Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

jeudi 7 janvier 2010

PROPHÉTIES D'AMSTERDAM «NOTRE DAME DE TOUS LES PEUPLES»


MESSAGES DE
NOTRE DAME DE 

TOUS LES PEUPLES
(5)

49ème Message (4 AVRIL 1954)
LES ANCIENNES NOTIONS
Je vois la DAME debout, l’air très grave. Elle me dit : «Me revoici. Écoute bien ! Dès le début, la Servante du Seigneur a été choisie pour être la Corédemptrice. Dis à vos théologiens qu’ils peuvent tout trouver dans les livres.»
Je vois alors une vieille bibliothèque pleine de livres. La DAME me la montre du doigt. Elle marque une pause en souriant comme si elle éprouvait un plaisir intérieur. Presque en chuchotant, elle dit : «Je n’apporte pas de nouvelle doctrine. C’est bien les anciennes notions que j’apporte.»
L'IMMACULÉE CONCEPTION
La DAME marque une nouvelle pause et dit : «Parce que MARIE est Corédemptrice, elle est aussi MÉDIATRICE, elle est aussi AVOCATE. Pas seulement parce qu’elle est la MÈRE du Seigneur JÉSUS-CHRIST, mais – fais bien attention – parce qu’elle est l’IMMACULÉE CONCEPTION. Théologiens, je vous le demande : avez-vous encore des objections contre ce dogme ? Vous pourrez trouver ces mots et ces notions. Je vous demande de travailler à ce dogme. Non, ne craignez rien ! Un combat va se déclencher. Eux, les autres, vont vous attaquer, mais la simplicité de ce dogme réside dans ces dernières notions que MARIE, la DAME DE TOUS LES PEUPLES, vous donne aujourd’hui. 
Battez-vous et réclamez ce dogme. Il est le couronnement de votre DAME !»
Tout cela, la DAME le dit en insistant sur chaque mot ou presque.
LA DAME ET LE SAINT ESPRIT. LES APÔTRES
Elle reste ensuite un long moment à regarder au loin. Son visage prend une expression étrange. On dirait la MARIE d’autrefois, du temps où elle était encore en ce monde.
Elle dit alors :  
«La DAME, la Servante du Seigneur a été élue et fécondée par le SAINT ESPRIT»
La DAME marque une pause et je vois une brume se former autour d’elle, un voile lumineux. Très lentement, elle dit alors : «La DAME a été élue. Elle allait aussi être présente lors de la descente du SAINT ESPRIT. Il fallait que le SAINT ESPRIT vienne sur les apôtres...»
– et, levant l’index, la DAME dit en insistant sur les mots – «...les premiers théologiens ! C’est pourquoi le Seigneur a voulu que sa MÈRE soit présente à leurs côtés. Sa MÈRE, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES, est devenue, au départ de son FILS, la DAME DE TOUS LES PEUPLES, la Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE, avec pour témoin un seul apôtre, un seul théologien. C’est à lui qu’il revenait en effet de prendre soin de la MÈRE. Quant à elle, il lui revenait de prendre soin de ses apôtres.»
Tandis que la DAME prononce ces dernières paroles, je vois tout d’abord quelqu’un qui se tient près d’elle, un homme d’une époque reculée, encore jeune et portant un vêtement long. Ensuite, cette personne a disparu et je vois différents hommes d’Église qui se tiennent autour de la Dame.
LA CLEF DE VOÛTE DE LA PENSÉE MARIALE
La DAME me regarde et dit sur un ton insistant : «C’est la dernière fois que la DAME parle de ce dogme ! Elle va revenir, mais pour d’autres choses. Dis cependant à vos théologiens qu’ils ont maintenant tout en mains. Il leur faut maintenant accomplir la volonté du Seigneur JÉSUS-CHRIST. Ce dogme doit constituer la clef de voûte de la pensée mariale. Dis aux théologiens que la DAME DE TOUS LES PEUPLES en verra la réalisation.»
LE PAPE. LE SACRISTAIN
La DAME étend à présent les mains en les tenant comme dans un geste protecteur au-dessus de quelque chose. Je vois le Saint-Père, le pape PIE XII. La DAME dit : «J’assisterai le Saint-Père. Fais bien attention à mes paroles ! Il recevra la force de tout préparer. De nombreux changements se produiront.»
Je vois alors distinctement la DAME qui se tient au-dessus de la basilique Saint-Pierre, endroit où on dirait que tout tourne. La DAME dit : «Que le Saint-Père accomplisse son projet grandiose aussi vite qu’il lui est possible. Dis-lui que la
DAME DE TOUS LES PEUPLES l’a aidé et qu’elle l’assistera de la force dont il a besoin. Le Saint-Père sait déjà tout. Quant aux forces dont il a besoin, la DAME DE TOUS LES PEUPLES les lui donnera.»
La DAME porte un regard de profonde compassion sur le pape PIE XII. Avec beaucoup de douceur et presque de la pitié dans la voix, elle dit : «Il sait ce qu’il a.»
La DAME ramène alors les mains dans la position habituelle et dit sur un ton insistant :«Dis au sacristain que tout ira bien. Il agira et persévérera dans cette cause comme le lui demande la DAME !»
MESSAGE POUR L’ÉVÊQUE
La DAME me regarde de nouveau et sourit. Tout en faisant aller et venir le doigt, elle dit :
«Venons-en à ton évêque. Tu dois lui demander de faire connaître la prière et les messages.»
Je vois alors un évêque, j’ignore lequel. Je dis à la DAME : «Il ne le fera pas ; j’ai tellement peur de le lui demander.» La DAME me regarde d’un air compatissant et, dans un sourire, elle dit :
«N’aie pas peur, mon enfant, demande-lui simplement ça. Dis-lui que le temps est venu. Il peut autoriser la prière comme étant la mienne. Il peut autoriser l’érection de l’église. Les signes sont contenus dans mes paroles, dis-le lui. Dis-lui aussi que la DAME veut que son image soit maintenant exposée en public accompagnée des mots selon lesquels la prière vient de sa MÈRE, MARIE, qui veut aussi être sa
DAME DE TOUS LES PEUPLES. Dis-lui : MARIE en prend l’entière responsabilité.
Je donnerai plus tard d’autres signes encore quand j’aurai fini de parler. Je reviendrai et La DAME pose alors un regard très grave devant elle. C’est comme si je voyais passer de lourds nuages autour du globe. Je parlerai pour les peuples. Il fallait que tout ceci précède le reste.»
LA MAIN DE SATAN
La DAME pose alors un regard très grave devant elle. C’est comme si je voyais passer de lourds nuages autour du globe sur lequel elle se tient, tandis qu’il tourne à toute vitesse. La DAME tend le doigt vers le globe et dit avec beaucoup de tristesse dans la voix : «Regarde le monde ! Prête bien attention à ce que je vais te dire.»
La
DAME tient alors la main droite levée, la paume tournée vers moi. Je vois un grand dé dans sa main. La DAME secoue ensuite la main au-dessus du globe. Tout à coup, l’image change. Je vois une main bien différente, plutôt un genre de griffe qui me soulève le cœur et me laisse du dégoût. Dans la griffe aussi, il y a un dé.
La DAME dit : «La main de satan passe sur le monde entier en tenant un dé. Église, Communauté, connais-tu le sens de cela ? Satan est encore le prince de ce monde. Il tient en main ce qu’il peut. C’est pourquoi la DAME DE TOUS LES PEUPLES devait venir en ce temps. Car, étant l’IMMACULÉE CONCEPTION, elle est de ce fait la Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE. Ces trois notions n’en faisant qu’une. Entendez-vous bien cela, théologiens ?»
La
DAME fait un geste comme si elle rassemblait en une seule chose trois éléments dispersés. Puis, elle dit : «La DAME devait apporter maintenant sa prière sur ce monde satanique. Car le SAINT ESPRIT doit encore venir sur les peuples. Comprenez bien ce message ! Priez donc ma prière, peuples, afin que le SAINT ESPRIT vienne réellement et véritablement.»
En disant cette dernière phrase, la
DAME tenait en hauteur ses mains jointes comme pour montrer aux hommes comment prier.
OFFRANDE ET COMBAT
La DAME marque une nouvelle pause ; elle me regarde d’un air très grave bien qu’avec le sourire. Elle dit : «Et toi, mon enfant, tu as peur de transmettre tout cela ? Alors, la DAME te dit : qu’ils viennent avec toutes leurs détresses d’âme et de corps ! La DAME est là ; elle les ramène et les aidera. Fais de ta vie une offrande. Dis à ton directeur spirituel que le Seigneur choisit toujours ce qui est faible pour ses projets importants. Qu’il soit rassuré.»
La
DAME regarde dans le lointain et dit : «Et à tous les autres : persévérerez dans votre œuvre ; battez-vous pour la DAME DE TOUS LES PEUPLES qui doit venir en ce temps. Je les aiderai. Je reviens le 31 mai.» Puis la Dame disparaît très lentement.
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg


50ème MESSAGE (31 MAI 1954) MARIE MÉDIATRICE DE TOUTES LES GRÂCES
DEMANDEZ CE DOGME
«Me revoici. La Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE se tient à présent devant toi. J’ai choisi ce jour ; c’est en ce jour que la DAME recevra son couronnement. Théologiens et apôtres de JÉSUS-CHRIST, écoutez bien ! Je vous ai donné l’explication du dogme. Œuvrez à ce dogme et demandez-le. Implorez ce dogme auprès du Saint-Père. Le Seigneur JÉSUS-CHRIST a fait de grandes choses, et à vous tous, Il accordera davantage encore en ce temps, en ce vingtième siècle.»
EN CETTE DATE
«En cette date, la Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE recevra son titre officiel de «la DAME DE TOUS LES PEUPLES». Remarque bien, ces trois notions en un seul geste. Les trois ! »
La DAME me montre trois doigts. De l’autre main, elle fait un geste circulaire autour d’elle : une brume, un voile lumineux vient pour ainsi dire l’envelopper.
«Ces trois notions, je les montre à présent à tes théologiens, ces trois notions dans un seul geste. Je dis cela deux fois, parce qu’il y en a qui ne veulent qu’une seule notion. Le Saint-Père autorisera les trois. Mais vous, vous devez l’aider dans ce but. Comprenez bien tout cela.»
LE JOUR DU COURONNEMENT DE LA DAME
Et voici tout à coup que je me trouve avec la DAME au-dessus du dôme d’une grande église. Alors que nous entrons, j’entends la DAME me dire : «Je t’emmène ici. Rapporte ce que je te montre et te fais entendre.»
Nous sommes à présent dans une église immense, la basilique Saint-Pierre. J’y vois beaucoup de cardinaux et d’évêques réunis. Le pape 69 fait son entrée. On le porte sur une sorte de siège ; par la suite, il marche. Les gens l’acclament, le chœur entonne un chant. Le Saint-Père, deux doigts levés, fait alors une déclaration dans une langue que je ne comprends pas.
Tout à coup, la DAME réapparaît sur le globe. Elle sourit et dit : «Voilà, mon enfant, je t’ai montré quelle est la volonté du Seigneur
JÉSUS-CHRIST. Ce jour sera le couronnement de sa MÈRE, la DAME DE TOUS LES PEUPLES, qui fut un jour Marie.»
ET LA DAME EST RESTÉE AUPRÈS DE SES APÔTRES
La DAME reste à présent sans rien dire, le regard perdu dans le lointain. Un moment après, elle dit :
«Et la DAME est restée auprès de ses apôtres jusqu’à la venue de l’ESPRIT»
Alors qu’elle dit cela, l’étrange métamorphose se produit de nouveau sur son visage ; on dirait qu’elle parle depuis une période reculée. Je vois des hommes d’Église et d’autres personnes qui l’entourent alors qu’elle dit : «De la même façon, il est donné à la DAME de venir aussi auprès de ses apôtres et ses peuples du monde entier pour leur apporter une nouvelle fois le
SAINT ESPRIT. Car, lorsqu’il y a de grandes décisions à prendre, il faut toujours invoquer le vrai, le SAINT ESPRIT»
La DAME marque une nouvelle pause ; elle dit ensuite à voix basse et de façon très impressionnante : «Et MARIE est restée auprès de ses apôtres.»
Je vois alors la DAME assise dans une salle ; elle est entourée de gens d’une époque reculée portant de longues tuniques.
TOUS  LES PEUPLES ME  DIRONT BIENHEUREUSE
La DAME regarde alors devant elle comme dans le lointain et dit d’une voix très nette et lente :
«Ma prophétie :
«Désormais, tous les peuples me diront bienheureuse», s’accomplira plus que jamais quand le dogme sera proclamé. Le Saint-Père connaît son temps. Il préparera et accomplira cela avant d’être élevé parmi les Nôtres.
En ce jour, tous les peuples me diront bienheureuse. Je suis venue en cette date afin que...»
– la DAME montre d’un geste circulaire ce qui l’entoure – «... qu’ils attestent que la
DAME DE TOUS LES PEUPLES a réellement et véritablement dit cela.»
LE SIGNE DE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
«J’ai dit : Église de ROME, je ne reviendrai pas plus de quelques fois. La DAME DE TOUS LES PEUPLES a voulu vous dire par là : pas plus de quelques fois avant la proclamation du dogme. Prêtez-y bien attention ! Et voici le signe : il est donné à la DAME DE TOUS LES PEUPLES de venir, sous ce titre, tous les ans auprès de ses enfants, auprès de ses apôtres, auprès de tous les peuples.»
LA PAROLE, LA VOIX DE LEUR MÈRE
«Je suis venue dans ce monde sous toutes sortes de formes.»
La DAME regarde alors le globe terrestre et, l’air triste, secoue la tête de gauche à droite.
«À présent, je le demande : cela a-t-il servi à quelque chose ? Le Seigneur JÉSUS-CHRIST veut encore accorder une grande faveur au monde et c’est la parole, la voix de leur MÈRE, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES. Grâce à cet instrument, dans un petit pays en déclin, la DAME DE TOUS LES PEUPLES donnera tous les ans ses exhortations et consolations maternelles. Plus tard, cela s’arrêtera.
Mon enfant, on te croira. Je suis là. Je t’assisterai et je t’aiderai. Il faut que le tableau soit exposé en public. Demande-le à ton évêque. Il autorisera le transfert du tableau. 70 Il autorisera l’érection de l’église que je t’ai montrée. Tout le monde doit se battre dans ce but. Dis-le à ton directeur spirituel. Je l’aiderai, tout comme les autres. C’est ma prière, dis-le à ton évêque. Il autorisera cela. Non, mon enfant, n’aie pas peur !»
APRÈS LE DOGME, LA PAIX
La DAME regarde de nouveau au loin. Un moment après, elle reprend : «Désormais, tous les peuples me diront bienheureuse. La DAME DE TOUS LES PEUPLES désire l’unité dans le vrai, le SAINT ESPRIT. Le monde est enveloppé d’un faux esprit, de satan. Quand le dogme, le dernier dogme de l’histoire mariale aura été proclamé, la DAME DE TOUS LES PEUPLES donnera la paix, la vraie paix au monde. Il faut cependant que les peuples prient ma prière, avec l’Église. Ils sauront que la DAME est venue en tant que Corédemptrice, MEDIATRICE et AVOCATE. Qu’il en soit ainsi. Je reviendrai comme je l’ai promis aujourd’hui, mais en public.»
J’ai très peur en entendant cela, mais la DAME dit : «Non, mon enfant, ne crains rien ! Qu’il en soit ainsi.»
AGENOUILLEZ-VOUS DEVANT VOTRE CRÉATEUR
La Dame marque une longue pause ; puis, elle reprend : «Maintenant, je m’adresse aux peuples du monde entier. Apôtres et peuples, agenouillez-vous devant votre Seigneur et Créateur et soyez reconnaissants. La science de ce monde a appris aux hommes à oublier ce qu’est la reconnaissance. Ils ne connaissent plus leur Créateur. Peuples, prenez garde ! Agenouillez-vous, inclinez-vous devant votre Créateur.»
La DAME dit cela avec un respect et une piété immense. Elle tombe à genoux et se penche au point de pratiquement toucher le sol.
«Demandez sa miséricorde et Il se révélera miséricordieux. Ne vous en donne-t-Il pas la preuve en ce temps ? Que le PÈRE, le FILS et le SAINT ESPRIT soit 71 avec vous, tous les jours de votre vie. Que le PÈRE et le FILS vous apporte la
DAME DE TOUS LES PEUPLES







TOUS LES HOMMES
«Qui et quoi que vous soyez, il m’est donné d’être pour vous : la Mère, la DAME DE TOUS LES PEUPLES»
La DAME regarde alors dans le lointain comme si elle cherchait des gens.

C’est comme si elle voulait vraiment les attirer tous à elle, ceux qui appartiennent à notre Église, ceux qui n’appartiennent pas à notre Église et même ceux qui n’appartiennent à aucune Église.

«Peuples, veillez donc à ce qu’on amène à la DAME ceux qui sont dans la détresse – j’entends aussi par là la détresse spirituelle. Soyez à l’œuvre parmi les autres au moyen de ma prière.»
La DAME marque une pause puis reprend : «La DAME reviendra tous les ans.»
Puis, lentement, elle disparaît.


69 Dans le commentaire qu’elle a fait de ce passage en 1966, la voyante a déclaré ne toujours pas savoir qui était ce pape.
70 Malgré un premier refus, l’évêque accepta qu’on expose le tableau en public. La peinture de la DAME DE TOUS LES PEUPLES fut transférée solennellement le 19 décembre 1954 dans l’église Saint-Thomas de la Rijnstraat. cf. annexe II.
71 Voir note 42 
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg



51ème MESSAGE (31 MAI 1955 ) MARIE REINE
LA DAME APPARAÎT EN PUBLIC
Le matin, pendant la sainte Messe, j’entends tout à coup la voix de la DAME qui dit :
«Je viens aujourd’hui. Va à la chapelle.»
Le soir, il y a l’office 73 et l’église est pleine à craquer. Au cours du cinquième mystère glorieux 74 , j’entends la voix de la DAME qui répète : «Va à la chapelle.»
Vu le monde qu’il y a dans l’église, je n’ose toutefois pas y aller et je reste à ma place. De derrière, c’est-à-dire de la chapelle, vient une lumière crue qui traverse toute l’église. Ça me glace d’effroi. Tout à coup, j’entends la voix de la DAME très nettement, tout près de mon oreille. Je l’entends dire : «Lève-toi !»
Elle a parlé comme si elle me donnait un ordre ; effrayée, je me lève et me dirige au fond de l’église. J’ai l’impression de planer. Arrivée dans la chapelle où est accroché le tableau, je vois un océan de lumière. Je m’agenouille à même la dalle. Soudain, la DAME sort de cette lumière ; je la vois plus belle que jamais. Elle dit : «Prie ma prière.»
Mais je suis tellement bouleversée et impressionnée par tout cela que je n’arrive pas à parler. C’est ce que je dis intérieurement à la DAME. Elle me sourit et répète : « Prie ma prière»
Elle se met alors à prier elle-même à haute voix : «Seigneur JÉSUS-CHRIST...»
D’un seul coup, la voix me revient et je peux la répéter après elle. Elle me laisse alors continuer.
LA DAME S'ADRESSE AUX PEUPLES
La DAME attend ensuite un moment en regardant au loin. Puis elle se met à parler :
«Me voici en tant que
DAME DE TOUS LES PEUPLES, la Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE»
La Dame marque une nouvelle pause en regardant au loin. Et comme si elle s’adressait à une foule invisible, elle dit : «J’ai fait la promesse de venir aujourd’hui, le 31 mai. La MÈRE, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES se tient ici devant vous. Aujourd’hui, elle veut s’adresser aux peuples.  

Écoutez bien mes paroles ! Je viens mettre en garde les peuples. Satan n’est pas encore expulsé. Peuples, prenez garde aux faux prophètes. Il est donné à la DAME DE TOUS LES PEUPLES de venir tous les ans. Elle a promis de donner son signe. Ce signe à présent est donné. J’ai dit : je reviendrai, mais en public.»
En me désignant, la DAME dit : «Eh bien ! peuples, cet instrument entend la voix de la DAME de façon à pouvoir vous porter sa parole.»
ELLE VAINCRA SATAN
La DAME marque une nouvelle pause et dit : «Non, satan n’a pas encore été expulsé. Ilest donné à la DAME DE TOUS LES PEUPLE de venir à présent pour expulser satan. Elle vient annoncer le SAINT ESPRIT. C’est seulement maintenant que le SAINT ESPRIT va venir sur cette terre. Vous devez cependant prier la prière que j’ai donnée. Vous devez penser tous les jours et à tout moment à la prière que la DAME DE TOUS LES PEUPLES a donnée à ce monde, en ce temps. DIEU seul sait à quel point satan règne. Il vous envoie maintenant, à tous les peuples, sa MÈRE, la DAME DE TOUS LES PEUPLE



Elle vaincra satan, comme cela a été prédit. Elle posera les pieds sur la tête de satan.»







LA TRINITÉ
Très soucieuse, la DAME dit alors :

«Peuples, ne vous en laissez pas conter par de faux prophètes ! N’écoutez que Lui, DIEU LE PÈRE, le FILS et le SAINT ESPRIT. Car le même PÈRE est le même FILS. Le même PÈRE et FILS est le même SAINT ESPRIT»

La DAME dit cela d’une voix très lente. DIEU exaucera sa MÈRE
La DAME marque une longue pause avant de reprendre : «Vous verrez encore bien des choses en ce siècle. Vous, peuples de ce temps, sachez que vous êtes sous la protection de la DAME DE TOUS LES PEUPLES ! Invoquez-la comme AVOCATE ; demandez-lui d’écarter toutes les calamités. Demandez-lui de bannir la corruption de ce monde. De la corruption proviennent les calamités ; de la corruption proviennent les guerres. Par ma prière, vous demanderez que cela soit épargné au monde. Vous ne connaissez ni la grandeur ni l’importance qu’a cette prière auprès de DIEU. Il exaucera sa MÈRE quand elle voudra être votre AVOCATE»
FAITES CONFIANCE A VOTRE MÈRE
La DAME marque une nouvelle longue pause. D’un air très soucieux, elle reprend : «De grandes choses vont se produire. Vous, les jeunes, vous verrez de grands changements. C’est la DAME DE TOUS LES PEUPES qui vous le dit. Elle vous protègera. Elle se tiendra en ce temps... en ce temps, en ce monde, au-dessus de tous les peuples en tant que DAME. Le temps viendra où on assistera à de grandes inventions. On va assister à des inventions inquiétantes : même vos pasteurs seront étonnés au point de dire : ça nous dépasse. Soyez alors attentifs aux paroles que la DAME vous a dites le 31 mai. Le PÈRE sait et permet tout ce qui va se produire dans le monde.
Sachez que le SAINT ESPRIT est plus proche que jamais. Le SAINT ESPRIT ne vient que si vous le demandez. Depuis le début, Il est. Mais maintenant, le temps est venu.
Le monde ne sait plus vers quoi aller. Eh bien ! peuples, faites confiance à votre MÈRE, elle qui n’a jamais abandonné ses enfants. Il lui est donné de venir sous ce nouveau titre : Corédemptrice, MÉDIATRICE, AVOCATE»
LA DAME DONNERA SA BÉNÉDICTION
«Demandez donc à votre Saint-Père qu’il proclame le dogme que la DAME désire.»
Je vois la DAME joindre tout à coup les mains dans un geste gracieux. Elle s’arrête de parler et, des yeux, attire mon attention sur ce qui se passe au loin. Au même moment, je retrouve mon ouïe normale et j’entends les clochettes annoncer la bénédiction du Saint-Sacrement. La DAME regarde en direction de l’autel dans une expression de fervente piété. On dirait qu’une éclatante lumière descend sur elle et qu’elle reçoit la bénédiction avec nous tous. La bénédiction terminée, la DAME, sereine, reprend son message : «Une fois que le dogme aura été proclamé, la DAME DE TOUS LES PEUPLES donnera sa bénédiction ; la
DAME DE TOUS LES PEUPLES donnera la paix. Elle vous aidera quand ce dogme aura été proclamé.»
RETOUR  AU SACRIFICE
«De grandes choses sont sur le point de se produire. Le monde est en état de corruption. Peuples, n’oubliez pas le miracle quotidien que le Seigneur JESUS-CHRIST vous a offert ! Il vous l’a donné pour que vous le viviez tous les jours. Vous rendez-vous bien compte de ce que vous manquez ?
Peuples, je l’ai dit : je viens exhorter les peuples et consoler mes enfants, les apôtres et tous les peuples. Eh bien ! voici à présent que la DAME est venue.
Vous conduirez vos enfants au Seigneur JÉSUS-CHRIST. Vous leur réapprendrez à prier, ainsi que la
DAME DE TOUS LES PEUPLES vous apprend à prier sa prière. La DAME vous le demande à vous, parents : apprenez à vos enfants cette prière. Ramenez vos enfants au sacrifice ; ramenez vos peuples au sacrifice. 
Et quand je dis «les peuples», je veux parler de mes brebis blanches et surtout de mes brebis noires qui sont autour de moi. Vous, les Blancs, n’oubliez pas les peuples noirs. Il faut les amener au Seigneur JÉSUS-CHRIST; il faut les amener au PÈRE, au FILS et au SAINT ESPRIT»
LE ROYAUME DE DIEU
«Lorsque vous engagerez des démarches pour demander le dogme au Saint-Père, la DAME tiendra sa promesse et la vraie paix se fera. La vraie paix, peuples, c’est le Royaume de DIEU. Le Royaume de DIEU est plus proche que jamais, comprenez bien ces paroles !
C’est réellement et véritablement la MÈRE, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES, qui vous dit cela. 
Mes exhortations : n’écoutez pas de faux prophètes ; écoutez uniquement vos pasteurs catholiques, vos ministres protestants, la voix de votre conscience… un Être Supérieur. Cela, je le dis pour ceux qui n’adhèrent pas à la vraie Église.»
La DAME lève maintenant le doigt et dit avec autorité : « Vous, gens de l’Église de ROME, prenez donc conscience du bonheur, du grand bonheur qui est le vôtre ! Comprenez donc ce que cela veut dire, appartenir à l’Église de ROME. Êtes-vous certains d’agir dans ce sens ?»
LES PEUPLES RÉUNIS AUTOUR DE SON TRÔNE
«Il est donné à votre MÈRE, la DAME DE TOUS LES PEUPLES, de venir à vous une fois par an sous ce nouveau titre. Plus tard, ça s’arrêtera. Comprenez bien ces paroles quand je dis : vous devez veiller à ce que tous les ans les peuples se rassemblent autour de ce trône, près de ce tableau.»
Alors que la DAME est toujours dans cette lumière resplendissante, je vois soudain la chapelle avec la représentation de la DAME. Une foule de gens l’entourent répartis en groupes ; il y a un très grand nombre de peuples étrangers. La DAME dit : «Telle est la grande faveur qu’il est donné à MARIE, MIRYAM ou la
DAME DE TOUS LES PEUPLES d’offrir au monde.»
VOUS ÊTES RESPONSABLES
«J’ai dit : elle reviendra. Elle parlera à ses apôtres. Mais c’est d’abord à vous, peuples, que parle la DAME. Aidez vos apôtres ; ne leur rendez pas la tâche si dure. Ramenez vos enfants au Seigneur, consacrez-les Lui. Apôtres du Seigneur JÉSUS-CHRIST, votre DAME vous comprend, votre DAME vous aidera dans toutes les difficultés, votre DAME vous assistera. Présentez donc en son nom vos demandes au PÈRE, au FILS et au SAINT ESPRIT qui maintenant plus que jamais va venir. J’ai dit : le Royaume de DIEU est plus proche que jamais. Peuples, savez-vous bien ce que cela va signifier ? Savez-vous bien, peuples, que vous êtes responsables ? Vous, les grands de ce monde, ne dupez pas vos enfants, ne dupez pas les plus petits d’entre les miens. Vous êtes responsables en face de votre Seigneur JÉSUS-CHRIST»
Et la DAME répète avec autorité : «Vous êtes responsables !»
LA DAME VOUS SUPPLIE
«J’ai dit tout à l’heure : on fera des inventions inquiétantes. DIEU le permet mais vous, peuples, vous pouvez faire en sorte que ça ne débouche pas sur des malheurs. Peuples, je vous en supplie…La DAME vous supplie, écoutez bien. Jamais encore la MÈRE DE DIEU ne vous a suppliés…»
La DAME marque une nouvelle pause avant de dire : « Pour éviter, peuples, que vous n’en veniez à des choses inquiétantes, la DAME, aujourd’hui, vous supplie : demandez donc au
PÈRE, au FILS et au SAINT ESPRIT qu’Il protège son peuple, qu’Il ramène son peuple à l’unité. Il faut que le peuple parvienne à l’unité, à ne faire plus qu’un, et au-dessus : la DAME DE TOUS LES PEUPLES. Une unique Communauté, peuples ; j’insiste sur ces mots : une unique Communauté !»
UNE UNIQUE COMMUNAUTÉ
«Pensez à l’avenir.»
On dirait que c’est en riant que la DAME dit maintenant : «Non, la DAME ne dit pas : pensez à votre avenir matériel. Comprenez bien pourquoi il m’est donné de venir en ce grand jour. Ce grand jour, c’est le Seigneur
JÉSUS-CHRIST qui l’a choisi pour la DAME DE TOUS LES PEUPLES. Il lui est donné de rassembler ses peuples dans l’unité. Il lui est donné de rassembler ses peuples dans une seule et grande Communauté. Tous les peuples en une seule Communauté, voilà ce à quoi doit s’employer ce monde, ce temps que j’ai annoncé à maintes reprises. À maintes reprises, j’ai parlé dans le secret de ce temps. Eh bien ! peuples, ce temps a commencé. Satan n’est pas encore expulsé mais vous, peuples de l’Église de ROME, il faut vous en charger.»
La DAME lève de nouveau le doigt en signe d’avertissement et elle continue avec gravité :
«Pensez à vos sacrements, ils existent toujours ! Peuples, par votre exemple, amenez-en d’autres à Lui, au Miracle quotidien, au Sacrifice quotidien.»
VOTRE MÈRE VOUS A PRÉCÉDÉS
«Et ainsi s’accompliront les paroles : «Désormais, tous les peuples me diront bienheureuse» Ce message de la DAME DE TOUS LES PEUPLES se répand aujourd’hui sur le monde.
J’ai dit : j’apporterai de la consolation. Peuples, votre MÈRE sait ce qu’est la vie, votre MÈRE sait ce qu’est la peine, votre MÈRE sait ce qu’est la CROIX. Tout ce par quoi vous passez en cette vie, c’est ce en quoi votre MÈRE, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES vous a précédés. Ce chemin, elle l’a emprunté avant vous.»
La DAME marque une nouvelle pause, puis elle ajoute lentement : «Mais elle est allée jusqu’au PÈRE, elle est retournée à son FILS. Vous aussi, peuples, par votre chemin de CROIX, vous allez jusqu’au PÈRE ; vous aussi, par votre chemin de CROIX, vous allez au FILS. Le SAINT ESPRIT vous y aidera ; invoquez-Le en ce temps. Je ne le dirai jamais assez au monde : allez au SAINT ESPRIT en ce temps !» La DAME prononce ces derniers mots très lentement et avec insistance.
RETOURNEZ A LA COMMUNAUTÉ
«On vous aidera. Retournez à l’Église. Retournez à la Communauté. Prenez soin de mes autres brebis, celles qui sont là en train de brouter. Savez-vous ce que cela veut dire : être en train de brouter ?»
Ces derniers mots aussi, la DAME les dit avec une grande insistance.
«Veillez surtout à l’unité entre les peuples.C’est ce que la
DAME DE TOUS LES PEUPLES est venue vous dire aujourd’hui. Elle ne vous oubliera pas. Vous ne pouvez pas encore comprendre mes paroles. J’ai dit : les signes sont contenus dans mes paroles.»
UNE PAROLE DE RÉCONFORT
«Votre MÈRE va vous dire une parole de réconfort. Quand viendra le temps du Seigneur JÉSUS-CHRIST, vous remarquerez que les faux prophètes, la guerre, la discorde, les divisions disparaîtront. Or, ce temps commence. C’est la DAME DE TOUS LES PEUPLES qui vous le dit.»
La DAME disparaît alors lentement.

72 Dans son encyclique Ad Cæli Reginam du 11 octobre 1954, le pape PIE XII a donné officiellement à MARIE le titre de «REINE DU CIEL ET DE LA TERRE». La solennité de cette fête a été fixée au 31 mai, jour où on célébrait déjà, dans divers diocèses, la fête de MARIE MÉDIATRICE DE TOUTES LES GRÂCES. La fête de MARIE REINE a été de ce fait déplacée au 22 août par un décret du 21 mars 1969. On a déplacé en même temps la fête de la VISITATION du 2 juillet au 31 mai.
73 Quand la voyante parle d’office, il s’agit en fait du chapelet et de l’adoration du Saint-Sacrement.
74 Le COURONNEMENT DE LA VIERGE MARIE.
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg



52ème MESSAGE (31 MAI 1956) FÊTE DIEU
LA VOYANTE DANS UN CONFLIT INTÉRIEUR
À la fin de la sainte Messe du matin, dans l’église Saint-Thomas, j’entends soudain la voix de la DAME, pressante et nette. Elle dit : « Je viens aujourd’hui. Demande à ton évêque de ramener le tableau à l’église avant que la troisième heure ne soit là.» 75
Je réponds : «Je ne le ferai pas. De toute façon, ils ne me croient pas.» La DAME dit alors d’un ton très fâché : «Fais ce que je te dis !» 76
Dans l’après-midi, nous prions en famille le chapelet. Au troisième mystère glorieux, à trois heures précises, j’entends tout à coup la voix de la DAME. Elle dit : «Va au Wandelweg. »
Je sursaute et je dis : « Je ne le ferai pas. Je dois obéir au Père FREHE ; je lui ai donné ma parole. Faites autre chose, car il faut que vous nous aidiez.» 77
Le soir, vers huit heures et demie, j’entends de nouveau la voix de la DAME. Elle dit :
«Je viens quand même aujourd’hui.»
Je demande : «Où donc ?» La DAME répond : «Ici. Avertis-les et dis-le à ton curé.»
Je dis : «Je ne le ferai pas parce que je ne peux rien faire sans le Père FREHE» Effectivement, je ne l’ai pas fait.
CAUSE DE LA PROMESSE
Après l’office à l’église, différentes connaissances passent nous voir pour nous dire comment c’était, combien c’était beau. 78
À dix heures précises, la lumière apparaît subitement dans la pièce. La DAME sort de cette lumière crue, très lentement. Dès qu’elle est là, debout, elle dit : «C’est à cause d’eux, ici, que je suis venue aujourd’hui.»
Elle désigne alors le cercle de personnes assises autour de nous. «En vérité, je te le dis, le Seigneur JÉSUS-CHRIST a envoyé ici la
DAME DE TOUS LES PEUPLES jusqu’à toi à cause de la promesse. Dis-le à ton évêque ; dis-le à ton directeur spirituel.»
OBÉISSANCE
Voilà que la DAME me regarde et me sourit tout en disant : «Tu as bien agi. L’obéissance était prioritaire.»
La DAME marque alors une pause ; puis elle dit : «J’ai dit : va au Wandelweg.»
Elle me sourit de nouveau et dit : «Tu as obéi. Qu’il en soit ainsi. C’est ce qu’a désiré le Seigneur.»
La DAME marque alors une nouvelle pause. Elle dit ensuite, tout en regardant au loin : «C’est à cause de la ville – qu’ils comprennent bien dans quel sens la DAME l’entend –, à cause de la ville, que la DAME a voulu cette obéissance.»
L’EMPLACEMENT DE LA NOUVELLE ÉGLISE
La DAME marque une longue pause. Puis, regardant autour d’elle, elle dit : «Maintenant, la DAME, prenant les personnes présentes à témoin, te fait voir où et comment sera érigée l’église de la DAME DE TOUS LES PEUPLES»
La DAME reste de nouveau un long moment sans rien dire. Puis, c’est comme si on se trouvait tout à coup dehors, sur un terrain. La DAME me montre à présent l’endroit précis où il faut construire la nouvelle église. Elle indique le côté gauche et dit : «Regarde bien ! Pas là-bas mais ici.»
Elle indique à présent le côté droit. «Je te le fais voir maintenant. Tu l’expliqueras plus tard aux autres.»
Je vois maintenant distinctement l’endroit : un terrain où il y a de l’herbe, des arbres et une petite buvette au bord du Zuidelijke Wandelweg. La DAME répète : «Regarde bien !»
Elle marque une pause. Puis elle reprend : «Ils rencontreront des difficultés. C’est un grand terrain ; il sera un jour cerné par une moitié de ville.»
Je vois alors effectivement un grand terrain cerné par des maisons et des immeubles nouveaux. Une partie de l’actuelle digue a disparu.
L’ÉGLISE VUE DE L’EXTÉRIEUR
Tout d’un coup, je vois à l’emplacement qu’a indiqué la DAME, se dresser une grande église. C’est une église majestueuse sur une grande place, une église très particulière, différente de celles que nous connaissons, mais dans laquelle on retrouve des éléments appartenant à toutes les autres églises. L’arrière me paraît être de style byzantin, la façade plutôt de style occidental. C’est une église faite de pierre de taille, d’un beige qui tire sur le jaune. Le regard est attiré par les coupoles d’un vert clair, une grande flanquée de deux plus petites. La DAME me les indique et dit : «Tu vois que l’église a trois coupoles, une grande flanquée de deux petites.»
Le vert des coupoles tranche magnifiquement sur le beige des murs. Ces murs sont percés de grandes fenêtres, ceux des tours uniquement juste en dessous des coupoles. La grande coupole est surmontée d’une croix.
LE PORCHE
L’entrée de l’église est particulièrement majestueuse, imposante et noble. Il y a des marches qui conduisent à un grand et large porche. Ce porche est soutenu sur le devant par quatre énormes colonnes portant des ornements à leurs deux extrémités. Les colonnes ne sont pas lisses, mais pour ainsi dire cannelées de haut en bas. Le toit de l’entrée, soutenu par ces colonnes, présente un rebord orné de sculptures, de reliefs.
L’INTÉRIEUR DE L'ÉGLISE
Puis, sur un ton très solennel, la DAME dit : «Nous entrons à présent dans la maison du Seigneur.»
Je me retrouve soudain avec elle dans l’église. C’est un grand édifice chaud. Il y a des vitraux à toutes les fenêtres : des couleurs intenses, chaudes, avec, pour dominante, une sorte de rouge et de bleu byzantins, couleurs qu’on ne trouve pas dans nos églises. En parcourant l’église avec la DAME, je m’aperçois que le sol est quelque peu incliné comme celui d’un amphithéâtre. Je suis frappée aussi de voir que tout, dans l’église, est disposé en demi-cercle. L’ensemble de l’édifice et ce qui se trouve dedans présente des formes circulaires. Dans la partie antérieure de l’église, je vois un plateau surélevé, sorte d’estrade aux dimensions impressionnantes auquel on accède par des marches en demi-cercle. Les sièges sont eux aussi disposés dans le même esprit. Devant l’estrade, je vois des bancs de communion.
LES AUTELS
Sur l’estrade, il y a trois autels placés en demi-cercle. Me montrant celui du milieu, la DAME me dit : «Au milieu, la croix, le miracle quotidien, l’autel du sacrifice de la CROIX»
La DAME me montre ensuite un tabernacle bas surmonté d’une petite croix. Puis l’autel du côté de l’Épître. Les mains jointes, elle dit sur un ton plein de solennité et de respect :
«L’autel du PÈRE, du FILS et du SAINT ESPRIT»
La DAME me montre alors l’autel du côté de l’Évangile et dit : «De ce côté, l’autel de la
DAME DE TOUS LES PEUPLES. Regarde bien : au même niveau. On a l’impression d’avoir un seul demi-cercle : un grand demi-cercle et, de chaque côté, un petit.»
Si je vois trois autels, ils semblent n’en former qu’un, un seul demi-cercle bien qu’il y en ait trois.
LES RELIEFS DERRIÈRE LES AUTELS
La DAME dit alors : «Au milieu, l’autel. Derrière, une représentation de la Cène.»
La DAME me fait voir à présent distinctement les reliefs qui se trouvent derrière les trois autels. Derrière l’autel central, une Cène occupe la quasi-totalité du mur concave. Le CHRIST a les traits d’un personnage splendide et digne. Devant lui, un calice. Dans les mains, il tient une hostie qu’il semble rompre. Les apôtres l’entourent, à moitié allongés autour de la table.
La DAME se dirige avec moi côté Épître ; elle dit : «Tu vois ici le PÈRE, siégeant sur le globe.»
Sur le mur du fond, côté Épître, je vois une représentation du PÈRE, du FILS et du SAIT ESPRIT. Le PÈRE est représenté siégeant sur le globe. Une croix se dresse sur sa main droite. Au-dessus de lui, il y a une colombe de laquelle émanent de tous côtés des rayons. La DAME dit :
«La CROIX dans la main, Il est recouvert de l’ombre du SAINT ESPRIT représenté sous la forme d’une colombe de laquelle émanent de tous côtés des rayons.»







L’AUTEL DE LA DAME. LA CHAPELLE  PARTICULIÈRE
La DAME me montre à présent le côté de l’Évangile et dit : «L’autel de la DAME figure la façon dont je viens.»
Je vois une représentation de la DAME DE TOUS LES PEUPLES, debout sur le globe ; derrière elle, la CROIX, et autour du globe, les brebis.
Ces trois représentations, y compris celle de la
DAME DE TOUS LES PEUPLES, sont sculptées dans un bois marron foncé. Cela ne manque pas de m’étonner. Je peux voir que la DAME s’en aperçoit. Elle sourit et dit : «Tu ne vois pas l’image qu’il y a maintenant.»
Elle fait allusion au tableau. Elle me fait alors signe de la suivre. Nous nous dirigeons vers l’arrière, côté Évangile. À l’arrière de l’église, un peu sur le côté, je vois une petite chapelle où est accroché le tableau de la DAME. La DAME sourit et dit : «C’est ici, un peu en retrait, qu’est l’image, dans une chapelle particulière. Le Seigneur JÉSUS-CHRIST l’a voulu ainsi.»
LE CÉLIBAT
Alors que nous sommes ressorties de la chapelle, la DAME dit : «Et puis je tiens encore à te dire que la DAME t’a mise à l’épreuve.»
Du pouce, elle fait soudain un signe de croix sur ses lèvres et dit : «Ne répète pas ce que je te dis là.»
Elle dit ensuite : «Dis au sacristain du Saint-Père qu’il communique ceci : le célibat reste toujours la grande force de l’Église. Il y en a qui veulent changer cela. Dis-le lui seulement en cas de situation exceptionnelle. Il me comprendra.Il faudra que le dogme de Corédemptrice, MEDIATRICE et AVOCATE soit proclamé avant 1960.»
L’IMAGE EN PUBLIC
La DAME dit ensuite : 79 «Elle ne vient pas là où l’église se fera. Demande que le tableau soit de nouveau exposé en public.»
Dans un flash, je vois la chapelle de l’église Saint-Thomas. « Par la suite, on le transférera dans la maison du Seigneur JÉSUS-CHRIST»
Je vois de nouveau l’église de la DAME que l’on bâtira dans l’avenir. Après une nouvelle pause, la DAME dit : «Je viens également de parler pour tous les peuples. Dis-le leur. Quand le tableau sera ramené, la DAME donnera sa bénédiction.»







LE MIRACLE DE CANA
La DAME marque une pause ; puis elle reprend : «J’ai encore une réponse à donner. La DAME DE TOUS LES PEUPLES a parlé et parle de par la volonté du Seigneur JÉSUS-CHRIST, là où Il est.»
La DAME marque une nouvelle pause ;
puis elle dit : «D’ailleurs, est-ce que le Seigneur JÉSUS-CHRIST Lui-même n’a pas attendu pour son grand miracle…»
– la DAME adoucit la voix et insiste sur les mots –
«…du changement de l’eau en vin, que sa MÈRE ait parlé ? Il allait faire son miracle, mais a attendu que sa MÈRE parle. Comprends-tu cela ?
C’est ma réponse, pour aujourd’hui, à ceux qui n’ont pas compris que la DAME soit venue le 31 mai 1955 dans l’église Saint-Thomas.» 80
La DAME marque une nouvelle pause. Elle regarde d’un air très triste les gens qui sont venus nous voir le soir, après l’office ; elle dit : «Et c’est aussi pour les pauvres égarés 81 , que la DAME dit ceci. Cette pensée les aidera à comprendre ce qu’est la DAME par rapport à leur Seigneur. Transmets bien tout ça.»
L’air triste, la DAME regarde à présent au loin. Elle dit :
«J’ai voulu apporter un message grave et joyeux. Demande qu’on expose de nouveau l’image en public.» Puis, la DAME disparaît lentement, très lentement.

75 Un an auparavant, le 10 juillet 1955, le curé de la paroisse Saint-Thomas enleva discrètement le tableau de la chapelle pour le garder à la cure. Plus tard, l’évêque de HAARLEM-AMSTERDAM retira la permission d’exposer en public le tableau de la DAME. L’évêché faisait savoir un peu plus tard dans un document officiel que l’évêque de HAARLEM-AMSTERDAM avait suspendu cette permission pour le temps de l’enquête sur l’authenticité des apparitions de la DAME DE TOUS LES PEUPLES. cf. annexe II.
76 La voyante avait dû promettre à son directeur spirituel de ne pas retourner ce jour-là à l’église Saint-Thomas. Sur l’insistance de la voyante, il consentit à ce que quelqu’un porte le message écrit de la DAME à l’évêque. L’évêque y répondit en faisant savoir que la voyante devait s’en tenir aux instructions de son directeur spirituel.
77 Malgré la supplication de la voyante pour qu’on lui permette de répondre à la demande de la DAME, son directeur spirituel a maintenu son refus : il exigeait qu’elle restât chez elle.
78 À deux heures et demie de l’après-midi, on priait le chapelet à l’église. Chaque mystère se terminait par la prière de la DAME. Près de cinq cents personnes étaient présentes. Elles ont prolongé la prière jusqu’à l’office du soir.
79 La voyante reprend de nouveau ici à voix haute les paroles de la DAME.
80 La DAME était venue ce jour-là lors de l’exposition du SAINT SACREMENT. Certaines personnes avaient été offusquées.
81 La DAME faisait allusion à certains de ceux qui étaient présents et qui cherchaient à se servir des messages dans un intérêt personnel.
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg



53ème MESSAGE 82 (31 MAI 1957)
SEIGNEUR, QUE TA VOLONTÉ SE FASSE
Mon directeur spirituel m’avait dit de ne pas aller à l’église Saint-Thomas ce matin-là ni à l’office, le soir. Il ne me permettait pas non plus de lui téléphoner. Le matin, je suis donc allée à la sainte Messe à la Vredeskerk 83 . Peu avant la sainte communion, j’ai entendu tout à coup la voix de la DAME qui disait, très distinctement : «Fais aujourd’hui ce que je vais te dire !»
Prenant peur, je me suis dit intérieurement : «Il faut pourtant que j’obéisse au Père FREHE» J’ai ajouté cependant humblement : «Mais, Seigneur, que ta volonté se fasse.»
Ce jour-là, je devais prendre le train. Je suis donc allée à la gare. J’ai pris place dans le train et je me suis mise à prier le chapelet comme je le fais d’habitude. Tout à coup, j’ai entendu la voix de la DAME qui, incroyablement nette, m’a dit comme on donne un ordre : «Rebrousse chemin, tu as fait ton devoir !»
Avant de me rendre compte de ce que je faisais, j’étais sortie du train. Au même moment, le train est parti. Je me suis dit : qu’ai-je donc fait ? Voilà que je n’ai pas obéi ! Et maintenant ? Tout à coup, la voix de la DAME a retenti sur le quai : «À trois heures à la chapelle ! »
C’était dit sur le ton sur lequel on donne un ordre. Je suis alors retournée à la maison. Puisque le Père FREHE ne m’avait pas interdit de me rendre à l’église Saint-Thomas dans l’après-midi, j’y suis allée. Tout d’abord, je n’ai pas osé entrer, mais j’ai cru soudain que quelqu’un me poussait, comme si une sorte de rafale, de force me propulsait à l’intérieur.
LE DERNIER  MESSAGE EN  PUBLIC
Au moment où je suis entrée dans l’église, les gens étaient en train de prier le chapelet à la chapelle. Je me suis jointe à leur prière en restant au fond de l’église. Ils ont prié ensuite les douze articles de la foi. Alors qu’on prononçait les mots «conçu de l’ESPRIT SAINT», j’ai vu tout à coup la lumière apparaître près de l’autel de la SAINTE VIERGE. Lentement, très lentement, la lumière est passée de l’autel de la SAINTE VIERGE à la chapelle en passant par l’autel majeur, par l’autel de SAINT-JOSEPH, où elle s’est arrêtée brièvement, et le long du mur latéral de l’église. J’avais l’impression qu’une forme flottait dans cette lumière. Je me suis levée et dirigée vers la chapelle car la DAME, pour ainsi dire, m’y invitait. Au moment où je suis arrivée dans la chapelle, j’ai vu la DAME sortir lentement de la lumière et s’avancer. Elle m’a dit :
«Prie la prière !»
Elle s’est mise alors à la prier elle-même avec beaucoup de douceur et de piété, puis elle l’a priée avec moi. Mais à la fin, je l’ai entendue dire «votre AVOCATE» au lieu de «notre AVOCATE». Tout en prononçant ces mots, elle a avancé la tête en me perçant du regard. Ça m’a déboussolée et il me semble bien avoir oublié de dire «qui fut un jour MARIE» et avoir répété ses mots «votre AVOCATE». La DAME a alors dit : «Je suis venue aujourd’hui te dire le dernier message en public. Ne crains rien, mon enfant. C’est la
DAME DE TOUS LES PEUPLES qui te dit tout cela.»
Elle a marqué une pause avant de reprendre : «Tu as bien agi.»
DEMANDE LE  DOGME
Du pouce, la DAME a soudain refait un signe de croix sur ses lèvres 84 et dit : «Va trouver le Saint-Père et dis-lui tout. Demande la bénédiction pour la prière. Demande le dogme.»
Comme je me disais intérieurement : «Ah ! DAME, comment pouvez-vous me demander une chose pareille ? Vous savez bien que je ne pourrai jamais aller là-bas !», la DAME m’a dit à voix basse : «Par l’intermédiaire du sacristain.»
OBÉISSANCE ET LIBRE-ARBITRE
La DAME a ensuite pris un air triste en regardant au loin. Puis elle a dit 85 : «J’ai voulu porter un message grave et joyeux. J’ai montré à tous les peuples que l’obéissance et le libre arbitre, le libre arbitre devait 86 avoir la priorité.»
LE PARACLET
«Et maintenant, je veux d’abord répondre à tous ceux qui t’ont demandé un signe.»
Tout en parlant, la Dame, l’air compatissant, a secoué la tête de droite à gauche.
«Voilà ce que la DAME leur dit à eux tous : mes signes sont contenus dans mes paroles. Hommes de peu de foi, vous êtes comme un enfant qui réclame un feu d’artifice, mais la vraie lumière et le vrai feu, vous ne les voyez pas !» En disant cela, la DAME a adopté un sourire de compassion.
Vous n’arrêtez pas de chercher dans le para-ceci et le para-cela ! À cela aussi, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES va vous fournir une réponse.»
Et d’une voix retentissant formidablement dans l’église, la DAME a dit : «Tout cela, c’est le PARACLET qui l’opère !»
Ne comprenant pas le sens du mot «PARACLET», j’ai essayé de le montrer à la DAME en secouant la tête et en haussant les épaules. Elle a souri et a fait un geste circulaire de la main. J’ai alors vu toutes sortes de membres du clergé autour d’elle. En montrant ceux-ci, elle a dit :
«Vous, vous savez ce que la DAME veut dire.»
87
Elle a alors poursuivi : «Il est le sel. Il est l’eau. Il est la lumière. Il est la force qui a inondé de lumière la DAME. Il est venu du PÈRE et du FILS. De sa force, Il a irradié la DAME DE TOUS LES PEUPLES ; voilà pourquoi elle est en mesure et il lui est donné de vous dispenser la grâce.»
J’ai alors vu une nouvelle fois une sorte de brume se former autour de la DAME, comme auparavant, quand elle parlait du SAINT ESPRIT
LES SACREMENTS
«Diffuse donc ma prière, la prière du Seigneur. Demande la permission de ramener provisoirement l’image ici. Mon enfant, n’aie pas peur. C’est moi qui te le demande. Réclame le dogme.
Et vous, tous les peuples, laissez les mains de la DAME vous conduire au Seigneur, vous conduire à vos sacrements !»
Elle a mis beaucoup l’accent sur le mot «sacrements» puis a secoué la tête d’un air de dire : mais que se passe-t-il donc ? Elle avait un air très bizarre ; je lisais sur son visage qu’elle n’était pas du tout d’accord avec ce qui se passait. Elle a alors dit : «Vous avez des pratiques si curieuses sous ce rapport. Je sais, la
DAME DE TOUS LES PEUPLES sait ce qu’est ce temps pour les chrétiens ; c’est pourquoi, voilà douze années qu’il lui est donné de venir vous avertir, vous aider, vous ramener au Seigneur JÉSUS-CHRIST. Vous avez fait cette année l’expérience de l’étendue du pouvoir que peut… que peut avoir satan.
La
DAME DE TOUS LES PEUPLES qui est l’Épouse du Seigneur, qui est la Reine du Roi, qui a dorénavant reçu ce titre de la part de son Seigneur, c’est elle qui a, par son intercession, sauvé cette fois le monde… cette fois !»
Tout en parlant, la DAME a levé le doigt en signe d’avertissement.






LE CIEL
«Peuples, écoutez donc tout ce que je vous ai dit ! Vraiment, ça vaut la peine de quitter le monde.»
La DAME semblait revêtir ces mots d’un double sens.
«Il faut bien que vous veniez tous au ciel !»
Ces derniers mots, elle les a prononcés d’un ton clair et catégorique. Elle a fait un geste comme pour soulever un voile et je me suis sentie plongée dans un état tout à fait particulier, un état céleste, surnaturel. Ce que je voyais était si merveilleux qu’il n’y a pas de mots pour le dire. J’avais l’impression que le ciel s’ouvrait ; c’était tellement beau !

«Le Seigneur vous a tous rachetés. Vous qui vous êtes égarés, revenez donc ! La DAME vous attend.»
Tout en parlant, la DAME a fait un geste des mains comme si elle voulait accueillir les gens.
«Elle vous aidera. Elle vous ramènera.»
LE CÉLIBAT
Du pouce, la DAME a fait un nouveau signe de croix sur ses lèvres. 88 Elle a alors dit :
«Va trouver le Saint-Père et dis que j’ai dit : le temps est venu à présent de proclamer le dogme. Je reviendrai en privé pour l’Église et les prêtres au temps que fixera le Seigneur. Dis-lui que le célibat est en danger de l’intérieur. Mais le Saint-Père le maintiendra en dépit de tout.»
Comme je hochais la tête en disant que je n’oserais pas le lui dire, la DAME, un peu fâchée, m’a dit : «Je t’ordonne de le dire !»
J’ai acquiescé. La DAME a ensuite dit : «S’ils font ce que j’ai dit, j’assisterai les peuples, chacun individuellement, même les plus primitifs et je serai en mesure d’apporter la vraie paix !» La DAME a dit cela avec beaucoup d’insistance.




L’AVANT-GOUT DE LA VIE
Puis, regardant au loin avec une expression céleste sur le visage, la DAME a dit 89 :
«Avant que le Seigneur JÉSUS-CHRIST ne meure de sa mort naturelle, avant que le Seigneur
JÉSUS-CHRIST ne monte auprès du PÈRE, avant que le Seigneur JÉSUS-CHRISTn’apparaisse en ce monde, qu’Il ne revienne parmi les hommes…»
La DAME semblait ajouter cela en guise d’explication car je secouais la tête de gauche à droite étant donné que je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire.
«…Il vous a donné le grand Mystère, le grand Miracle de chaque jour, de chaque heure, de chaque minute. Il s’est donné Lui-même. Non, peuples, pas une idée ! » Disant ces mots, elle a hoché énergiquement la tête.
«Non, peuples, écoutez ce qu’Il a dit, pas une idée, mais Lui-même sous les espèces d’un petit morceau de pain, sous les espèces du vin. C’est ainsi que le Seigneur veut venir parmi vous, tous les jours. Prenez-le donc, faites donc cela ! Il vous donne l’avant-goût, l’avant-goût de la vie éternelle.»
La DAME a écarté une nouvelle fois le voile de devant mes yeux et je me suis retrouvée dans le même état céleste.
«Voilà, peuples, ce que la DAME, la Corédemptrice, MÉDIATRICE et AVOCATE voulait vous dire aujourd’hui pour la dernière fois en public.» J’ai vu alors la DAME disparaître très lentement.

82 La voyante a écrit une lettre à son directeur spirituel, le Père FREHE, à propos de ce message. cf. annexe V.
83  L’église Notre-Dame Reine de la Paix, appelée couramment «église de la Paix».
84 Signe voulant dire que la voyante ne devait pas répéter les paroles qu’elle allait dire.
85 La voyante reprend de nouveau ici à voix haute les paroles de la DAME.
86 Pour suivre l’original néerlandais, nous laissons le verbe au singulier. (NdT)
87 «PARACLET» est un terme d’origine grecque pour désigner le SAINT ESPRIT, surtout dans l’Évangile de SAINT JEAN. Il a plusieurs acceptions : Défenseur, Consolateur, Conseiller, Avocat.
88 Signe voulant dire que la voyante ne devait pas répéter les paroles qu’elle allait dire.
89 La voyante reprend de nouveau à voix haute les paroles de la DAME.  
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg



54ème MESSAGE 90 (19 FÉVRIER 1958) MERCREDI DES CENDRES

 



PRÉDICTION DE LA MORT DU PAPE PIE XII
Cette nuit, je me suis réveillée en sursaut car on m’appelait. Il était trois heures pile. J’ai vu de nouveau la lumière et entendu la voix de la DAME qui disait : «Me revoici. Que la paix du Seigneur soit avec vous ! Tu as bien agi. Tu as usé de ton libre arbitre en choisissant de porter le message à ton directeur spirituel. Cette obéissance donnera de bons fruits, dont tu ressentiras bientôt les effets. Ton directeur spirituel connaît son devoir. Ne t’en fais pas.
J’ai une annonce à te faire dont tu ne devras parler à personne, ni au sacristain, ni à ton directeur spirituel. Une fois que la chose se sera produite, tu pourras le leur dire, que la DAME te l’a dit en ce moment même.
Voici l’annonce : Écoute. Le Saint-Père actuel, le pape PIE XII, sera élevé parmi les Nôtres début octobre de cette année. La
DAME DE TOUS LES PEUPLES, la Corédemptrice, MEDIATRICE et AVOCATE, le guidera dans la joie éternelle.» 91
J’ai pris peur à cette annonce et j’osais à peine y croire. La DAME a dit : «N’aie pas peur, mon enfant ! Son successeur proclamera le dogme.»
J’ai remercié la DAME. Sur un ton très solennel, elle dit : «Amen.»

90 cf. annexe III sur les évènements de la semaine ayant précédé ce message.
91 La voyante, à la demande de son directeur spirituel, a consigné ce message sur un papier qu’elle a mis dans une enveloppe scellée. Elle a donné l’enveloppe en dépôt à son directeur spirituel en en gardant elle-même un double. À la mort du pape PIE XII, elle a immédiatement mis au courant son directeur spirituel du contenu de ce message et lui en a fait lire le double. Tout de suite après, on a envoyé, sans l’ouvrir, la lettre toujours scellée, au sacristain du pape. cf. annexe III, lettre du Père FREHE.
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg


55ème MESSAGE (31 MAI 1958)
UNE EXPÉRIENCE CÉLESTE
Nous étions en train de bavarder quand j’ai vu soudain une lumière crue dans l’autre pièce. La DAME, je ne la voyais pas. C’était comme si on écartait un voile de devant mes yeux, et je me suis sentie plongée dans un état céleste, surnaturel. Je sentais la présence de quelqu’un de prodigieusement puissant, sublime et pur. Comme je m’agenouillais, une musique délicate et claire est parvenue à mes oreilles ; la pièce était remplie de lumière. Le rayonnement était tel que j’ai dû croiser les mains sur la poitrine et m’incliner profondément. Je n’osais ni ne pouvais la regarder en face. Toutefois, je l’ai subitement regardée ; il m’est impossible de décrire ce que j’ai vu. C’était céleste, s’il m’est permis de m’exprimer ainsi en toute humilité. Un voile a alors autant dire fait écran devant mes yeux et j’ai vu la DAME, debout, mais tout au loin. Elle avait l’air tellement aimable et gentille. Elle m’a parlé d’une voix très douce. Je n’arrivais pas à répéter ce qu’elle disait ; je n’avais pas de voix. Elle a prononcé la première partie d’un seul trait en me regardant. Je me suis dit : pourvu que je retienne tout ça. La DAME m’a comprise, je pense, parce qu’elle m’a souri et a répété la première partie d’un seul trait. Je lui ai alors fait oui de la tête. La DAME a dit : «Par le Seigneur à la DAME ; par la DAME DE TOUS LES PEUPLES au Seigneur de tous les Peuples. Le contact ne sera pas rompu. Mets en garde le clergé contre de fausses théories surtout dans le domaine de l’EUCHARISTIE. Transmets cela au sacristain. Dis que la DAME lui demande de te conduire devant le souverain pontife. Je le répète : prie beaucoup pour les bons prêtres et pour qu’ils soient nombreux, et pour que les peuples reviennent à de meilleurs sentiments. Mais…»
DANS LA PAIX, JE RETOURNERAI
La DAME s’est soudain arrêtée et a fait un mouvement de la tête comme pour dire : écoute, répète après moi. J’ai retrouvé subitement l’usage de ma voix. La DAME a dit : «Dans la paix, je suis venue. Dans la paix, je retournerai à Lui, qui m’a envoyée.»
Tout en disant cela, elle s’est peu à peu élevée et s’est éloignée de plus en plus. Je sentais qu’elle me quittait. J’en étais très triste et je me suis mise à pleurer. La DAME a dit :
«Ne sois pas triste. Je ne vous laisse pas orphelins. Il va venir, Lui, le Consolateur, le Défenseur. 92»
FORMEZ ICI UNE COMMUNAUTÉ
Alors que la DAME disparaissait lentement, je l’ai entendue qui disait : «Écoute, suis la lumière.»
Tout à coup, la lumière a quitté la chambre. J’ai cherché dans l’autre pièce, mais elle m’a devancée et est sortie par la porte de notre maison. Je lui ai couru après dans la rue. Elle m’a précédée jusqu’au Wandelweg. Subitement, elle s’est arrêtée. Je me suis mise à chercher là, par terre ; j’ai entendu alors la voix qui disait : «Que cherches-tu ?»
J’ai vu alors, entre deux nuages, la DAME avec la CROIX, le globe terrestre et les brebis. Elle-même se tenait dans un ciel bleu éclatant. Alors qu’elle s’élevait très lentement, je l’ai entendue qui disait : «C’est ici le lieu où je vais retourner à Lui. Formez ici une Communauté pour tous les peuples.»
Un grand nuage lumineux l’a enveloppée et je ne l’ai plus vue. Mais tandis qu’elle s’élevait et s’éloignait comme dans une brume, une grande, une sainte Hostie, diffusant de la lumière, très grande, a pris sa place – je ne sais pas l’expliquer autrement. De la sainte Hostie jaillissaient trois faisceaux de lumière : au milieu, un faisceau aux superbes couleurs ; à droite et à gauche, un faisceau d’une magnifique clarté, et au bout du premier, une CROIX, au bout du deuxième, une colombe, mais lumineuses, spirituelles, je dirais. Puis, tout a disparu très lentement. 93

92 Mots à mots : Celui qui aide (Helper). (NdT)
93 La voyante écrivit à propos de ce message une lettre à son directeur spirituel, le Père FREHE. cf. annexe VI
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg



56ème MESSAGE (31 MAI 1959 )





LA DAME COURONNÉE DANS LA GLOIRE CÉLESTE
C’était le dimanche après-midi, vers trois heures. Nous étions toutes ensemble dans le séjour. Par la fenêtre, j’ai vu soudain quelque chose se passer dans le ciel. Sous l’effet de la peur, j’ai dis à mes sœurs : «Regardez là-bas !» tout en montrant le ciel. Nous nous sommes toutes précipitées à la fenêtre. J’ai vu tout à coup la lumière, une énorme lumière au-dessus du Wandelweg. Je ne pouvais pas la fixer du regard et j’ai mis les mains devant les yeux. Les autres, qui ne voyaient rien, m’ont demandé ce qu’il y avait. Je me suis agenouillée en joignant les mains. Mais une force me poussait à la regarder. En regardant, j’ai eu l’impression que le ciel se déchirait. Ce que je voyais, c’était vraiment une déchirure dans le ciel.
Soudain, j’ai vu la DAME dans toute sa gloire. Les mots me manquent pour en rendre l’aspect imposant, céleste, glorieux. Jamais encore je ne l’avais vue ainsi. Je ne voyais ni les brebis, ni le globe terrestre, ni la croix ; je ne voyais que la DAME, mais enveloppée dans un énorme déploiement de lumière et de gloire.
Soudain, une force m’a poussée à regarder sa tête ; j’ai vu qu’elle portait une couronne. Je ne l’avais jamais vue auparavant. Ce n’était pas une couronne de diamants ni d’or, mais je n’ignorais pas pour autant que c’était une couronne, jetant de tous côtés des éclats de lumière, plus belle que la plus belle couronne de diamants. D’ailleurs, la DAME elle-même était toute éblouissante de lumière. Je le répète : une chose céleste et glorieuse, je ne sais comment mieux l’expliquer.
FAITES PÉNITENCE
Sous cette représentation de gloire, j’ai vu un pan de ciel pur, bleu et, en dessous, la partie supérieure du globe. Celui-ci était tout noir. Voir cela me procura un sentiment d’affreuse tristesse et de dégoût. Puis j’ai vu la DAME, elle ne cessait de faire aller et venir le doigt et secouait la tête – en signe de désapprobation et d’avertissement, me semblait-il – en désignant ce monde noir. J’ai entendu la voix : «Faites pénitence !»
Ensuite, j’ai vu quelque chose de très curieux. J’ai vu sortir de ce monde sombre, noir, plein de têtes humaines. J’ai vu toutes ces têtes émerger lentement, puis leur corps ; pour finir, j’ai vu les gens en entier qui se tenaient sur l’hémisphère rond. Tout en regardant, je me suis dit : comment se peut-il donc qu’il y ait autant de races et de types humains différents ? Tandis que je regardais avec étonnement tous ces gens, j’ai vu la DAME étendre les mains sur eux dans un geste de bénédiction ; elle n’avait plus l’air aussi triste. Je l’ai entendue qui disait :,«Faites Lui réparation !»









LE SEIGNEUR APPARAÎT
Tout d’un coup, la DAME avait disparu ; à sa place, j’ai vu une hostie. C’était une hostie d’une imposante grandeur. C’est pourquoi j’ai bien vu qu’il s’agissait d’une hostie normale telles celles qu’on voit à l’église, faite de pain azyme ou de pain. Un grand calice est alors apparu devant l’hostie ; j’ai vu qu’il était d’un or splendide. Il s’est renversé de mon côté. J’ai alors vu du sang s’écouler du calice en flots épais. Tout ce sang tombait sur le globe, ruisselant sur la terre. C’était très désagréable à voir, ça m’a donné la nausée de voir ce sang couler et encore couler. Tout cela a duré un bon moment.
Mais, tout d’un coup, tout a changé et s’est transformé en une sainte Hostie lumineuse, rayonnante. Une telle lumière en jaillissait que j’ai porté les mains à mes yeux. Je ne pouvais pas la fixer du regard, et j’ai vraiment cru que j’allais devenir aveugle. Et pourtant, intérieurement, une force me poussait à la regarder. La sainte Hostie ressemblait à du feu blanc. En son centre, il y avait une petite ouverture ou une cavité, je ne sais pas comment le dire au juste.
Tout à coup, j’ai eu l’impression que la sainte Hostie éclatait et j’ai vu une Forme flottante qui en sortait, une Personne, tellement puissante, tellement grandiose, pardonnez-moi de ne pouvoir exprimer la puissance ni la grandeur qui en émanaient. C’était tellement fantastique ; j’osais à peine lever les yeux.
Alors que je regardais cette Personne imposante, sublime, la certitude se fit en moi : c’est le Seigneur ! Je me sentais moi-même si ridiculement petite comparée à cette inexprimable grandeur.
Son corps était drapé dans un genre d’étoffe qui partait d’une épaule et tombait en biais sur le reste du corps. Son visage était d’un incroyable rayonnement. Il avait les pieds posés l’un sur l’autre comme on le voit parfois sur les crucifix. Sur les pieds, j’ai vu une cicatrice d’où jaillissaient des faisceaux de lumière. Les mains étaient quelque peu orientées vers le haut, l’une plus que l’autre. Dans les mains aussi, j’ai vu une sorte de cicatrice. Il en jaillissait de même de puissants faisceaux de lumière.
Tout en ne voyant qu’une seule Personne, je ne cessais de me dire : pourtant, il y en a deux. Mais en regardant, je n’en voyais qu’une. Je ne pouvais pas me défaire de cette pensée : pourtant, il y en a deux.
Et voici que soudain, du milieu de ces deux Personnes, une lumière ineffable a jailli puis, dans cette lumière, du milieu d’elles – je ne sais comment dire ça autrement –, une Colombe ; rapide comme l’éclair, elle a piqué vers en bas, vers le globe. Une lumière ineffable précédait la Colombe et un formidable faisceau de lumière la suivait. Cette lumière-là aussi était tellement énorme que je n’arrivais pas à la fixer ; j’ai porté les mains à mes yeux. Je n’en avais pas moins mal aux yeux. Mais une fois de plus, une force me poussait à regarder.
Quel rayonnement de gloire et de puissance se dégageait de l’ensemble ! La Forme qui flottait, majestueuse, puissante, sublime, et cette lumière qui irradiait le monde. J’ai alors entendu :
«Celui qui Me mange et Me boit, prend en soi la vie éternelle et reçoit le vrai ESPRIT !»
ADIEU
Après avoir eu la grâce d’observer cela un bon moment, j’ai vu la DAME réapparaître dans toute sa gloire, tout comme au début. Mais à présent, je voyais très nettement la différence entre sa gloire à elle, si je peux m’exprimer ainsi, et la grande puissance et la grande majesté de la Forme qui flottait en l’air. On aurait dit que la DAME était dans l’ombre du Seigneur. C’est le sentiment que j’ai eu.
La DAME à présent avait l’air heureuse. Elle m’a regardée avec tendresse et je l’ai entendue dire, d’une voix très douce et lointaine : «Adieu !»
Et tout doucement, elle a ajouté : «Au revoir, au ciel !»
J’ai éprouvé une telle tristesse que je ne suis pas parvenue à répéter ces derniers mots. Je me suis mise à pleurer, parce que je sentais qu’elle me faisait ses adieux pour de bon. J’ai vu la DAME disparaître, très lentement, puis la lumière. 94
94 Le 24 juin 1959, dans un rêve, la voyante reçoit l’explication selon laquelle cette vision est une représentation de la prière de la DAME. cf. annexe VI.
Image: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpgImage: feuilles-168488c.jpg


Aucun commentaire: