Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

jeudi 8 novembre 2012

BÉCHOUATE (LIBAN) : MARIE SE MANIFESTE AUX MUSULMANS ET ORTHODOXES

NOTRE AME DE BÉCHOUATE (LIBAN)
21 AOÛT 2004
.
2006 : GUERRE ISRAÉLO-LIBANAISE
.
https://lh3.googleusercontent.com/eVds1z9zFpUXJFaAdf8y7b_i-PYVBYg25uppmEi_SZRYNDPzv-GvDBi1VikpNje8Pgikh0RWiajmqdHtDYxi9JKijP2sUKfSNdvsDccGUMzeiazyvJbMLj3Y06JM7wxvCj48o1m21b-hObW8Vggpx5kEDvxEvA4VCHnOgErTymEhaFMvOY6PI6KGbIhfsF0ZIljZwNlovfsqo-cylKDvDw6bcTjo139QAFv1SXDZ522v3Byt4oNKUtA6tL-Ie4_BYCOaUkOYKCXp3noZjQyN85KiMqYZLgH_pgwYXwXMWGCZfRMAfsCVpcuAbQQpj0wP1_ar2JRlGpkEW4hIq17tCr0LyGl__UNJMkSMXN-FR1WiTxdl5rU-5Sd4GV9xDwc8KikFVBzDEjfGVurIju0jD1reiKv8862E875lqBU1VyVFyaWCn1KD5KvkCIfUp21UbDBIm4Dr7UGjpUXabMvRNeY8HwGX6NL3V2MRwHjYL_UTQ9hq25wCqvF6vpEOd8dmzzPn8yVW2uDnJMVRchbilRnXZuPNKMc6JUWLKWKDtGlHZdbAvgl0jP-6UfdbmW0b1GdAlg=w288-h450-no
.
https://photos.google.com/share/AF1QipMmAK3yg_4rJJ3-LW84NdKUggS9m0G5CiNHTOHidWhVdFlVukgCxBB9SF0MLBFJzg/photo/AF1QipODLZUOgPUo03Iwa4t6IEKvgRzfQZi_ls4_6NmH?key=cDdRLWo4NlVEbXNXbHkzQk5FcjRfbW1EM0REaVRn
.
https://lh3.googleusercontent.com/KSEheu1HZ1wXvt7wCzxEhBgkVeHYhO9PYSV6cqwWYNujqdA0s43HoKAWVEc6kni-r_F0Opzjaj3PiakpK3Z2i0cAhWcHTLfpU2bEObJ_rZPAh5I76sisGJvBU4dxKJR0XG4sLGQKXMLgIXEbMk0WCJ0zmZuFIVC7sd-mJ3yK108pL0ooyIojulsOONOnEEl2VWK5otPNiHmZhF5ZaGnw5Kn3Y_HyZ6qYwq-fcCYpgSsf3m-W66IHpJEn9dcI6CDLSDt_zkyQWYhYMNZUgYm2Qg-qUg2x8UGqdL97n6dRKhEZF248PTZL_pvzFSSUN790Q4lz4krh8mwqAQ6WLt_GRm8fKDlAZbDDx6KIZSNBbw1yJf28aCOlA-8X3E93-WOM4j9sKA9-xRyTbgWAvDRZigi58aUwSVmAPjnlK3BCd4Raa8bF-FM7Zdns0Pd3yxTTk6osL16xOjPeUwj8Y-2YNDdhlpcJoVSWdHh9F5Ar069IQMtEkCm0ASjBlEXSvFpMivUUyRt5oejnBthHZzAQ0gfmMPOHXwCbGfYTDUdIOjmqzm91oAJSipwp-iUWBBA5dWdfhQ=w340-h300-no
.
RELIGIONS
MUSULMANS :
sunnites.................... 27%
chiites....................... 27%
druzes........................ 5%
CHRÉTIENS :
maronites................. 21%
grecs orthodoxes.......  8%
melkites...................... 5%
autres......................... 5%
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/DGO40K6q4mls6UA5ms-zrAcH5Ghkh9uRaTkL0_WeXegEOV4rtbWW_zvAhG16UMSYiCW6j-vWmSS4HX-4nwd9ItVVDohbxy0E57ef0ITZNc6Ux5JmN1RiP-SkCruqeKHYfCZCB2130gf4JYkC-lKjLZy06_J2G1l7AJGC3QQo47rlJ3vQiFCxVKZ-8uC_fC4fEmi5eP5ET1pQbdogBG_ccqJbvqRaTDlEcIldwcpu0O48ra0cmmkQXDquqOlSmLP-IIST6lJRWjenoKjSSiJak93AYGjO7eRifoqYxwIeRoDYDd2QnVCPdbw0eurhNizaeRtXQpOUbctweHiRYYIeKVWgAPho0JqpDgWyQk2JRnQTN46yUNmGj3Na2rMb4xUw0wGUNM2c-5OHEUFckPlXQ3kbsQavJD1ORs8Guut7cZ6luuC1ibZuxQflXlAdH6iDsBGOrq1gl8DI11wlLhhAetGmCj8hYUej0diGWMojRDWGgpf-Nuqj8EAzdoWi4RBb6mvNwlmbYf7UoCb_sSwCwtaecKmBsRhSSJAQ2XICNVfMFnsHqOG8lorpZeIG1PDkyuUbnA=w46-h100-no
La preuve par l’Autre
Emma Aubin-Boltanski
.
.
.
MOHAMMED AL-HAWADI, qui se trouvait en vacances au LIBAN chez des amis de son père, et dont le pullman s’était arrêté à BÉCHOUATE, voit la VIERGE s’animer sous ses yeux, alors qu’il est assis dans la petite chapelle. Le phénomène prend de court tout le monde, y compris l’adulte qui se trouvait assis à ses côtés. D’autres personnes, ce même soir, «voient» la statue prendre vie. Depuis ce mémorable samedi 21 août, des milliers de personnes affirment avoir «vu» la VIERGE pleurer, respirer, déplacer son regard, bénir, à l’endroit même où quelques instants auparavant et quelques instants plus tard se tenait une statue en plâtre.
Devant une statue de NOTRE DAME DE PONTMAIN, le jeune garçon s'entend prononcer une prière «plus grande que lui» :
.
«Salut à toi, Vierge Marie, Reine du monde, de la paix et de l'amour.
Des vieillards, des enfants et des femmes tombent, de par le monde.
Instaure la paix, l'amour et la liberté sur la face de la terre, ô Reine du monde»
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/lkl1MzQ3gBRHY4adiYSMxg4e7ZwlImVHeITGGq-W3398o1_qoBu8uCjzhePZ2oIu6xeAQp8KVQgw_Xy1PgWmLNEzH_IHpaaMBUu2BOsuXxfHFLuh7ILuqFNvdQs6STcpVs2H8tyrFUQwpSPLjbCaF7PxVrpMMnGR3iFN3Y6H4lkRILj8yArAizeTOeFd7hQoKgAGQ1w728qnIpTwslI4J8FxheAZNvPU1bfq9eAhr4YGnmY_RpGyMzJpkAyiwV2wcP81khZy_2NUf4yckvIhQTV241OfU2LUkf9hdm_nMUdAufmdCm4rek34IX7bVRp-s7U7z-hn6Cw_40-o43blVp_7WrwolQZtKf02uzPmnlH6aLQiCmw0KlLkkftzwS4jV2Uj8m6a3JKK1WtNWNZ8nNK-yDDMnEicYN3c9ccyFcrIQ0YAlVqFov3FiM26blF5Em6u-IDRHxcqpMtuFRqa6mNzf5bSx6dXs7NnbDTwCmijtT38r4wfThSQoA53a5d7kX3CQuenSMzQwIOC6iNRWQBZvptUNBpHviKHcqcklux3JsLNaB_oroK_UPyL6Kx-dnFKUA=w128-h96-no .
21 AOÛT 2004 (FÊTE DE MARIE-REINE): LE MIRACLE
.
Le miracle d’août 2004 est à l’origine de l’important afflux de pèlerins que connaît aujourd’hui BICHÛ’ÂT.
.
Le principal acteur du miracle d’août 2004, MUHAMMAD AL-HAWADI, est un musulman : âgé de dix ans à l’époque, il est originaire de JORDANIE et sunnite. Il est donc doublement «Autre » : Jordanien et sunnite.
.
En août 2004, il accomplissait au LIBAN un voyage touristique, avec son père, haut fonctionnaire jordanien. Guidés par un ami maronite, FRANÇOIS SAAB, ils se rendirent le 21 août dans la région des Cèdres, un haut lieu touristique libanais.
.
En chemin, «par hasard», ils firent un arrêt à BICHÛ’ÂT. L’enfant et FRANÇOIS SAAB entrèrent dans la chapelle pour une visite en «touriste».
.
Alors qu’il contemplait la statue de NOTRE-DAME DE BICHÛ’ÂT, l’enfant demanda à l’ami de la famille «qui était cette femme qui lui souriait».
.
L’adulte lui expliqua qu’il s’agissait d’une statue qui «ni ne bougeait, ni ne souriait».
.
Mais l’enfant, à la surprise de son compagnon et d’un habitant du village alors présent dans l’église prononça une longue prière que la presse libanaise chrétienne qualifia de «plus grande que lui». «Plus grande que lui», parce qu’elle fut perçue comme une prière à très forte connotation chrétienne :
.
«Salut à toi, VIERGE MARIE, Reine du monde, de la paix et de l’amour. Des vieillards, des enfants et des femmes tombent de par le monde.
Instaure la paix, l’amour et la liberté sur la face de la terre, ô Reine du monde»
.
Étonnés par le comportement de l’enfant, les deux adultes s’approchèrent de la statue et constatèrent qu’elle respirait.
.
Ils perçurent également un mouvement du chapelet disposé entre ses mains. Cette dernière fit ensuite le signe de croix avec ses pupilles. Plus tard, elle exsuda de l’huile odorante.
.
La nouvelle du miracle se propagea rapidement dans la région et le jour suivant de nombreux pèlerins chrétiens et musulmans se rendirent dans la chapelle.
.
Le surlendemain la guérison miraculeuse d’un infirme fut le point de départ d’un immense afflux de pèlerins.
.
Ce même soir et durant les journées qui suivront, de nombreux fidèles verront la statue exsuder une huile odorante.
.
Le phénomène fit l’objet d’une immédiate mise en doute, notamment de la part des autorités religieuses maronites qui jusqu’à ce jour se sont refusées à enquêter officiellement sur l’événement pour l’entériner ou au contraire le rejeter.
.
Des prêtres et un évêque se sont personnellement engagés dans l’affaire, mais ont été finalement écartés par leur hiérarchie.
.
Cependant, des entrepreneur politiques (organes de l’État, médias36, partis politiques) ont largement participé au succès immédiat du pèlerinage en interprétant le miracle comme un appel de la VIERGE pour l’union des Libanais. Cette lecture nationaliste et politique a eu un retentissement redoublé du fait des événements que le LIBAN a connu en 2005 : assassinat de l’ex-Premier ministre RAFIQ HARÎRÎ et évacuation syrienne du LIBAN.
.
Dans les médias chrétiens – la LEBANESE BROAD CASTING (LBC), TÉLÉ LUMIÈRE, L’ORIENT LE JOUR – l’enfant a fait l’objet d’une attention particulière. Il est devenu MUHAMMAD, le «jeune voyant jordanien». Dans les nombreux reportages qui lui sont consacrés, on insiste sur son identité «musulmane» : il est précisé qu’il est d’une «famille pieuse où le CORAN est à l’honneur», que sa mère porte le foulard…
.
Le 21 août 2005, une cérémonie fut organisée à BICHÛ’AT par l’évêque maronite de la région pour célébrer l’anniversaire du miracle. MUHAMMAD AL-HAWADI et son père en étaient les invités d’honneur. L’évêque insista longuement sur l’appartenance religieuse de MUHAMMAD, sur sa fréquentation assidue d’une école coranique d’AMMAN et sur sa nationalité jordanienne. Il souligna également que MUHAMMAD était «bon élève à l’école».
.
L’identité religieuse du jeune témoin du miracle d’août 2004 a donc joué un rôle tout à fait déterminant dans l’ampleur qu’a pris le pèlerinage de BICHÛ’ÂT. Tout se passe comme si elle constituait une preuve attestant de l’authenticité du miracle.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/KOgNXNdcd0ioerLhnTaB10KKDKfZ28q54cFfGnfHcMy4zT1tmcf1MfgiG98vNyzvD-GAhPOAk-JE4eU-ZcQ25VnFCZ6lOs8NwPeCIDMvptL3ZqI_W9d5zU-ygcFhFjM1M_BBiutds-OLqOgBM5ajNh5tV0IUcfO91wGbbelak-gD8mzWamUTMdPF3kFcoQPRiVx-bXhQL_YS8lJyMCHpg5NH8eWhc_PwIkimf-Hc7iLiM9hyM075ACv6iGBvH0PcFQ-A0LU-53E3aDpv1hKlVrwzXearmHlIVl2H1QnTVgMctgCCrkj0fMQACMavkOwAeZydZrpVKLg_cgIyVRBGJMhk_a1TrQuuil9kdb-y7-Q2ce_5By9DAgploTwsm0Jew7dTGxVFehMJjR7EIexqtBZEVs_QxqRNEPb59ikoUMlm3FpM4fMgbHhc7kN3hTbBfTP8UKGH0y80qUYyNum-IYFUr6sut8_I2T6Tr0PJ_h9eJw2mla1oVNJOU_-ro3LOY7cB6FYS19MdJu3gRiw-JlRt2OKtWPdyJJoRvvi8MrVSkoo2yOsC6CoxL3NAusgYjrwCqw=w115-h200-no

.
 . 
.
29 AOÛT 2004 : DEUXIÈME MIRACLE
.
Le second «signe» donné par la VIERGE survient le 29 août.
.
Il s’agit d’une grâce accordée à un jeune étudiant, SERGE NAKHLÉ, paralysé depuis trois ans après être tombé du balcon de l’appartement qu’il habite, à ROUMIEH. Étudiant en audiovisuel, SERGE tentait de prendre une photo d’un arc-en-ciel quand l’accident s’est produit. Il s’en était sorti vivant, non sans avoir sombré auparavant dans le coma et passé 14 mois à l’hôpital de BHANNÈS. L’accident l’a laissé aux trois quarts paralysé et complètement insensible du côté droit.
.
.
Venu en pèlerinage avec son père, BÉCHARA NAKHLÉ, un commerçant de BROUMMANA, et ses tantes, SERGE, assisté de son père et de trois autres adultes, pénètre dans la chapelle avec son «walker" et avance lentement vers la statue. «Merci, merci», répond-il aux fidèles sur place qui lui ouvrent le chemin.
.
Devant la statue, il prie : «Donne-moi seulement un signe que ce que je demande n’est pas impossible à DIEU.»
.
Et la VIERGE fait le signe de la croix avec le crucifix qu’elle tient des deux mains. Ses yeux deviennent mobiles et son regard se dirige de gauche à droite et de bas en haut, en croix.

Fort de ce signe, SERGE et son père quittent la chapelle, incommodés en partie par la cohue, et regagnent leur voiture.
Avant de démarrer, sa mère, intuitive, lui demande s’il a «quelque chose à finir».
«Oui, répond-il, écartez-vous».
Il descend de voiture, refuse le walker et entre en extase. Il voit une voie lumineuse au bout de laquelle se tient la VIERGE, qui lui fait signe d’approcher. Et le voilà qui avance, qui court, sans son walker. .
L’extraordinaire scène a été filmée.
Il sort de son extase quelques moments plus tard, après être parvenu devant la statue de la VIERGE.
«Pourquoi pleurez-vous ?»
interroge-t-il son père et les gens autour de lui.
C’est alors qu’il constate qu’il se tient debout, dans la chapelle qu’il venait de quitter. Sur le chemin du retour, il constate que la sensibilité lui est revenue tout au long du côté droit, qui était totalement insensible depuis l’accident.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
LA VIERGE EN ISLAM
.
Dans la chapelle, dévots chrétiens et musulmans se côtoient.
.
Ils circulent ensemble, touchent et embrassent les mêmes objets. Un seul geste rituel différencie clairement les chrétiens des musulmans : il s’agit du signe de croix qu’on accomplit en sortant et en entrant de la chapelle. Les musulmans ne font pas ce geste, mais trempent parfois leurs deux mains dans l’eau du bénitier et se les passent sur le visage. Ces gestes sont le plus souvent très discrets et rapides. Il arrive qu’un fidèle musulman demande qu’on lui laisse assez de place pour la prière rituelle qui consiste en deux prosternations en direction de LA MECQUE et deux autres en direction de la statue, mais la chose est assez rare.
.
Aussi, d’une façon générale, si ce n’était le voile de certaines femmes, il est finalement assez difficile de distinguer la grande majorité des fidèles musulmans des fidèles chrétiens.
.
«La VIERGE est pour tout le monde», m’expliquait une femme chiite de BAALBEK pour m’expliquer les raisons de sa venue à BICHÛ’ÂT. Cette expression «al-‘adra la –l- kull» est très fréquemment réitérée au LIBAN pour commenter la dévotion commune chrétienne et musulmane vouée à la VIERGE.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/NqgzHRIYm6TLkDMq5LGxStV53yWgkXnfVhUuRlp6r8rT3VHoe5vIgGczMt5DWOg8f0HZTXKr_TUFZtVLCqFh5ZCdqxrDhO8L87h3xWhSVhLVc6tqSt6hVT8H_q7SR8sWKEvkwQa5R2S28IIDWGiElzhgP0cdEyWjm6v1S9_7fUfCFAdOKuF8vHfs8w9HYWKnNOqcwSNh2dMThvRuC2cu4NeKQNRI11JnFkVcxp2NqLZUUnRN_bW3h8tXcJdyX8tk8WPcogDqrs7KRurT6LwFSmOnZxfjn4o1rZqVkO-Qax0e6U5dq-eOB5V91gOkhwkrk7_yC2fYkG1YUSRHPw80WfjTnxXtT4muQo7dWSAqzj53mOvRPKog9ROksn2sougEuCOGXD0yK142f4ewAUvXHVieZcpK0iwTtQ9z8ylsKbOMbIvAQRnZueHEi5V7qlFFoIOATEXaQxfQ3gZOQyXOf6QICMigCFl6svkWCIXoLi8PpQKSwrsHTIt6F4xWqRleU0p0iZe8r2TrX1TM6pT1RbIfVBnXiUDvxApoCABXaRf7nFO_wPjCZn-xcZcENsi3MJx12Q=w200-h133-no

QUI EST LA VIERGE POUR LES MUSULMANS ?
.
Le CORAN et les HADITHS accordent un statut exceptionnel à MARIE (MARYAM en arabe). Dans le CORAN, où une sourate entière lui est consacrée (CORAN XIX), elle est déclarée «choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers22» (CORAN III,42). Elle est considérée comme un signe de DIEU destiné aux hommes, annonciateur de la future mission divine de MUHAMMAD. La tradition rappelle que, lorsque DIEU invitera les élus à entrer au PARADIS, c’est MARIE qui entrera la première en réponse à cette invitation.
.
Elle a été, seule de l’espèce humaine avec son FILS, préservée du contact de SATAN lors de sa naissance et sa perfection est attestée par MUHAMMAD lui-même. Si l’exégèse voit généralement en elle une siddîqa (véridique) – la SIDIQÎYYA constitue la position la plus élevée de la sainteté – des théologiens tels qu’IBN HAZM ou encore QURTUBÎ vont beaucoup plus loin en lui accordant le statut de prophète. À ce titre, elle constitue le modèle de sainteté par excellence pour les femmes.
.
MARIE tient une place particulièrement importante dans la tradition chiite. La dévotion qui lui est vouée, dans cette branche de l’ISLAM, est renforcée par le culte voué à FÂTIMA, fille du Prophète MUHAMMAD, femme de ‘ALI et mère de HUSAYN et de HASAN. FÂTIMA rassemble en effet de nombreux attributs de la VIERGE : elle en est, en quelque sorte, le doublon. Selon un HADITH, LA MÈRE DE JÉSUS assista la femme du Prophète, KHADIDJA lors de son accouchement et transmit ainsi son charisme à l’enfant.
.
Dans l’hagiographie chiite, FÂTIMA est, à l’instar de la VIERGE, «supérieure à toutes les femmes de l’humanité». Malgré l’enfantement, elle a conservé sa virginité. En conséquence, les chiites la nomment «al-batûl» (LA VIERGE). Enfin, elle est parfois surnommée «umm abiha» (MÈRE DE SON PÈRE).
.
Concernant la VIERGE en ISLAM, il faut également souligner le statut particulier des objets et des images la représentant. L’ISLAM est souvent présenté comme un culte aniconique, voire iconophobe.
.
Dans les mosquées, en effet, les images sont rejetées au profit des dessins abstraits tels que les arabesques et la calligraphie : le mot est toujours préféré à l’image, l’abstrait aux formes des représentations figuratives. Cependant, des études ont démontré que, sur la question des représentations de saints et de prophètes, l’ISLAM a adopté des positions contrastées en fonction des époques, des aires géographiques et des traditions dans lesquelles il s’inscrivait. En reprenant l’expression de JACK GOODY, on peut discerner dans la religion musulmane des «contradictions cognitives» concernant les représentations, et non pas une attitude unique et définitive se transmettant d’une génération à une autre, sans remise en cause.
.
L’ambivalence à l’égard de la figuration est d’autant plus forte qu’il n’existe pas dans le CORAN de véritable théologie de l’image. Le CORAN se contente de proscrire l’adoration des idoles païennes et la production d’images en trois dimensions qui «produisent de l’ombre» et sont perçues comme des tentatives avortées d’imiter l’oeuvre créatrice de DIEU. Il faut attendre le IXème siècle et la rédaction des recueils de HADITHS pour trouver une condamnation de toutes les formes de représentations figuratives, qu’il s’agisse de statues ou d’images en deux dimensions. Néanmoins, même dans ce cadre, des contradictions notables apparaissent s’agissant notamment des images peintes de la VIERGE. Un HADITH célèbre rapporte que lorsque MUHAMMAD ordonna la destruction des idoles de la KAABA, il interdit que l’on touche une icône de la VIERGE À L’ENFANT en la protégeant de ses mains.
.
L’histoire de la diffusion des images saintes chrétiennes au Moyen-Orient illustre l’attitude contradictoire et ambivalente de l’ISLAM à l’égard des représentations figurées. BERNARD HEYBERGER montre que la pauvreté des icônes et l’absence parfois complète des images de religion dans les sanctuaires chrétiens de la région, avant le XVIIème siècle, s’expliquent par la «haine et l’incompréhension des musulmans à (leur) égard». Cependant, lorsqu’à partir du XVIIème siècle, les missionnaires catholiques importèrent massivement en Orient des statues et des images saintes, ces diverses représentations furent adoptées aussi bien par les chrétiens orientaux que par les musulmans. Ces derniers réclamaient aux missionnaires des images pour en faire des amulettes. Les portraits de MARIE eurent un succès considérable. De nos jours, le culte voué aux images de la MÈRE DE JÉSUS reste important, mais demeure au centre d’un débat jamais clôt sur sa licéité. Dans les églises du Moyen-Orient, il n’est pas rare de voir des fidèles musulmans faire la prière rituelle face à un tableau de l’ASSOMPTION ou de l’IMMACULÉE CONCEPTION. Lorsqu’une statue est transportée en procession, des dévots musulmans se joignent à la foule des fidèles chrétiens. Dans de nombreux foyers, chiites en particulier, MARYAM est présente en image, et ceci dans un vocabulaire pictural catholique : des statuettes de la VIERGE SULPICIENNE ornent les salons, encadrées par des gravures où s’inscrivent en lettres dorées sur fond noir les noms d’ALLÂH et du Prophète MUHAMMAD. La présence de MARIE est d’ordinaire plus discrète : des petites vignettes que l’on conserve dans son sac, parfois à l’insu d’un mari ou d’un frère. Car, la vénération à l’égard des représentations de la VIERGE se heurte parfois à l’exécration et au rejet :
.
«J’ai une image de la VIERGE sur moi. Elle est là, je lui parle, elle me rassure. J’étais stérile, grâce à elle j’ai eu trois garçons. Mon frère MAHMOUD un jour a vu l’image. Il l’a déchirée. Il a dit que nous n’avions pas besoin d’image. Il a crié des injures. Bien sûr, il a raison, ce n’est qu’une image, mais quand même… Je ne sais pas. C’est DIEU qui sait le mieux. Maintenant j’ai une autre image»,
.
m’expliquait FÂTIMA, une habitante chiite de BEYROUTH. L’attitude du dévot musulman à l’égard des objets manifestant la présence de la VIERGE se situe donc dans un entredeux : elle n’est ni complète acceptation, ni rejet total.
.
.
.
D'AUTRES GUÉRISONS MIRACULEUSES
.
FADÎ BÂSIL raconte deux guérisons miraculeuses qui ont concerné des chiites de la région :
.
«Il y a eu cet homme de BA’ALBEK : il regardait à la télévision un reportage sur NOTRE-DAME DE BICHÛ’ÂT. Depuis plusieurs semaines,
il avait les jambes si gonflées qu’il ne pouvait plus marcher. Il s’est adressé à elle, il lui a dit :
.
«Fais quelque chose pour moi !»
.
Aussitôt, il a entendu une voix lui disant :
.
«Lève-toi et marche !»
.
Il s’est levé et a marché normalement. Il a appelé sa femme pour qu’elle lui apporte un CORAN. Il a ouvert le Livre au hasard et c’est sur la sourate «MARYAM» qu’il est tombé.
.
Il y a également ce voisin, cet homme dont l’enfant était malade. Il est allé chez le médecin. Mais il n’avait pas l’argent pour les médicaments. Il a jeté l’ordonnance et est venu ici, chez NOTRE-DAME DE BICHÛ’ÂT. Son fils a été guéri. Leurs témoignages ont été enregistrés sur un DVD.»
.
Pourquoi ces deux récits de miracles sont-ils jugés d’emblée authentiques, sans enquêtes préalables ?
.
«Mais parce que normalement les musulmans n’y croient pas à tout ça. Les miracles n’existent pas dans leur religion. Ils sont beaucoup plus rationnels, eux.»
.
.
.
</obj

.
.
LE SUIVI PASTORAL
.
Le père FADY BASSIL est un homme du terroir, un homme pieux et pratique. Assisté d’un autre prêtre, le père ELIE AKOURY, et sous la direction de l’évêque Monseigneur MOUNGED EL-HACHEM, son bon sens et ses dons administratifs ne sont pas de trop pour mettre de l’ordre dans toute cette invasion. Des milliers de fidèles, descendant de pullmans climatisés, submergent tous les jours le sanctuaire et la paroisse, sans lui laisser le temps de respirer. Dans l’après-midi, la foule marque un temps de pause et la chapelle est plus accessible.
.
Mais les huit messes quotidiennes célébrées désormais à BÉCHOUATE ne sont pas de trop pour servir les fidèles. La dernière messe est célébrée à 22 heures, et la procession autour de l’église est suivie par plus de 500 fidèles. Pour éviter la chaleur de la journée et la foule, des pèlerins viennent sur place dès minuit. Le père BASSIL a pu compter jusqu’à huit autocars arrivant sur place à cette heure tardive... sinon très matinale. Beaucoup arrivent à l’aube, avant la cohue des pullmans. Il le faut, du reste, pour pouvoir prier dans la chapelle. En cours d’avant-midi, il est impossible de s’y recueillir tant la foule est dense. L’atmosphère, il faut dire, n’y est pas toujours de prière. Beaucoup sont là pour le spectacle.
Encouragé par le patriarche maronite et par le nonce apostolique, qui a visité les lieux incognito, un extraordinaire effort d’organisation a été déployé pour conduire la foule à la prière. Cet effort a réussi et les confessions se multiplient dans la grande église. C’est un signe qui ne trompe pas. La hiérarchie religieuse reste prudente quant à l’authenticité du phénomène, comme de coutume. La part de l’exaltation doit nécessairement être faite. 
.
Par ailleurs, toute sorte de natures viennent là, et pas toujours pour la bonne raison. Des exaltés, des illuminés cherchent à s’approprier le phénomène, pour justifier des prophéties douteuses. Les prêtres rapportent la visite d’une femme qui célèbre l’eucharistie toute seule, à son domicile… Heureusement, les autres ordres religieux maronites s’y sont mis et la paroisse bénéficie, depuis deux semaines, d’un appui spirituel régulier.
.

Aucun commentaire: