Il faut seulement les écouter comme des personnes malades…
.
Il faut néanmoins avoir soins de les éloigner de l’oraison, et les engager le plus possible à ne point faire cas de ces choses, car le démon a coutume de se servir de ces personnes malades pour nuire à d’autres, s’il ne peut leur nuire à elles-mêmes» 18.
.
Rares en tout temps, ces manifestations extérieures de la puissance du démon semblent moins fréquentes encore à notre époque (ce n’est pas le cas de nos jours du début de l’an 2002 avec les sextes du New Age, charismatiques etc. Note du copiste), peut-être parce que les grâces charismatiques sont moins visibles, et parce que surtout l’athéisme généralisé et l’apostasie des masses assurent au démon une domination extérieure pacifique 19. Cette paix extérieure ne doit pas nous faire oublier que dans les âmes la lutte reste âpre, quotidienne, habituellement silencieuse, contre cet ennemi qui rôde sans cesse autour de nous et qui, nous dit SAINTE THÉRÈSE, «agit à la façon d’une lime sourde» 20.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/aL270Olz7htGeKlKf2zg1iRyZgMVdS6qvtePSDp4a48bvy-_7IJzxugjXfa9GolPmS0ii_4OYA_-mOkhcazXZhiv2nf3lWlT5HFwackd9LTOgn_kzaQlM6Sc-8EHebbLQ0qbjkMYR8bPa-xr2aeUW70WoJs6y5Q-ln2ndQwRs6ztBTrDuo1otzGpXrrW0guVg3yJ-krAJ65ZOcKb7ixb1JMFwcg3AhVxY5kdoxguWEVVAIsXJQhKLs9dqOA90yNBk74OAySpj0g7WN0zSsX3RaY4h2cCGuORxBATIQl86v2hyVdtFxGYBvDi-J-TZjtfQWA5RvxGMPQDBBjqSirrub7MxVQVnbvVyI2y4e9Ygtd4POfnX7khOhwYYhqZ-v9_6obmeuhHpRtCorLo-GkRjfSXX-wTsgb84gjpH4LakT3l_UQ33bv0Y5tmBH47D6Mj2Q70y5s4jMDVJkgYu3_PKp9xugV6EorrHF7B65jZNkKSsE9SjHMzFqexMWC2Q_GYQFq1pR9lmuyjoUtTNZ20JOF7Z2vK7QLSrAaYqi8yNAg2s-iCMYgS3Y8vVu_GfJ9R7biLkg=w134-h200-no





II. MODES ET BUT DE L’ACTION DU DÉMON.
.
Le démon, notre ennemi, s’efforce de porter les âmes au mal par la tentation, de les gêner dans leur marche vers DIEU en les troublant et en les trompant.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/hX8XAefpQxFXnEEHxihMVI6tEc5BFeMtObHyLv2D6rgjhqfzyIYVoQKMHieyDEpx9ZaxIJ_C8dX8zYg6ZpxfUuONaZLyI7cg5elc_pxWkXap7g5b_tWZfdb-MA3gLZE9JNpJrt9ISNIaEygh12Ci7pg0T-jnuKN-EEfrS9DcYmLF_4IH14jhZZPO8CpWiHX7f9JwpOERHcbLcIMB2jzC4gl6V5Nhej_YbGzXqmAT5F7xhcxgeXa8kARg5YQMqIrBhTpAOYrzxAO_bAvbTuO6nb_3WIiqAEJlCt449P40mp0MKM53T7mqAB0K6itrjBh6-S8js9bziy1FUvkQZH8IDHy-1wOPFfmte6FBwIxIbwzrGgvqQG0Mreplq1_vGSrE4ndmE2yDxXlTfqjesz7G54sZn09MD3G_Dexb56_3yjgnPO_oQHQIUz8T__q7wO-1UlEe4HIrxsyLubSgcB8MVsb0Xqf8j0bA0MC--5kdRSGUx7iHLK-uEeyB1OXYGDVbnQHrWQF4hLWk6qkL8sOwT0Dk9WgRhbu__HUIA_KzL-iztrIe2BjGdkVGqsFlHErphGTYHA=w178-h240-no
.
.
.
.
.
.
.
.
.
a) LA TENTATION
.
...proprement dite est rarement l’œuvre exclusive du démon.
.
Habituellement, il utilise sa connaissance des tendances dominantes d’une âme et sa puissance sur les sens pour faire plus séduisante une image, pour provoquer une impression, augmenter une jouissance, aviver ainsi un désir, faire plus prenante et plus actuelle une sollicitation qui envahira le champ de la conscience et emportera le consentement de la volonté.
.
https://lh3.googleusercontent.com/45WhQQyZ29mc_VMIDn14EPwCiId-loX5OKlskWG5_FZou7PEv53Ec39WhkttqN43kEuzUZ8ipfpz41TAV3KI3CVjVMuBVLtRHSWr1KTgcmjIPqiKVZEA54i96Ai-PEGJL2vWhriDpRQ7PDqpem1cVm2MVo0mHcf8ACrLtKh6EJZLUIVnubNAC-ZqoQjsaZVaMrMkmjDDNRGckY-DvCFldMCRzw2H_csVIh-T7O7tArgFkmbWNW1KwOJe8QtK06pGhphyG67hQ7fkHSlDhnz2f68g-Rkwl0iitSu9UQMerxKO616EmvQ2d5K7g_3CCPLfPAJS-1zurLbNMznF47zR3wxEXPP1fZMUW-dEZvXVbQxwFcTJsSZKmPmqRXwQduB1Yak41WM1pCigexYzVxkcQbY_g3m9ZpW_TVmmkzyueD186oGNPAfUwhq0oMfjMWzuMZlYvsNbfHWnZNkVgZEwyeQGIDqMSYFiIpz7dZaoeaxeidbmg4jrqmJ5s8t05Dtp9BNeXr1lT8I4c5sU9IFy2AAhy1Rs-sBmY9XOGUc2ynKCOuJ-VM_TKTl8CP5GZyi4Ojlvzw=w189-h240-no
La sainte Écriture nous décrit la tentation de nos premiers parents au paradis terrestre. Le serpent, le plus rusé des animaux, note l’auteur inspiré, mélange la vérité et le mensonge, aiguise l’appétit des sens, nourrit l’orgueil de l’esprit, réussit à créer une certaine évidence et obtient ainsi le consentement qui consomme le péché. Les yeux s’ouvrent ensuite, mais le péché est commis 21. ADAM et ÈVE ont perdu les dons surnaturels de la grâce et les dons préternaturels d’intégrité.
.
Sous des formes diverses la tentation reste la même et le péché produit des effets semblables.
.
Mis à part les TROIS PREMIÈRES DEMEURES, SAINTE THÉRÈSE parle assez peu de la tentation proprement dite. Mais elle insiste sur les obstacles que le démon excelle à créer pour empêcher l’âme de marcher vers l’union divine.
.
.
.
b) LE TROUBLE
.
est la première arme dont se sert le démon contre les âmes désireuses de perfection.
.
Le trouble arrête en effet, au moins pour quelques instants, fait hésiter sur le parti à prendre, paralyse et diminue les moyens d’actions et de résistance ; les terreurs qui l’accompagnent peuvent même les arrêter définitivement. Mais surtout le trouble crée autour de l’âme l’obscurité qui permet au démon de dissimuler et de déployer toute sa puissance.
.
Impressions dans les sens, fantômes dans l’imagination, craintes irraisonnées dans toutes les puissances sensibles : tels sont les moyens dont le démon se sert pour créer et entretenir le trouble. C’est ainsi que SAINTE THÉRÈSE signale que, chez les débutants, il provoque toutes sortes de terreurs sur les sacrifices à faire, sur l’avenir, la perte de la santé :
.
«Les démons lui représentent alors, écrit-elle, les biens du monde, et lui montrent que les plaisirs d’ici-bas sont en quelque sorte éternels ; ils lui rappellent l’estime dont elle y jouit, ses amis, ses parents ; ils lui parlent de sa santé qu’elle va compromettre par les pénitences… O JÉSUS ! quel vacarme que celui que les démons font alors, et dans quelle affliction ne plongent-ils pas la pauvre âme ? Elle ne sait si elle doit avancer ou retourner à la première Demeure»22.
.
«Parfois, dit ailleurs la Sainte, le démon nous jette dans les plus vives inquiétudes en nous représentant la gravité de nos péchés. C’est là un des points sur lesquels il trouble les âmes de beaucoup de manières 23.
.
Parfois aussi quand les distractions et les troubles de l’entendement sont excessifs… c’est le démon qui en est l’auteur» 24.
.
L’expérience de SAINTE THÉRÈSE sur ce point est très étendue. Elle nous dit comment à certains moments le démon assaille :
.
«Tout à coup l’entendement de choses parfois frivoles… Il le trouble à son gré ; l’âme n’est plus maîtresse d’elle-même, mais enchaînée ; elle ne peut penser qu’aux choses folles qu’il lui représente et qui sont pour ainsi dire inutiles…Parfois il m’a semblé que les démons s’amusaient à se renvoyer mon âme comme une balle, sans qu’elle pût s’échapper de leurs mains» 25.
.
https://lh3.googleusercontent.com/UErsxbnFHLC84_OllPyFv0Dcl7kGLafTlXtB0D_rv0lm1elVlHL15ocEp6RKfduB4iTH9MgY1DaPj07rYqkvJUilypUCFv4j5mX3xKYQpovyJkyzACaSfVRW5AjkVr3GuPilmw1lJmyfvXdfVbPGFlMbAP0LlsJzxR92yiaVwpTmdHYuc1-XJqSsJPZCDTQ_S98Ati8_I7MQ1aobP2KpUgeeah3WBaaTKmVPjwuHBu0XWYunfd1i9j9fas9mkOgRg8N6TBJwHkcfPfqL8p89XLzeGgfoQqvgGmVasODCD_6ifucySotG7ibVQgzEXLzet5cAQ4gjX4BRRKpRT7zhmddN5ib9xDZhLwlMnG-gIzjZOgRTE-AbrCPm7mvdcCy6KDQEKbmYi4LLu7B8g8uf3phgvS0M72s0FpTVo1LhycLU-9JZlR2GHq4ZcBIaYJPIkjWlV4eRoNoRco_15nxGzcAnIRWkYWi8UBUPZKIqEL9tLVpokp4zHumasRuMVOojKegG39k60DZPhjHbOF9niwrDmZrVWKoLOmek8U2-oQcMV3XMIsGh_OLu8MlFoKfe0GqJAg=w165-h200-noL’expérience de SAINT JEAN DE LA CROIX vient confirmer celle de SAINTE THÉRÈSE. Dans la NUIT OBSCURE le saint Docteur décrit la tactique du démon pour produire le trouble :
«Le démon, voyant qu’il ne peut s’opposer à ce qui se passe dans le fond de l’âme, écrit le Saint, n’omet rien pour agiter et troubler la partie sensitive qui est à sa portée. Il suscite en elle des souffrances, des fantômes horribles, des craintes pour inspirer de l’inquiétude et du trouble dans sa partie supérieure et spirituelle, là où sont les biens qu’elle reçoit alors et dont elle jouit…
.
Quand la communication n’est pas très infuse dans l’esprit et que les sens y participent, le démon arrive plus facilement à troubler l’esprit et à l’agiter de terreurs par l’intermédiaire des sens»26.

Dans la VIVE FLAMME il résume et complète la description :

«Quand parfois une âme entre dans un profond recueillement surnaturel et que le démon ne réussit pas à la distraire… du moins il lui inspire des terreurs, des craintes, il l’accable de souffrances corporelles ; il produit des bruits étranges, des clameurs effroyables à l’extérieur ; son but est de frapper ses sens, de l’arracher à son recueillement intérieur, jusqu’à ce que voyant l’inutilité de ses efforts, il finisse par la laisser en repos» 27.

On le voit, le bruit fait par le démon peut devenir extérieur 28. L’agitation qu’il crée ainsi peut s’étendre à tout un groupe, à une ville entière et affecter des gens fort bien intentionnés :

«Dans le temps de trouble et de zizanie dont il est l’auteur, il (le démon) semble entraîner à sa suite tous les hommes qui sont pour ainsi dire aveuglés par les apparences d’un beau zèle. Mais DIEU suscite alors un élu qui leur ouvre les yeux, et leur montre comment le démon les a séduits pour les empêcher de voir le chemin» 29.
.
Ces paroles de sainte SAINTE THÉRÈSE sont une allusion évidente à l’agitation que créa le démon autour de la fondation du premier monastère de la Réforme, Saint-Joseph d’Avila. Toute la ville s’émut, le conseil de ville s’assembla et convoqua une assemblée de tous les ordres religieux ; on ne parlait de rien moins que de détruire le monastère. La Sainte elle-même avait subi un assaut du démon qui lui présentait toutes les difficultés à la fois, sans qu’il fût en son pouvoir de penser à autre chose et lui fit passer une des plus terribles heures de sa vie 30.

Le démon avait deviné l’importance de l’œuvre qui commençait et son zèle destructeur nous paraît aujourd’hui bien justifié.
.
.
.
c) MENTEUR ET PÈRE DU MENSONGE 31.
.
Le trouble est une préparation. Il crée l’atmosphère favorable à l’action décisive du démon, au même titre que le recueillement précède et prépare l’action de DIEU. Cette action décisive, le démon la réalise par le mensonge. 

Reprenant la parole de JÉSUS, SAINTE THÉRÈSE l’appelle :

«l’ami du mensonge et le mensonge même» 32. 

Auprès des âmes soucieuses de perfection il n’aura quelque chance de succès que s’il réussit à couvrir le mal des apparences du bien. La dissimulation, le mensonge sont des moyens dont il ne saurait se passer et constituent toute sa tactique de combat.

Pour assurer à ses simulations toutes les chances de succès, il s’appuie sur les tendances de l’âme et sur ses désirs, en donnant au mal les apparences du bien spirituel particulier convoité par l’âme. En effet la tendance aveugle et la joie du désir satisfait semblent empêcher tout contrôle de la raison. C’est ainsi que le démon donne des consolations spirituelles qui nourriront la gourmandise spirituelle d’une âme, la portant à des excès dans les exercices de piété et les mortifications, ou du moins lui feront trouver si pénibles les sécheresses qui suivront qu’elle se découragera. SAINTE THÉRÈSE nous parle des fausses humilités suggérées par le démon, qui paralyseront l’âme et l’éloigneront de la perfection.
 .
Contrefaire les grâces surnaturelles de DIEU est une œuvre plus difficile à laquelle cependant le démon ne manque pas de s’employer. Il est peu de faveurs extraordinaires qui n’aient pas leur contrefaçon et dont, en fait, le démon ne s’efforce de reproduire les effets sensibles dès qu’il les a observés 33..  

Même si elle est promptement découverte, la supercherie laisse une impression de malaise chez celui qui en est la victime. Le démon ne manque pas d’ailleurs de l’orchestrer bruyamment pour la faire connaître, jeter ainsi un certain discrédit et répandre une sorte de terreur sur tous les phénomènes merveilleux de ce genre.

Si la contrefaçon n’est point découverte, elle peut entraîner l’âme en des erreurs d’une importance pratique considérable pour elle et pour son entourage. Pour le moins elle soustrait progressivement l’âme à l’action de DIEU jusqu’au moment où dépouillée des biens spirituels qui brillaient en elle, elle tombe dans un découragement que le démon s’efforce d’aggraver pour le transformer en désespoir.

SAINT JEAN DE LA CROIX signale en la VIVE FLAMME comment le démon se poste avec toute sa perfidie sue le passage qui va du sens à l’esprit… Il la trompe (l’âme contemplative) en l’attirant par le sens même ; il lui représente… des choses sensibles pour qu’elle s’y arrête et ne lui échappe pas 34.

En ces mêmes régions le démon profite des lumières et des ardeurs reçues dans la contemplation pour retirer l’âme des régions obscures où elle s’unit à DIEU et l’attirer vers l’activité des facultés réconfortées par un tel secours surnaturel.
.
D’une façon générale d’ailleurs le démon est plus particulièrement actif dans les périodes de transition qui, par l’obscurité douloureuse qui y règne et la nouveauté des phénomènes qui s’y produisent, lui offrent des occasions plus nombreuses et des facilités plus grandes pour tendre ses pièges.

En d’autres circonstances il se dissimule sous des causes naturelles à l’action desquelles il substituera peu à peu la sienne propre, qui deviendra ainsi progressivement malfaisante.

Pour l’instant nous n’avons pas à préciser ces pièges et contrefaçons démoniaques dont nous retrouverons le détail dans l’exposé des divers Demeures. Mais cela nous suffit pour deviner combien ces tromperies du démon supposent chez leur auteur d’observation attentive et suivie, de pénétration psychologique, d’habileté pour reproduire, d’audace pour tenter.

. «Serpens erat callidior omnibus animantibus» 

Le serpent était le plus rusé des êtres vivants 35.», dit l’auteur inspiré en parlant du serpent qui tenta ÈVE.Cette caractéristique lui reste et c’est ce qui le rend redoutable pour nous comme il le fut pour nos premiers parents.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/hMHXGRH3Mco-9J6MIkRfAQpoy3uj9yd0zZM33-DJhbl11ZqzHd6wTlUSOFgRaCQWbuW95TV-tCC8LhVJlmkdTtSjoJhlvK3HKeHprX-XeupAD85uJjILEz2XNw2Uv6QHAQbMq2xumaHDWxsyOZFwLlDCFaLWsuI_IjxBaHlQPzd2iThzCKuygRvibTw_JaorK_9jnqL1W-4vvwmPWay7YWItSwZd0IjSAzJqX07Druu9UCDVRdq79BAwYjXgSacWLX76I7DcXSnEPe4mInbaMnWXH7ib6usYwsjIFNBG0jczEjz6BXWvc8G1JlGh8NkntxxiTvpHNfFseTkyP_xmI9_Ij5KOdo5Gt4RnuHpaFPnrlbaDKPWWv7UvB1JC5iLSUDIgbdrVXUQ9O7FXWdgsEEuzPDHsPOjCs7H388vD5sk9KnO22reEIYHE3fBggqDUcTkM0RuQF648J7vola32Ykdk8Xo_AcELMiyEC5HcFxq6WNd4pv9eqxBFgbOqyChg5A9Ez4p9hqKIoSHgpiJfkjSM2Azw86rNEdBmSJBdNkUlS60hnkObzssqq4EYqvdC5n9FUg=w138-h257-no




C. MOYENS DE RECONNAÎTRE L’ACTION DU DÉMON
.
Les ruses et les artifices du démon sont tels qu’il est souvent malaisé de discerner son action. Pour limiter et préciser l’usage que l’on doit faire des exorcismes publics, le RITUEL donne les signes de la possession diabolique. En exposant les grâces extraordinaires, SAINTE THÉRÈSE indique les caractères qui prouvent leur origine surnaturelle. Une étude détaillée ne serait point ici en sa place. Pour l’instant recueillons auprès de SAINTE THÉRÈSE les conseils qui permettent dans l’ensemble des cas de discerner les interventions du démon dans la vie spirituelle.
.
1) Dans le doute, assure la Sainte, il faut se défier et attendre :

Qu’il s’agisse de personnes malades ou saines, il faut toujours se défier de ces choses jusqu’à ce que l’on comprenne quel en est l’esprit. Aussi je dis que, dans les débuts, le mieux est de les combattre 36.

Cette défiance n’offense pas DIEU qui nous doit la preuve de son action surnaturelle. Elle ne nuira point à l’âme qui, si elle est sous l’action de DIEU, trouvera dans cette lutte un moyen de montrer sa vertu et de faire des progrès :
.
«Si elles viennent de DIEU, ajoute en effet SAINTE THÉRÈSE, cette résistance sera un moyen de réaliser de plus notables progrès ; plus on met ses faveurs à l’épreuve, plus elles augmentent ; oui, il en est vraiment de la sorte» 37.
.
Le temps est nécessaire pour observer le fruit de ces faveurs, et c’est aux fruits surtout que l’on reconnaît leur origine : «A fructibus eorum cognocetis eos». Vous les reconnaîtrez à leurs fruits» 38. nous dit Notre-Seigneur.

2) Le premier fruit qui signale l’action du démon, c’est le mensonge, nous dit sainte Thérèse :

Lorsque c’est le démon qui agit, il ne tarde pas à se trahir par les innombrables mensonges où on le surprend 39.

Ce faux ange de lumière ne peut pas soutenir pendant longtemps son rôle sans se montrer sur quelque point en contradiction avec lui-même, soit par ignorance des choses surnaturelles, soit par l’exagération qu’il met dans l’expression de la vérité, soit par les étrangetés qu’il mêle à son action, soit par les mensonges particuliers que ce père du mensonge éprouve le besoin d’ajouter à sa supercherie encore dissimulée.
.
Ce signe du manquement à la vérité apparaît très important à SAINTE THÉRÈSE :
.
Quand à la moindre parole, dit-elle, qui ne serait pas absolument conforme à la Sainte Écriture, vous n’en ferez pas plus de cas que si vous l’entendiez de la bouche même du démon 40.

3) Les interventions directes du démon ne sauraient produire dans l’âme les effets de paix et d’humilité qu’y apporte l’action de Dieu.

JÉSUS a dit : 
.
«Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur 41.»
.
Cette humilité et la douceur de la paix sont le parfum de sa présence et le signe de son action directe. Le démon, ennemi et privé de DIEU, produit normalement les effets contraires :
.
«Quand le démon nous parle, il ne procure à l’âme aucun calme intérieur. Il la laisse plutôt comme saisie de frayeur et en proie à un grand dégoût, affirme SAINTE THÉRÈSE» 42.
.
«Ce qui dépasse son pouvoir (du démon), c’est de contrefaire les effets dont j’ai parlé ; il ne produit ni cette paix, ni cette lumière qu’apportent les paroles divines, mais plutôt l’inquiétude et le trouble… Il est certain que quand elles viennent de DIEU (les paroles) l’âme conçoit d’autant moins d’estime d’elle-même que ces faveurs se multiplient» 43.
.
Seule l’expérience peut donner un sens précis à ces mots de lumière, de paix, de trouble et d’inquiétude, employés par SAINTE THÉRÈSE. Aussi un vrai don de discernement des esprits, don lié à cette expérience, est habituellement nécessaire pour discerner l’action du démon, non pas seulement dans les phénomènes extraordinaires, mais dans les manifestations ordinaires où elle se dissimule sous les causes naturelles et s’unit à elles d’une façon subtile pour produire les effets particuliers qu’il recherche. Les saints furent terribles au démon parce que, dès l’abord, leur sens spirituel affiné discernait sa présence et son action.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/3LKeWrCX5qh5jd_QMONy2Qjx0U93SsbUiiPlYCHiG6IFHWgF_uhfkZM8RDKIr0nOe7VNlxBgjHFgdZ_C0tIa5wSqSRQYBGVtg1gndzitJMN1-bs4BYnpm_n3ZR4xf7SMRbnxYLGuTrJ19rGaSM7lZbCjdisDvknY4tp3HOOQ97WqxXwbv7enVWX6l4_XVNMKJ90yHWP5KIbcSKSWegmLplr-IPc7F3Ag6ThQQBhVeylPWmj-hI1iNHN_FrMURdyG4A3monL6s9A703bARM9_sRGvDMw8mBGJLn6N9PNG4eklGa5K214tyEaK9-PuaMdKdywoW75psdQj119Rgl6J_DF4wR5Fzu1rAWvaCPi6rSA1vA2zlX_O8ubrj-1Qkv3M39TAuWoWpFfwOKQW_QaGDk0IWnDncfz0PcQ6fQ9sMVXrOFpHpCvmJkn347RHdVwwDpyl8fdu9dY1pjMScnjgPBWnzrwwYPDFJQAlk-kLabOIXF6DAWZnV8IrMtOY2f83u6tJL3dB3EoDFACoN-yP5mzEIOxNRwF-V_no1QXWdHVTLWeL8m9OmVKqgE3IaPZlFxnGTg=w177-h284-no
.
.
.
D. COMMENT COMBATTRE L’ACTION DU DÉMON
.
La première condition pour triompher du démon, c’est de ne point s’abandonner à une crainte exagérée. Certes, il est un adversaire redoutable par sa puissance dans le domaine sensible et par son habileté ; mais nous ne devons pas oublier ses déficiences, son ignorance du monde surnaturel, son impuissance à pénétrer dans les facultés de notre âme, sa qualité enfin de réprouvé qui ne lui permet que des victoires temporaires et en fait un éternel vaincu.
.
Se laisser prendre par la terreur serait aussi irraisonnable que dangereux. Le démon utilise en effet savamment ce trouble pour dissimuler son infériorité et dresser ses pièges. Ce serait perdre nos avantages et augmenter sa puissance et ses chances de succès que de le craindre démesurément.
.
C’est ce que nous a enseigné SAINTE THÉRÈSE, avec toute l’autorité que lui donnent ses nombreux démêlés avec les mauvais esprits. Après avoir dit que les démons l’ont tourmentée très souvent, et avoir narré quelques-unes de leurs attaques, elle ajoute :

«Cet exposé pourra servir au véritable serviteur de DIEU et l’aider à mépriser tous ces fantômes dont les démons se servent pour l’effrayer. Soyons-en bien persuadés, chaque fois que nous les méprisons, nous leur enlevons de leurs forces, et notre âme acquiert même sur eux un plus grand empire. De plus, il en découle toujours quelque grand avantage pour nous.

Le fait est que je comprend si bien leur peu de pouvoir quand je ne suis pas infidèle à DIEU, que je n’en ai pour ainsi dire aucune crainte. Tous leurs efforts sont vains, s’ils ne rencontrent pas des âmes qui se rendent à discrétion. C’est contre ces lâches qu’ils montrent leur pouvoir» 44.

Ce mépris, si sensible au démon, doit être accompagné de prudence. Cette prudence, lorsqu’elle devra combattre le démon, utilisera les armes surnaturelles qui assurent notre supériorité, à savoir les sacramentaux dont plus spécialement l’eau bénite, ainsi que la prière et le jeûne.

Aussi souvent qu’elle le pourra, elle rompra le combat et échappera à toute atteinte du démon en se portant, par des actes de foi et d’humilité, dans des régions où le démon ne saurait pénétrer.

Disons un mot de ces armes de combat et de cette tactique de fuite.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/ea9rDeNizc5ypMk6DM4YmcuMD09HcEyFjEGYUmCaZ3ubkGGuxqKGOVBZYwCj7hsD6MT2jbdpNjSdFrEJohtJkmx9DNZgLtv7DQi5GiPJUJB-tGXvwRE1Oxwhmh9P0a2WFcAwOuD8YWf84RfPKP_QdyKnSC2uOKg9PHcRLzVcn18H--uRZTisKEocE4G8H-SDXrN2SSAQGF5sbMoxOr-pFRMxrIZ8NzvQzwK62vAHoWL1vTbScxueIjpo1ZgRLeSeCvVmWAcpPeelE_LkrVAFdBuQDuN4gKgVCfkP1hQcD57BlE92LZNT4Nhb-84bRnjc0p3Cko6KpH4oRPSmobofWtsYvU8WvEkWVFF961fnj108qRQHy4EZlZR08CrMfrb8Hi7lnZFsU0S-ggdeq_BJvhdGMYusYZGVWQooULcIaeKwZ_TjSuiZ4Ve4g7AOUUbjixsCCNqZNCBOYYPjwluEaBmrFE5bzBwjiuzj5N4BnaGYLkgUIl1mYZeXcuOpsAfj10xZX_TDywwfx8d7RDtopfkp5PPvQ3_VQFwarnegiS2cQA5wEyjFsISZpd4XY0l65h3eyA=w200-h131-no



I. ARMES POUR COMBATTRE LE DÉMON.
.
https://lh3.googleusercontent.com/3ySpHVk7AmOC96uBvRnKbKt_viT646qLzPZO6PUuPCtwNEw9Cvi-okU4C_295-ZM9yD_1VxcnrRKbddEJaq6gKni1NbZhcGFUUSwWlBOMSwy-qrciUJvoGM5yjk432FfELZ9wysfuMsAycnwdsK45J_PkCIvgoqyPjcTY-w9p-ZLxCWh7ZSuMMPBp3KJkj9dZsuaF7W1ZKGWu9CW75xWzHFdIpDHckJh3VfS6b38i497NmkSeIRxVIMY6xxoioSyOosGhRTlX8oLTKgUaqRZX2OjrAXwcIyC_r8Rc3ivFbxazKV5TBDSDQD7ngPlpuY5lSmLD80WiIICfmUYa9r44qouu4hZTL2i4Yms2Hf_YbMizpExCBoHsd7HcxHOi6LXoR9lZlQLhxgQgfTA7rWNyMd4Zxv4foGxIdP9m_Ibo_gx7xCR0UxPuDQKsmwYF2IAmPa6RswrQNe3rR-d7jDZItiRwD03u4cBftIX9j1ntW6pOy7iZ3a8imT3Qzei13ojvs8ouKwpf8kn-u3rPsT24f4Nu7lvazMwWu94QHOhvtwWgja0PYuhfC-ttxsCLBCCyEpfQQ=s200-no
.
.
.
.
.
a) PRIÈRE ET VIGILANCE.
.
La vigilance dans la prière est un moyen indispensable pour lutter contre le démon. SAINTE THÉRÈSE dit qu’un motif pour lequel nous devons nous adonner à l’oraison c’est que le démon n’a plus autant de prise pour nous tenter. Si les démons remarquent que nous ne nous tenons plus sur nos gardes, ils peuvent nous porter un grave préjudice. Dès qu’ils voient qu’une âme est chancelante, et qu’elle n’est ni constante dans le bien ni fermement résolue d’y persévérer, ils ne lui laissent de repos ni jour ni nuit, lui suggèrent mille craintes, et lui représentent sans cesse de nouvelles difficultés. C’est ce que l’expérience m’a fort bien appris ; voilà pourquoi j’ai pu en parler. J’ajoute que personne ne sait combien l’avis que je viens de donner est sérieux 
45.

L’Église, pour marquer l’importance de la lutte contre les puissances infernales, a approuvé des prières spéciales : 

prières des grands exorcismes, EXORCISME DE LÉON XIII, PRIÈRE A SAINT MICHEL ARCHANGE après les messes privées.
.
L’invocation de certains saints qui ont une puissance particulière sur les démons est spécialement recommandée. La prière à l’ange gardien est certainement efficace : il a reçu mission de nous protéger, et contre qui nous protègerait-il sinon contre les anges déchus qu’il peut affronter avec la puissance de sa nature angélique et les privilèges de l’ordre surnaturel.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/9VlGvbaIxOZahxFfzhWqT4VjkiO_wOCMP_j_E6mX8b7j76XkdC6OlmloJ7_P8qUP9Dck4u26F0FP3wlr9rkQdgwhFahQPvDaAvGGcmEt15Xcu1LXKZcxekhhapEJvstDxYwslhVliMbwmTG8GhGuKTp7X7yspYzBu8FWH5eSrcPfWlI5pDlznx8u23mvyazH6UQ7jQ60oQZ8gohKQ8cIMYVL0mYLPycf0KiSLAEqg95pIL9yRc1SYRMMq80r2Zk8-yvYvIMDqfoFKjYGMGnkNYiUJXJy_UGrK8MdHhimHZp3dRm27DJxFxHrOvJT-mLeWBDIEYJ5xTijg49gXicK0jevGULdvnv06TfYK72mC0o-h8U0pjw9su4JEvvBVYfEDP-wCxgDgamVuAHYYWgQ81h44782typ1P1zPraoDyh4a1tJb0xjyiSQEPHf0iRt5-hKdb6kZFHCEKOHEd1tIUCk3W3GX1Fx0ndnj0c4IcVgsP5BIHrBea0uUwa_4ZrGouBahXfJc2V7uTzIWSDvtYesFJpaaXcnoHu6mQetXs-mIRmHlr-Hi1wpYKmasa-ZVG__hbg=w200-h150-no
.
.
.
.
.
b) JEÛNE.
.
Aux Apôtres qui s’étonnaient de n’avoir pu chasser un démon Notre-Seigneur disait : 
.
«Ce genre de démons ne peut être chassé que par la prière et par le jeûne 46.»,
.
indiquant ainsi l’efficacité spéciale du jeûne contre les puissances infernales.

L’hagiographie montre en effet que les saints qui eurent une action spéciale sur les démons furent tous de grands pénitents : SAINT BASILE, SAINT ANTOINE, SAINT JEAN DE LA CROIX, SAINTE THÉRÈSE, le SAINT CURÉ D'ARS.

Il semble normal que la mortification du sens, sur lequel les démons agissent habituellement, libère d’abord de leur influence. En nous faisant dominer la nature elle nous rend semblables aux anges et nous confère ainsi une certaine puissance sur les anges déchus.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/mSXn7HxEDlSm4vT7pIiWaLawW5nb25x9AhrMgKMB4EHyiZBzY17vTpKei9Cdh5rSt8eVVupmThjSUo75PhXIoWH1mK6cHGA2yGlzp6p85u6XD3Un-slQAS0DaSZmlRo4G9LaNnUZXU9uNKLfteUf5gDnXcf1atlXDDH1PdgPYSTD7Lxw-rI64LSAzh0rAfHddQGMWkgr7fvoGEJUtoA4BYsenY4a9lH6uAvy55GEr0rQmkXn4oSXIUpDIGZsJ-DcTC8hYf4fzI75dZK9_4De5sQddNbzDTT0xn1-oquz0q38GMLnqY7ebBOMBx0YtXWWcUHAUAE877-43bz8OGyvtURvLCqgwYrZyOdHrmVHXHEkYDrtrwFiQsyXS6ZU0PqCNRf5ndOSxHfPTYNmnk43KCKXg0hGbLEcU1m5YlU8OovkdoEbm7q-rIHShMNJZMemL8nXv9nU617ekNbsg3yBw_0kmdZe4EdPR57jTjZAMcdd8-dKcTlwp5LFLpM3mODTVviNmuWGFmvUUskPR7UBCvefKzJ_fsVskjT46xapKU5KstyNDr5biX9lx98GWlgtafSNSw=w154-h200-no
.
.
.
. .
.
.
.
 L’EAU BÉNITE.
.
L’Église a institué des sacramentaux, rites ou objets auxquels une bénédiction particulière confère une vertu spéciale de préservation contre l’influence du démon. Parmi les sacramentaux, SAINTE THÉRÈSE aimait tout spécialement utiliser l’eau bénite.

«Je l’ai vu bien des fois par ma propre expérience, écrit-elle, il n’y a rien de plus efficace que l’eau bénite pour repousser les démons et les empêcher de revenir. La croix aussi les met en fuite, mais il reviennent. La vertu de l’eau bénite doit être bien grande. Pour moi, j’en éprouve une consolation très particulière et très sensible lorsque j’en prends. Et je l’affirme, elle me fait éprouver d’ordinaire un bien-être que je ne saurais exprimer, et une joie intérieure qui fortifie toute mon âme. Cela n’est point une illusion ; ce n’est pas une fois, mais très souvent que je l’ai éprouvé et examiné avec soin 47.

Elle demande en effet de l’eau bénite chaque fois qu’elle est en butte à une attaque du démon et elle le chasse ainsi. En voici un exemple :
.  
«Une autre fois il me tourmenta durant cinq heures par des douleurs si terribles et un trouble physique et moral si profond, que je ne croyais pas pouvoir y résister plus longtemps. Les personnes présentes étaient épouvantées ? ; elles ne savaient que faire, ni moi comment me défendre… Le Seigneur daigna me faire entendre que c’était le démon. Je vis en effet près de moi un petit «démon» d’aspect abominable ; il grinçait des dents comme désespéré d’avoir essuyé une perte là ou il croyait trouver un gain. Dès que je l’eus aperçu, je me mis à rire et je demeurai sans crainte, car il y avait près de moi des religieuses…

Je leur demandai de l’eau bénite. Elles m’en apportèrent et en jetèrent sur moi, mais ce fut sans effet. J’en jetai moi-même du côté où était le démon et il disparut aussitôt ; tout mon mal me quitta comme si on l’avait enlevé avec la main ; mais je restai aussi brisée que si j’avais été rouée de coup de bâton» 48.

L’Église en effet, dans les diverses oraisons de la bénédiction de l’eau, demande avec instance qu’à cette eau soit accordé le pouvoir « de mettre en fuite toute la puissance de l’ennemi, de déraciner cet ennemi avec tous les anges rebelles, et de les chasser… de détruire l’influence de l’esprit immonde et d’éloigner le serpent venimeux… 49.».

«Cela montre combien est grand tout ce qui est établi par l’Église» commente SAINTE THÉRÈSE 50.

https://lh3.googleusercontent.com/kiKh5Ezhc8V4p7A-pkW6_rshGjx6-tzHcxYHFqYkN4y5cBJkaxSJVM1ZGROJQaa0wIdHjGPScHrHRbc5kYg6ilX3Q2sP91h3mRdJTanVoULQ9qiDx1vB4015NsFDMlj4q7NIerAlELS7v60xMlE1Z1Xedb5j3silwNeTPzdwWU8rL-XliKwCpOOc1-zUKAa24YHxbsfT1D0Ns2xVaEQ9SCWlmRU_DyQws7UucsZXIhb6FQ6G2ReoYhoHyw2wk8A1ilFZmBaMJYGsc7ZHuXGD2QSetP7w2CDaHe0KZifP5W53jQLa2YZstUj_ytlIY8oMzzNLnlKp6dbwkE0k4Wpm6antOEqmZO045UJAE_UJhdpbySliYgFbxH9pyavcYwDiezBCJBCHmzWNf3hsPjZD18UVBW0BYSyo3I5CKGSg6DF7pR_iFBDrQAJ1uSuOLcNX075i7e9dlut1DSJUb_JK7lJPO9B2s-3hFNtxAtkF4kq6gNm8g8IBUi7TTHCkCu0Lod9owlUt1ohCSIoEihEZt9KoTByx8E9LZtSS_37sqIKYb4ZKzFzLfM2IF5lVPWvZisz0UA=w162-h200-noOn comprend dès lors ce qu’a déposé la VÉNÉRABLE ANNE DE JÉSUS au procès de béatification, à savoir que la Sainte :
ne se mettait jamais en voyage sans emporter de l’eau bénite. Elle avait beaucoup de peine si l’on venait à l’oublier. Aussi nous portions toutes, suspendue à la ceinture, une petite gourde pleine d’eau bénite et elle voulait avoir la sienne 51.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/jgMX31vwmngEZKwO7OncHBJ50lAAoYbzRXRSYfpDjlnRclQa1WnydLFvPjEC-039yWORFUxZOyVCF795x3EHYyqj31EChvqOtE7DOLosLn-hPNcPKxdnS2_RnL6QWL9Cz2VMpJL6-XUNZIFIXwYRGfGXY8IemRaxj4bVm_vAhvCMcZq3UdkvwAidHWs9nJZlxJBX8mtOHYGoHcybxYvKCIj3xu01qpZtq-4mCbJrk6uLhSqnHn8QGU31vc1q_ageWVu6J34q3kNKrtXGHj2wC2qi2K5xh4yBu294y-yVmofOrW7pnxJooe9Vl4V_dnqOWip0ewyb1SntK3GVIM6NlV1YRwIYSFAYKsGntsGMdvZbWssOlt29lY2TZ6MOzm64wzluS3BCwG8KCaAn9VgOyV3Jk3SRFPdAD0hfzDN5N0pnLWHhenm1CDqgPY-YI9YUwyAO_dK4FAIOxEaHuPfKi2pDI6Hm7Z8ck9KAR1kw5BktJoEKwAWKT4Qckrn5GCW7LIbANixBA-wXPDbHtISvt-6QIt4WiVm_ImTiDonLiV5VvrWlZIeZ3H_IPfmjd5SGChr6gA=w124-h191-no




.
.
.
TACTIQUE
.
Lutter avec de telles armes contre les démons, c’est s’assurer la victoire. Mais les saints semblent ne pas désirer cette lutte et ne la recherchent pas. Le voyageur qui traverse le désert infesté de brigands ne cherche pas à les rencontrer, même s’il est sûr de les vaincre ; il n’est préoccupé que d’atteindre le but de son voyage. Ainsi, l’âme en route vers son Dieu ne cherche pas les démons qui pourraient sinon l’arrêter, du moins la retarder dans sa marche en lui causant quelques dommages, mais elle les fuit volontiers.

Excellente tactique que celle de la fuite, qui met à l’abri des atteintes, des coups et des ruses des démons. On la réalise en se portant par la foi et l’humilité dans les régions surnaturelles où il ne saurait parvenir lui-même.
.
.
.
a) L’EXERCICE DE LA FOI OU ACTES ANAGOGIQUES.
.
Dans l’épître aux ÉPHÉSIENS, l’Apôtre SAINT PAUL décrivant l’armure que doit revêtir le chrétien pour les combats spirituels, indique spécialement la foi comme arme défensive contre le démon :

«Revêtez-vous de l’armure de DIEU pour pouvoir résister aux embûches du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, les puissances, contre les maîtres de ce monde de ténèbres, contre les esprits mauvais répandus dans les airs. C’est pourquoi prenez l’armure divine pour pouvoir résister au jour mauvais, et rester debout en remportant une complète victoire. Debout donc, les reins ceints de vérité, revêtus de la cuirasse de justice, les pieds chaussés du zèle de l’Évangile de paix, tenant en outre le bouclier de la foi contre lequel viendront s’éteindre les traits enflammés du méchant» 52.

Dans la NUIT OBSCURE, SAINT JEAN DE LA CROIX commente très heureusement et gracieusement cet enseignement de l’Apôtre. En entrant dans la contemplation par l’exercice de la foi, l’âme, dit-il, se déguise sous une nouvelle livrée. Cette livrée, faites des vertus théologales, la dissimule à ses ennemis. C’est le vêtement blanc de la foi qui la soustrait au démon :

La foi, écrit-il, est une tunique intérieure d’une blancheur tellement éclatante qu’elle éblouit la vue de tout entendement. Quand l’âme s’avance revêtue de la foi, le démon ne peut ni la voir, ni lui nuire ; elle marche alors en toute sécurité. Cette vertu la protège beaucoup plus que les autres contre le démon qui est son ennemi le plus redoutable et le plus rusé. Aussi SAINT PIERRE, qui n’a pas trouver de meilleur bouclier pour le repousser, nous dit : 
.
«Cui resistite fortes in fide 53.», résistez-lui en demeurant fermes dans la foi 54.

La foi en effet fait dépasser le domaine du sens, sur lequel le démon peut exercer sa puissance, et introduit l’âme dans le domaine surnaturel dans lequel il ne saurait pénétrer. L’âme y devient donc inaccessible à son ennemi, et par suite à l’abri de ses attaques et de ses coups.

Dans ses Souvenirs, le Père ÉLISÉE DES MARTYRS, confident de SAINT JEAN DE LA CROIX, assure que le Saint Docteur recommandait la méthode des «actes anagogiques» ou actes des vertus théologales pour échapper à toutes les tentations. Il nous donne en ces termes l’enseignement du Saint :

«Aussitôt que le premier mouvement ou la première attaque d’un vice se fait sentir… il ne faut pas s’y opposer par un acte de la vertu contraire, selon la première manière, mais recourir aussitôt à un acte ou mouvement d’amour anagogique qui s’oppose à l’attaque. En unissant ainsi notre affection à DIEU, il se fait que l’âme, en s’élevant, quitte les choses de la terre, se présente devant DIEU et s’unit à Lui. De ce fait le vice, la tentation de l’ennemi se trouvent frustrés, la tentative échoue, l’idée de faire du mal manque d’objet. L’âme, plus forte là-haut où elle aime, que dans le corps qu’elle anime, soustrait divinement la chair à la tentation, ce qui fait que l’adversaire ne sait plus l’atteindre ni la blesser ; elle ne se trouve plus là où il comptait la frapper et la ruiner. Chose merveilleuse ! l’âme semble alors étrangère au mouvement vicieux ; près du Bien-Aimé et unie à Lui, elle est entièrement libre de ce mouvement sur lequel le démon fondait ses espérances» 55.

Ces actes anagogiques ne peuvent ordinairement avoir la puissance d’abstraire l’âme et de la soulever dans les régions surnaturelles qu’après un certain exercice. Aussi, ajoutait le Saint Docteur au témoignage du même auteur, s’il arrive aux débutants que malgré l’acte et le mouvement anagogique, ils s’aperçoivent que l’effort vicieux de la tentation n’est pas complètement écarté, qu’ils aient bien soin, pour y résister, de recourir à toutes les armes et considérations en leur pouvoir…

SAINT JEAN DE LA CROIX soulignait l’excellence et l’efficacité de cette méthode qui réunit tout ce que la stratégie offre de nécessaire et d’essentiel pour triompher 56.

Cette stratégie, qui assure à la fois les avantages psychologiques de la diversion et le secours surnaturel du prompt recours à DIEU, devient d’une application très facile à l’âme qui en a pris l’habitude. La fuite devant l’ennemi lui devient un réflexe normal dont elle expérimente le grand bienfait. Dans la NUIT OBSCURE SAINT JEAN DE LA CROIX écrit, de l’âme purifiée :

«Chose admirable, dès qu’elle sent la présence de l’ennemi perturbateur, et sans qu’elle sache ce qui se passe ou fasse rien par elle-même, elle s’enfonce dans la partie la plus intime d’elle-même ; elle se rend très bien compte qu’elle pénètre dans un certain refuge où elle est plus éloignée et cachée de son ennemi ; de la sorte elle augmente la paix et la joie que le démon prétendait lui ravir» 57.
.
Spécialiste de cette méthode, SAINT JEAN DE LA CROIX l’utilisera non seulement contre les attaques du démon, mais contre l’agitation des facultés et les impressions désordonnées des puissances sensibles.

b) Pour échapper aux ruses du démon SAINTE THÉRÈSE recommande surtout la vertu d’humilité. Cette vertu semble jouir d’une sorte d’immunité : elle excelle en effet à discerner son action, et n’en éprouve quasi aucun dommage lorsqu’elle doit la subir :

«Il (le démon) nuira peu à l’âme, ou même il ne lui portera aucun dommage si elle est humble» 58. 

Affirme SAINTE THÉRÈSE en parlant des paroles que prononce le démon.

«DIEU ne permettra pas au démon de tromper une âme qui se défie absolument d’elle-même», dit-elle ailleurs 59.

Le démon en effet est fixé dans une attitude d’orgueil par sa révolte contre DIEU. IL ne sait pas être humble et ne comprend pas l’humilité. Toutes ses contrefaçons, même ses contrefaçons d’humilité, portent toujours des marques visibles d’orgueil. L’humble, habitué au parfum du CHRIST, les discerne promptement à ce signe. Par contre, l’humble vit en des régions que le démon ne connaît pas. Celui-ci ignore les réactions de l’humilité. Il est toujours déconcerté et vaincu par elle.

La veille de sa profession, SAINTE THÉRÈSE DE L'ENFANT JÉSUS  subit les assauts du démon :

«… le démon m’inspirait l’assurance qu’elle [la vie du Carmel] n’était pas faite pour moi, que je tromperais les supérieures en avançant dans une voie où je n’étais pas appelée […] 

cependant je voulais faire la volonté du BON DIEU et retourner dans le monde, plutôt que rester au Carmel en faisant la mienne ; je fis donc sortir ma maîtresse et remplie de confusion, je lui dis mon l’état de ma âme… Heureusement elle vit plus clair que moi et me rassura complètement ; d’ailleurs l’acte d’humilité que j’avais fait venait de mettre en fuite le démon» 60.

Il n’est pas en effet d’adversaires plus redoutables au démon que les âmes à la fois faibles et humbles, car DIEU a choisi les choses faibles du monde pour confondre les forts ; et DIEU a choisi les choses vils du monde et les choses méprisables, et celles qui ne sont rien, pour détruire celles qui sont 61.

Aussi, malgré la puissance dont peuvent user les démons, SAINTE THÉRÈSE ne les redoute pas :

«Je ne puis concevoir, écrit-elle, les craintes qui provoquent ces exclamations : «le démon ! le démon !», quand nous pouvons dire : «mon DIEU ! mon DIEU !», et faire ainsi trembler l’esprit de ténèbres. Ne savons-nous pas qu’il ne peut faire le moindre mouvement si DIEU ne lui permet ? Pourquoi donc ces frayeurs ? Pour moi, je l’affirme, je redoute bien plus ces hommes si timides devant le démon, que le démon lui-même. Lui ne me peut nuire en rien ; les autres, dont je parle, surtout s’ils sont confesseurs, jettent l’âme dans les plus grandes inquiétudes» 62.

Chasser les terreurs ne suffit pas. Il faut reconnaître le rôle providentiel du démon dans notre épreuve d’ici-bas. Certes, il peut nous entraîner au mal, mais, comme le note SAINT JEAN DE LA CROIX :

Il faut savoir que quand l’Ange bon permet au démon de prévaloir contre l’âme… il a pour but de la purifier ; il l’a dispose par cette préparation spirituelle à quelque grande fête ou grâce céleste que veut lui accorder Celui qui ne mortifie que pour donner la vie et n’humilie que pour exalter 63.

C’est donc pour faire plus grands nos mérites, plus pures et plus hautes nos vertus, plus rapide notre marche vers Lui que DIEU permet au démon de nous tenter et de nous éprouver.
https://lh3.googleusercontent.com/HsWfMzG3eoCZpRu0WWe0d4RuAiFG86gPrUl44TLdCOj9dMsE1CTSIC6po-LXnFnwvAlrefMe6UGMsLc89rRFtljbLt3BcEZF2oSoeVc5PRksg9o8UAxTYuxw9NZ_lT8uuTy3K78kAi6HJFNKgrNMtJrftSUHou2OZPCo2GinseVCnpLlp0SvZytqv9aCDPaouyYEoIAqwAvqJW-JE-FPG5m1HqHN8F1jdz5gZo2yBm_pojRDit8DliTEkLg1mBjbMPIAdATTJ8sobjHnosS5lzRQXJICQoLE-_xs7h6NkWLw5ryXg3g-szM3P1lJrd5DsmtejZzJlPtNB17lktXwOM2Sy6ihS4syD_9KzVr8nMmNlvb4BpqGtS4MiZID3X8u9gFSjFwgtt7yStC3uSngIZ6uvJRYQG0TtIR5IHeVdcrLYC-8--Rcc7TsN4-vYBELAW9PlupEp10SeeTdBiyjjVXCgcf6xORCGrwzKv12wVWo1KUx14Tl9ljWbMOjkimhVgS_CNMeBZTKMh3INy09HgVMm1CEYgA2Uc0Tpxvj_3fBroYyesZKNHeMAKtOhYiOHsz__w=w131-h200-no
(En une page imagée et puissante, TAULER décrit ainsi les avantages des tentations et le moyen de les vaincre :

«Quand le cerf est vivement chassé par les chiens à travers forêts et montagnes, son grand échauffement éveille en lui une soif et un désir de boire plus ardents qu’en aucun autre animal. De même que le cerf est chassé par les chiens, ainsi le débutant (dans les voies de la charité) est-il chassé par les tentations. Dès qu’il se détourne du monde, il est en particulier pourchassé avec ardeur, par sept forts mâtins vigoureux et agiles… Plus cette chasse est vive et impétueuse, plus grande devrait être notre soif de DIEU et l’ardeur de notre désir. Parfois il arrive qu’un des chiens rattrape le cerf et s’accroche avec ses dents au ventre de la bête. Quand alors le cerf ne peut se débarrasser du chien, il l’entraîne avec lui près d’un arbre et le frappe si fort contre l’arbre qu’il lui brise la tête et ainsi s’en délivre… Voilà précisément ce que l’homme doit faire. Quand il ne peut se rendre maître de ses chiens, de ses tentations, il doit en grande hâte courir à l’arbre de la Croix, et de la Passion de Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST, et y cogner son chien, c’est-à-dire sa tentation et lui briser la tête. Cela veut dire que là, il triomphe de toute tentation et s’en délivre complètement». 
. 
(Sermons de TAULER, lundi avant les Rameaux, traduc. Du Père HUGUENY tome I, p. 258.)
.
2. Dans les traités de SAINT JEAN DE LA CROIX on trouve aussi maintes allusions au démon, comme l’écrit le P. LUCIEN dans l’introduction à la NUIT OBSCURE (œuvres complètes, traduc. Du Père CYPRIEN DE LA NATIVITÉ, p. 475).
«Souvent il a fait allusion au rôle du démon : rarement afin d’en faire craindre les manifestations extraordinaires, et presque toujours pour en montrer l’action cachée, parallèle à celle de DIEU (comme fait un voleur qui suit pas à pas le voyageur qu’il espère détrousser au bon moment). Quiconque collectionnerait tous les traits épars dans l’œuvre du Docteur mystique sur le démon… aurait un riche traité de démonologie, où les principes généraux voisineraient — chose rare — avec les descriptions psychologiques les plus fouillées ».
Voir l’étude exhaustive du R.P. NIL, o.c.d. «Demonio e vita spirituale» dans Sanjuanistica apud Collegium Intern. Carm. Disc.
En nous appuyant surtout sur SAINTE THÉRÈSE, dans notre étude succincte, nous ne négligerons pas le riche enseignement de SAINT JEAN DE LA CROIX.
3. «Il arrive très souvent que ces communications spirituelles faites à l’âme étant très secrètes et très intérieures, le démon n’arrive pas à connaître leur nature et leurs qualités ; mais, au calme et au profond silence que quelques-une d’entre elles causent dans les sens et les puissances de la partie sensitive, il soupçonne qu’il y en a et que l’âme a reçu quelque faveur de choix». (NUIT OBSCURE, Liv. II, ch. XXIII, p. 656).
4. Man. Autob. A fol. 27.
9. Ibid.
L’homme a été créé pour remplacer l’ange déchu : c’est ce qui fonde la jalousie du démon à notre égard. Le plan divin se réalisera malgré tout, et la Sagesse en a prévu et organisé chaque détail.
Il ne semble pas douteux que, dans la pensée de DIEU, tel et tel être est destiné à remplacer dans la cour céleste tel et tel ange déchu. Le démon peut-il, par quelques indices ou affinités spirituelles, deviner ce dessein particulier de DIEU, sinon sur toutes les âmes, du moins sur certaines d’entre elles ? Si on pouvait l’affirmer, on pourrait en conclure que ces âmes ont un démon personnellement jaloux de leur grâce, et donc spécialement acharné à leur perte.
Sans aller aussi loin dans un domaine qui ne se livre guère à nos investigations, on doit pouvoir affirmer qu’il y a entre certains démons et certaines âmes des affinités qui facilitent les tentations et leur assurent plus d’efficacité.
15. VIE Ch. XXXI, pp. 327-333, où la sainte décrit plusieurs manifestations du démon dans lesquelles il se montre impuissant et rageur.
16. Nous n’avons pas à traiter longuement ici des possessions diaboliques, parce qu’elles n’intéressent pas directement la vie spirituelle. Dans la possession, le démon, par une permission spéciale de DIEU, prend possession du corps et des puissances sensibles et, sans pénétrer dans la volonté et l’intelligence (à moins que l’âme ne lui ait permis), exerce son empire par suggestion et emprise physique.
17. Dans ces cas le démon exerce son action par suggestion imaginaire. Au début utilisant la faiblesse physique du sujet, ou un désir de grâces extraordinaires, il suggère des mortifications épuisantes. La faiblesse physique augmentant, il trouve dans les puissances sensibles une docilité plus grande à ses suggestions imaginaires et aux impressions sensibles qu’il crée.
19. Il ne semble pas douteux cependant que, même à notre époque, il existe des âmes ou même des sociétés vouées au démon, faisant profession de lui rendre un culte ou du moins de servir ses intérêts dans le monde. Ces personnes jouissent d’une certaine puissance qui les rend particulièrement nuisibles.
28. «Une autre fois, me trouvant au chœur je fus saisie d’un très grand transport de recueillement. Je sortis pour qu’on ne s’en aperçut pas. Mais on entendit frapper de grands coups dans la pièce voisine où je m’étais retirée. Pour moi, j’entendis parler près de moi comme si l’on s’était concerté pour un complot et ne saisis que des cris menaçants. J’étais tellement absorbée dans l’oraison que je ne pus rien comprendre ; aussi je n’éprouvai aucune crainte ».(VIE Ch. XXXI, pp. 329-330)
33. Saint Jean de la Croix semble affirmer qu’il n’y a pas de grâces extraordinaires sans que le démon soit autorisé à produire la contrefaçon : « Si l’âme est favorisée de visions véritables de la part du bon Ange,… Dieu permet également à l’ange mauvais de représenter de fausses visions, et ces visions, d’après leurs apparences, peuvent facilement jeter dans l’illusion l’âme imprudente, comme cela est fréquent». (NUIT OBSCURE Liv. II, ch. XXIII, p. 659)
37. Ibid. p. 945.
49. «Ad effugandam omnem potestatem inimici, et ipsum inimicum eradicare et explantare…” (Rituel, la bénédiction de l’eau)
51. VIE (Traduc. du Père Père GRÉGOIRE, Editions de la Vie spirituelle ; p.149, en note).
55. Souvenirs du Père ÉLISÉE DES MARTYRS, Œuvres de SAINT JEAN DE LA CROIX, trad. Hoornaert, tom. II, intr. P. XL.
56. Ibid.
60.Man. Auto. A fol. 76e r° et V°.

Aucun commentaire: