Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

lundi 25 juillet 2011

STIGMATISÉS ET STIGMATES


TIGMATISÉS ET

TIGMATES
.
.
.
8 Tu me garrottes... c'est un témoignage contre moi!... ma maigreur se lève contre moi, en face elle m'accuse.
9 Sa colère me déchire et me poursuit, il grince des dents contre moi ; mon ennemi darde sur moi ses regards.
10 Ils ouvrent leur bouche pour me dévorer, ils me frappent la joue avec outrage, ils se liguent tous ensemble pour me perdre.
11 Dieu m'a livré au pervers, il m'a jeté entre les mains des méchants.
12 J'étais en paix, et il m'a secoué, il m'a saisi par la nuque, et il m'a brisé. Il m'a posé en but à ses traits,
13 ses flèches volent autour de moi; il perce mes flancs sans pitié, il répand mes entrailles sur la terre;
14 il me fait brèche sur brèche, il fond sur moi comme un géant.
15 J'ai cousu un sac sur ma peau, et j'ai roulé mon front dans la poussière.
16 Mon visage est tout rouge de larmes, et l'ombre de la mort s'étend sur mes paupières,
.
12 Tous ceux qui veulent gagner les bonnes grâces des hommes, ce sont ceux-là qui vous contraignent à vous faire circoncire, à l'unique fin de n'être pas persécutés pour la croix du Christ.
13 Car ces circoncis, n'observent pas eux-mêmes la Loi ; mais ils veulent que vous receviez la circoncision, afin de se glorifier en votre chair.
14 — Pour moi, Dieu me garde de me glorifier, si ce n'est dans la croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde !
15 Car
(en Jésus-Christ) la circoncision n'est rien, l'incirconcision n'est rien ; ce qui est, tout, c'est d'être une nouvelle créature.
16 Paix et miséricorde sur tous ceux qui suivront cette règle, et sur l'Israël de Dieu !
17 Au reste, que personne désormais ne me suscite plus d'embarras ; car je porte sur mon corps les stigmates de Jésus.
.
18 En effet, la doctrine de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une force divine.
19 Car il est écrit : «Je détruirai la sagesse des sages, et j'anéantirai la science des savants»

20 Où est le sage ? où est le docteur ? où est le disputeur de ce siècle ? Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ?
21 Car le monde, avec sa sagesse, n'ayant pas connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.
22 Les Juifs exigent des miracles, et les Grecs cherchent la sagesse ;
23 nous, nous prêchons un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les Gentils,
24 mais pour ceux qui sont appelés, soit Juifs, soit Grecs, puissance de Dieu et sagesse de Dieu.
25 Car ce qui serait folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes, et ce qui serait faiblesse de Dieu est plus fort que la force des hommes.
.
.
.
.
«VIVE FLAMME D'AMOUR» SAINT JEAN DE LA CROIX
.
PREMIER VERS.
.
O cautère agréable !
.
Moïse dit, dans le Deutéronome, que Dieu est un feu consumant. C'est en effet un feu d'amour, mais un feu d'une vertu et d'une force infinie, qui peut consumer tout ce qu'il touche et le changer en lui-même.
.
Toutefois, quand il s'attache aux hommes, il les brûle autant que chacun y est disposé et qu'il en est capable ; il brûle les uns plus, les autres moins, autant qu'il lui plaît, de la manière et dans le temps qu'il le trouve bon. Ce feu d'amour est infiniment grand ; il fait quelquefois
de plus violentes, quelquefois de plus douces impressions sur l'âme. Mais après tout, l'ardeur qui la brûle est si excessive, qu'elle croit qu'on n'en peut sentir de plus embrasée dans tout l'univers.
.
C'est pourquoi elle appelle cautère l'action de ce feu, parce qu'il la pénètre intérieurement, et qu'il fait en elle un effet plus véhément que tous les corps enflammés n'en peuvent produire. Or, lorsque ce feu divin a transformé l'âme en lui même, non-seulement l'âme sent la brûlure, elle est encore elle-même toute feu et toute brûlure.
.
Mais c'est une chose étonnante que ce feu céleste, pouvant plus facilement réduire à rien mille mondes que le feu élémentaire ne pourrait détruire une feuille, ne consume pas néanmoins les esprits qu'il brûle ; mais il les embrase selon la mesure de leurs forces et de leur ardeur, et il les transforme en Dieu. C'est ce qui arriva aux apôtres, comme il est rapporté dans l'Écriture. (Act., II, 3.) Car lorsque ce feu descendit impétueusement du ciel, ils en furent intérieurement enflammés, selon la remarque de saint Grégoire. Ces communications n'ayant point d'autre fin que d'élever l'âme, cette ardeur ne l'incommode et ne la resserre pas, mais elle la dilate; elle ne l'afflige pas, mais elle l'éclairé, elle la réjouit, elle l'enrichit : c'est pourquoi l'âme dit qu'elle lui est fort douce et fort agréable.
.
Ainsi, lorsqu'une âme est assez heureuse pour recevoir les impressions de ce sacré cautère, elle connaît tout, elle goûte tout avec plaisir, elle fait avec succès tout ce qu'elle veut; rien n'a l'avantage sur elle ; rien ne peut lui donner aucune atteinte.
.
C'est elle dont l'apôtre dit que l’homme spirituel juge de toutes choses, et qu'il ne peut être jugé de personne ; et qu'il n'y a rien de si caché qu'il ne sonde, jusqu'aux plus profonds secrets de Dieu (Ibid., 10).
.
O âmes, qui avez mérité de ressentir les flammes de ce feu divin, que votre gloire est grande ! Il pouvait vous consumer et vous anéantir ; mais il se contente de vous élever au comble du plus grand honneur qu'une créature puisse recevoir. Il ne faut pas cependant être surpris de ce que Dieu conduit des âmes à cet éminent degré de gloire : il est le seul qui peut faire des choses si étonnantes. Mais comment comprendra-t-on les joies infinies de l'âme que ce feu sacré dévore si agréablement sans la détruire ? Elle voudrait bien les exprimer, mais ne le pouvant faire, elle en marque seulement la grandeur par cette exclamation : O délicieuse plaie !
.
.
.
DEUXIÈME VERS.
.
O délicieuse plaie !
.
Celui qui fait la plaie, la guérit lui-même, et il la guérit lorsqu'il la fait. Il est en quelque façon semblable à un fer tout rouge de feu; quand on l'applique sur une plaie, il l'augmente, et il en fait une plaie de feu ; et si on continue de l'appliquer, la plaie s'élargit et s'approfondit de telle sorte, qu'elle détruit enfin le corps qui l'a reçue. De même le cautère de l'amour divin guérit la plaie d'amour qu'il a faite à l'âme, et il l'augmente toutes les foi qu'on l'applique. Car le remède que l'amour emploie pour guérir l'âme qu'il a blessée, est de la blesser davantage, et de multiplier ses blessures, jusques à ce que l'âme ne soit plus qu'une plaie universelle. De cette manière l'âme n'étant plus qu'une plaie d'amour, et par ce moyen étant toute changée en plaie et en amour, elle est guérie. Car c'est la nature de cette divine maladie, que celui qui est le plus blessé est le plus sain, et celui qui est tout couvert et tout pénétré de plaies, est sain en toutes ses parties. Cela n'empêche pas que ce divin cautère n'exerce sa vertu sur l'âme toute blessée et toute guérie ; car il adoucit ses plaies, il la réjouit en sa guérison, de la manière que nous l'avons expliqué. C'est pourquoi elle s'écrie : O plaie délicieuse !
.
Aussi est-elle d'autant plus douce et plus délicieuse, qu'elle vient d'un feu d'amour plus sublime et plus émirent. C'est le Saint-Esprit qui en est l'auteur, qui la fait, afin que l'âme soit abîmée dans une mer de délices. O heureuse plaie, puisque la même main qui te fait te guérit ! O plaie agréable, puisque tu ne causes à l'âme que des plaisirs inconcevables ! Tu es extrêmement grande, parce que celui qui te fait est infini ; les joies que tu répands dans l'âme sont sans bornes, parce que le feu de l'amour divin est sans limites. Donc, ô plaie délicate, et d'autant plus excellemment délicate, que tu descends plus profondément dans le centre de l'âme, afin que ce feu sacré remplisse d'ardeur et de plaisir toute sa substance et toutes ses puissances ! On peut dire après cela que ce cautère et cette plaie sont le plus haut degré d'amour où l'on puisse monter en cet état. Il y en a néanmoins
plusieurs autres, qui n'ont rien de si relevé ni de semblable à celui-ci. Car c'est Dieu même qui s'écoule dans l'âme et qui la touche, sans user des fantômes que l'imagination peut former.
.
Il y a encore une autre manière très-sublime d'enflammer l’âme : c'est lorsqu'un amour très ardent et tout séraphique la transperce d'une flèche de fou, ou la brûle d'un charbon allumé, ou, pour mieux dire, lui applique ce cautère et cette flamme si noble et si excellente. Alors, comme la flamme d'une fournaise s'élève en haut et le feu devient plus ardent, lorsqu'on remue le bois qui l'entretient ; de même quand l'âme est ainsi pénétrée, la flamme de cet amour sort et monte en haut avec impétuosité, et l'âme sent sa plaie avec un plaisir qui surpasse nos pensées et nos expressions.
.
Car elle est tout émue avec un agrément admirable. Ces mouvements vifs et délicieux passent jusqu'au centre le plus profond de l'âme, et lui causent une joie inexplicable, qui va toujours se répandant avec de nouveaux accroissements, comme un feu qui s'est pris à une forêt va toujours s'étendant jusqu'à ce qu'il ait brûlé tout le bois qu'il rencontre. Je puis ajouter que ce que l'âme expérimente alors se peut comparer, comme le royaume du ciel, au sénevé dont le Fils de Dieu parle dans l'Évangile :
.
Le royaume du ciel, dit-il, est semblable au grain de sénevé qu'un homme a semé dans son champ. Il n'y a point de grain si petit que celui-là ; néanmoins quand il est crû, il est plus grand que tous les légumes, et il devient un arbre, de sorte que les oiseaux se viennent loger sur ses branches ( Matth., XIII, 31, 32).
.
En effet, l'âme s'aperçoit que ce feu croit sans cesse, et devient enfin si grand, qu'elle n'est plus elle-même qu'un vaste feu d'amour et qu'un embrasement universel. Quoique peu de personnes en viennent là, toutefois quelques-uns y sont arrivés, surtout ceux que Dieu a choisis pour être des pères spirituels de plusieurs enfants, auxquels ils doivent laisser en partage leurs vertus et leur esprit. Il leur donne, comme chefs, toutes les richesses divines qui doivent passer comme leur succession dans leur famille et dans leur postérité.
.
Mais pour revenir à l'opération de ce Séraphin, je dis qu'elle consiste à percer l'âme et à lui faire des plaies. De sorte que si Dieu permet quelquefois que quelques-uns de ses effets paraissent dans les sens corporels, la plaie s'ouvre extérieurement à proportion de la blessure que ce Séraphin a faite intérieurement. Ainsi le Séraphin qui avait blessé des flèches de l'amour divin saint François d’Assise, lui marqua de plaies extérieures les pieds, les mains et le cœur.
.
Car jamais Dieu n'accorde ces dons au corps, qu'il ne les ait faits auparavant à l'âme.
.
Alors plus la délectation et la violence de l'amour qui blesse l'âme sont grandes, plus la douleur qui naît des plaies extérieures est aiguë et véhémente, celle-ci croissant à mesure que les autres s'augmentent.
.
La raison en est que, quand l'âme est purifiée et devenue plus forte pour soutenir l'impression de Dieu, son esprit, qui est aussi et plus fort et plus sain, met toute sa consolation dans la force et dans la douceur de l'esprit de Dieu ; mais en même temps ces deux esprits, le divin et l'humain, causent une excessive douleur à la chair, parce qu'elle est faible et sujette à la corruption.
.
Si bien que c'est une chose merveilleuse de voit naître la douleur du plaisir, et de trouver l'amertume de l'une dans la douceur de l'autre.
.
Job a connu ce miracle par sa propre expérience, lorsque, tout couvert d'ulcères, il disait à Dieu :
.
Vous me tourmentez d'une manière admirable (Job., X, 16).
.
C'est en effet un grand prodige, et une chose digne de la libéralité de Dieu, et de la douceur qu'il réserve à ceux qui le craignent ( Psal., XXX, 20.).
.
Car plus les douleurs sont vives, plus les délices intérieures sont tendres. O grandeur immense de mon Dieu, qui fait paraître sa puissance incompréhensible ! Car enfin, Seigneur, qui peut, sinon vous, tirer la douceur de l'amertume, et le plaisir des souffrances ?
.
Donc, ô plaie délicieuse ! puisque tu donnes d'autant plus de plaisir que tu croîs davantage.
.
Mais lorsque la plaie est dans l'âme seule et ne paraît point au dehors, elle est plus violente et plus profonde. Car la chair empêche l'esprit d'agir et éteint la vivacité de ses opérations, suivant le sentiment du Sage :
.
Le corps qui se corrompt, dit-il, appesantit l'âme, et l'usage de la vie corporelle étouffe l'esprit, quand il s'efforce de comprendre plusieurs choses ( Sag., IX, 15).
.
Si bien que celui qui s'attache trop à ses sens extérieurs et intérieurs, ne deviendra jamais fort spirituel. Je dis ceci pour les personnes qui s'imaginent qu'elles acquerront les forces et la sublimité de l'esprit par les opérations et les efforts d'un sens si vil, si bas et si faible. On ne va pas à ce terme, et on n'entre pas dans l'intérieur, lorsque les sens se mêlent dans cet ouvrage. Il faut les exclure et les tenir à la porte, sans leur donner entrée.
.
Ce n'est pas en effet la même chose que si l'esprit faisait rejaillir ses affections et ses opérations sur les sens. Car alors l'esprit exerce sa force sur l corps, comme on le voit en saint Paul, qui sentit dans la chair même les douleurs de Jésus souffrant :
.
Je porte sur mon corps, dit-il, les blessures du Seigneur Jésus (Galat., VI, 17).
.
C'est pourquoi la main est douce comme la plaie qu'elle fait ; et celui qui fait un attouchement si délicieux est très-agréable.
.
.
.
.
POURQUOI LES STIGMATES SONT-ILS DANS LA PAUME DES MAINS ?
.
.

LES ENTRAILLES DE LA MISÉRICORDE

Dans la même ligne que ZACHARIE un pas de plus est fait pas le prophète DANIEL quand la figure Céleste du Fils de l'homme commence déjà à se distinguer, au sein même de la sphère divine du ciel, de Celui qui est l'Ancien des jours, le Père.

Nous sommes déjà dans la préfiguration la plus immédiate du Mystère du Fils revêtu du dessein concernant l'homme :

«Je contemplais dans les visions de la nuit, voici donnant sur du ciel comme un Fils d'homme. Il s'avança jusqu'à l'Ancien des jours et il fut conduit en sa présence. À lui fut conféré empire, honneur et royaume et tous peuples, nations et langues le servirent. Son empire est un empire éternel qui ne passera pas et son royaume ne sera point détruit» DANIEL 7, 13-14

Cette forme humaine que le Fils d'homme porte au cœur même de DIEU indique à quel point l'homme est lié au Nom même de DIEU. DIEU a engagé son mystère le plus personnel, son Nom, à son dessein d'amour pour l'homme.

Cela nous donne une idée de la vulnérabilité de l'amour de DIEU dans ce dessein.

Cette vulnérabilité est déjà exprimée dans l'Ancien testament d'une manière très belle en coupe de passage particulièrement émouvant :

«SION avait dit : le Seigneur m'a abandonnée, le Seigneur m'a oubliée. Une femme oublie-t-elle son petit enfant, est-elle sans pitié pour le fils de ses entrailles ? Même si les femmes oubliaient, moi je ne t'oublierai pas. Vois, je t'ai gravée sur les paumes de mes mains» ISAÏE 49, 14-16

JE T'AI GRAVÉE SUR LES PAUMES DE MES MAINS :
c'est une image que les Pères de l'Église ont employée pour les stigmates du CHRIST, pour les trous des clous dans sa chair. Je t'ai gravée sur les paumes de mes mains cela a été vrai jusqu'à sa concrétisation extrême de la CROIX. Cette expression sémitique veut dire que ce que l'on porte gravé sur la paume de la main vous touche personnellement. La fiancée du CANTIQUE DES CANTIQUES dit aussi :

«Pose-moi comme un sceau sur ton bras» CANTIQUE 8,6.

L'aimée est portée gravée dans ce qui est infiniment vulnérable, la paume de la main. Ici aussi se dévoile déjà le Mystère de l'Agneau.

JEAN-MICHEL GARRIGUES, théologien
.
.
.
.
Par l'amour dont le propre est d'assimiler l'amant à l'aimé, les Saints, dans leur âme, ont été comme transformés en Jésus crucifié.
.
.
.
Parfois la ressemblance avec l'auguste victime a été plus grande encore : elle s'est produite dans le corps des Saints aussi bien que dans leur âme : c'est le cas des stigmatisés.
.
.
.
13ème SIÈCLE
.
SAINT FRANÇOIS D'ASSISE, fondateur, franciscain, plaies mains, pieds et côté droit, +1226
Bienheureux DODON DE HASKE (DODON DE HASCHA), ermite prémontré, plaies pieds, mains et côté droit +1231

Frère BOLAND, prieur des dominicains de Strasbourg +1237

MARTYR DE CANTIMPRE, plaie au côté

STIGMATISÉE DU BRABANT, plaie au côté

Bienheureuse MARGUERITE D'YPRES, tertiaire dominicaine, +1237

FRÈRE ALLEMAND, dominicain
Sainte LUTGARDE D'AYWIERES, cistercienne, sueur de sang, +1246

ÉLISABETH DE SPALBECK D'HERKENRODE, cistercienne, plaies mains, pieds, côté, couronne d'épines et larmes de sang, +1250
Bienheureuse JUTTA DE SANGERHAUSEN, recluse, larmes de sang, +1260

WALTHER, prêtre dominicain, stigmates, +1264
BÉATRIX DE NAZARETH, cisterciennne, plaies mains, pieds et côté, née en +1268

CATHERINE PÉREZ DE CARVALHO, cistercienne, plaies aux pieds, côté
Bienheureuse ILONA DE HONGRIE, dominicaine, +1270
CORPS INCORROMPU
Sainte MARGUERITE DE HONGRIE, dominicaine, +1270

Bienheureuse ÉMILIE BICCHIERI, stigmatisée, +1278
MIRACLE EUCHARISTIQUE
Bienheureuse INGRID ELOFSDOTTER (CHRISTINE DE STUMBELE), dominicaine, plaies mains, pieds, couronne d'épines, côté, +1282
Bienheureuse MARGUERITE COLONNA, clarisse, plaie côté, +1284


HÉLÈNE BRUSMIN, dominicaine, +1285

GERTRUDE DE BRUCH, dominicaine

AGNÈS DE BLOTZENHEIM, dominicaine

HÉLÈNE BRUMIN, dominicaine, +1285

GRUNBURG DE KASTELBERG, dominicaine, plaies mains, pieds et côté

LUGGI LÖRSCHERIN, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, - ?

AGNÈS DE NORDERA, dominicaine, douleurs stigmatiques

ADELAÏDE DE BREISACH, dominicaine, douleurs stigmatiques

GÜTE TUSCHELINN, dominicaine, douleurs stigmatiques

GERTRUDE KÜCHLIN, dominicaine, douleurs stigmatiques
Bienheureux CONRAD D'ASCOLI, franciscain, +1289
CORPS INCORROMPU en 1371
Bienheureuse BENVENUTA BOJANIS, dominicaine, larmes de sang,
+1292
sainte MARGUERITE DE CORTONE, tertiaire franciscaine, stigmates, +1297
CORPS INCORROMPU
Sainte MECHTILDE DE STANZ, dominicaine, plaie côté +1298
Sainte MECHTILDE DE HACKEBORN, bénédictine, +1298
CORPS INCORROMPU
ANGES
.
.
.
.
14ème SIÈCLE
.
Bienheureuse IDA DE LOUVAIN, cistercienne, traces mains, pieds et plaies côté et couronne d'épines +1300
Sainte GERTRUDE D'HELFTA, bénédictine, +1302
Bienheureuse JEANNE D'ORVIETO, tertiaire dominicaine, plaie côté post mortem +1306
CORPS INCORROMPU


Sainte CLAIRE DE MONTEFALCO (CLAIRE DE LA CROIX), augustine, stigmate cœur +1308
CORPS INCORRROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE
Bienheureuse ANGÈLE DE FOLIGNO, franciscaine, +1309
CORPS INCORRROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE 
INÉDIQUE
AGRYPNIE

Bienheureuse LUKARDIS VON OBERWEIMAR, cistercienne, plaies mains, pieds, côté gauche, couronne d'épines, flagellation +1309
Bienheureuse UMILTA DA FAENZA, vallombreuse, larmes de sang, +1310 CORPS INCORRROMPU
Bienheureuse CHRISTINE DE STUMBELE, plaies mains, pieds et côté, couronne d'épine, sueur de sang, +1312


ANNE DE MUNZNGEN, dominicaine, +1318


Bienheureuse MARGUERITE DE CITTA DI CASTELLO ou DE TIFERNE, tertiaire dominicaine +1320
CORPS INCORRROMPU

ÉLISABETH D'EYCKEN, dominicaine, stigmate cœur et couronnement d'épines
Saint ROCH, plaie au côté, +1327 ?

Bienheureuse MARGUERITE DE FAENZA, vallombreuse, stigmates mains et pieds, +1330
Bienheureuse CLAIRE DE RIMINI (CLAIRE AGOLANTI) franciscaine, couronne d'épine, +1346
Bienheureuse FLORE DE MAURS (CORBIE, ordre Saint Jean de Jérusalem, plaies pieds, côté, +1347


SOPHIE DE KLINGNAU, dominicaine, +1350
Bienheureuse MARGUERITE EBNER, dominicaine, stigmates, +1351



AGNÈS DE BAVIÈRE, clarisse, plaies mains et pieds, +1351
CORPS INCORROMPU
Bienheureuse MICHELINE MITELLI DE PESARO, tertiaire franciscaine, plaies mains, pieds, côté, +1356
Bienheureuse GERTRUDE VAN OOSTEN, béguine, plaies mains, pieds, côté, +1358
CORPS INCORRROMPU

PHILIPPE D'AIX, franciscain, plaies mains, pieds, côté, +1369

Sainte CATHERINE DE SIENNE, dominicaine, docteur de l’Église, stigmates post mortem+1380
CORPS INCORRROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE
INÉDIQUE
AGRYPNIE : elle n'aurait dormi qu'une demi-heure tous les trois jours.

BRIGIDE DE HOLLANDE, dominicaine, plaies mains et aux pieds, +1390

GIOVANNA DA VERCELLI, dominicaine, plaies mains, pieds, côté, +1390
Bienheureuse DOROTHÉA VON MONTAU recluse, plaies mains, pieds, côté, +1394

NICOLA DA RAVENNA, prêtre dominicain stigmates apparus post mortem, +1398
.
.
.
.
15ème SIÈCLE
.
Bienheureuse JEANNE-MARIE DE MAILLÉ, tertiaire franciscaine, épine front, +1414
Bienheureuse ÉLISABETH ACHLER (ÉLISABETH BONA DE REUTE) «LA BONNE BETHA», recluse tertiaire franciscaine, plaies mains, pieds, côté, couronne d'épines, flagellation, +1420
CORPS INCORROMPU
AGRYPNIE

LUCIE DE NORCIE, tertiaire franciscaine, plaie côté, +1430
CORPS INCORROMPU

Bienheureux ROBERTO MALATESTA, laïque, plaies mains, pieds et côté, +1432
Sainte LYDWINE DE SCHIEDAM, plaies mains, pieds, cœur, couronne d'épines, +1433
INÉDIQUE
AGRYPNIE : n'aurait dormi que quelques heures en trente ans

Bienheureuse JULIENNE DE BOLOGNE, plaie côté, +1435
Sainte FRANÇOISE ROMAINE, fondatrice des Oblates de Saint Benoît, plaie côté ?, aux mains et aux pieds ?+1440
CORPS INCORROMPU
ANGES
MIRACLE EUCHARISTIQUE

MARIA DI MASSA, clarisse, couronne d'épines, +1440

STIVA DE HAM, stigmates
Sainte COLETTE DE CORBIE, , BOYLET ou BOËLET, recluse, +1447
INÉDIQUE
Sainte RITA DE CASCIA, augustinienne, plaie au front (couronne d'épines), +1457 CORPS INCORROMPU


MAGDALENA BEÜTTLER, clarisse, plaies mains et pieds, +1458
INÉDIQUE

LUC DE PONTECORVO, dominicain, plaie au côté post mortem +1460

STIGMATISE ANONYME +1462

CHRISTOPHE CRIVELLI, franciscain, +1467 CORPS INCORROMPU

FRANÇOISE DE PÉROUSE, clarisse, +1468

CHRISTINE (STIVA) VON HAMM, clarisse, stigmates, 1468
Bienheureux MATTHIEU CARRERI, dominicain, plaie au côté, +1470

Bienheureux UGOLIN DE MANTOUE, augustinien, plaie au côté post mortem , +1471
CORPS INCORROMPU

PIERONE HERGOD, recluse, tertiaire franciscaine, marques aux mains, +1472

GABRIELLA DE PIZZOLI, clarisse, plaie au côté, +1472
Bienheureux ALAIN DE LA ROCHE, plaies mains, pieds et côté +1475
Sainte ESMERALDA EUSTOCHIA CALAFATTO, moniale clarisse +1485 CORPS INCORROMPU

MARIE DO AÏOFRIN, moniale hiéronymite, plaie aux mains et aux pieds +1489
Sainte BEATRIZ DA SILVA MENEZES, fonde les conceptioniste, plaie au côté +1490



INÉDIQUE
.
.
.
.
16ème SIÈCLE
.
Bienheureuse MADDALENA DE PANATTIERI dite de TRINO, tertiaire dominicaine, plaies mains, pieds, côté, flagellation, couronne d'épines, larmes de sang, +1503
Bienheureuse OSANNA ANDREASI DE MANTOUE, tertiaire dominicaine, plaies mains, pieds, côté, couronne d'épines +1505
CORPS INCORROMPU

JEANNE RODRIGUEZ, clarisse, stigmates +1505

MARIE DE TOLÈDE, clarisse +1507

Bienheureuse CÉCILE DE FERRARE, dominicaine, stigmates +1507

MARGARETHE BRUCH D'EINDRINHEN, tertiaire franciscaine, stigmates +1507

ISABEL DE SANTIAGO, franciscaine, plaie au côté +1510

ÉLISABETH DE SAINT-JACQUES, franciscaine, plaie côté +1510
Sainte CATHERINE DE GÊNES (CATERINA FIESCHI ADORNO), tertiaire franciscaine +1510

CORPS INCORROMPU

INÉDIQUE

CHIARA BUGNI, clarisse, plaies aux mains, pieds et côté +1514

MARIE DE SAINT-DOMINIQUE, stigmates +1515

VINCENCE FERRER, tertiaire dominicaine, couronnement d'épines +1515

COLUMBA ROCAZANI, tertiaire dominicaine, stigmates plaies aux mains, pieds et côté +1517

FRANÇOISE GEREA, franciscaine +1520

FRANÇOISE GARGANI, dominicaine +1521

MARIA DE SAN DOMINGO, tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1524
Bienheureuse BATTISTA VARANI, clarisse +1524

ARCANGELA PANIGALORA, augustine, plaies aux mains, pieds et côté +1525
CATERINA BRUGORA, bénédictine, plaies aux mains, pieds et côté gauche,couronne d'épines +1529
Bienheureuse STEFANA QUINZANI, tertiaire dominicaine, plaies aux mains et aux pieds, couronne d'épines, pleurs et sueurs de sang +1530

INÉDIQUE
JUANA DE LA CRUZ (JUANA VASQUEZ GUTIERREZ), franciscaine, plaies aux mains et aux pieds +1534

CORPS INCORROMPU

INFA SCOLARO, bénédictine, plaies aux mains et aux pieds, côté +1540

LUCIDA ROMAINE, franciscaine +1542
Bienheureuse CHRISTINE D'AQUILA (CRISTINA CICARELLI), augustine, plaies couronne d'épine +1543


Bienheureuse LUCIA DE NARNI (BROCADELLI), dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, dominicaine +1547

CORPS INCORROMPU
Bienheureuse CATHERINE DE RACCONIGI (CATHERINE DE MATHOEIS), tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines, +1547

CORPS INCORROMPU

INÉDIQUE
SAINT GAETANO DE THIENNE, fondateur des clercs réguliers théatins, stigmate côté +1547


Saint JEAN DE DIEU, stigmates couronne d'épines +1550

CORPS INCORROMPU
DOMINICA DAL PARADISO (DOMINICA NARDUCCI), tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, stigmates couronne d'épines +1553
CORPS INCORROMPU
INÉDIQUE



MARGHERITA, religieuse à Spolète, plaies aux mains, pieds et côté, +1556

MAGDALENA DE LA CRUZ, franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1560
Bienheureux JEAN MARINON, clerc régulier, +1562



APOLLONIE PIGHINESI, clarisse +1563

MARIE DE LA COURONNE (BLANCHE GUSMANN ), dominicaine +1564

ANNE DE VARGAS, dominicaine , stigmates mains, pieds et côté +?

ISABELLE RODRIGUEZ, dominicaine +?

ISABELLE DE MORAES, dominicaine +?

MARIE DE SAINT GEORGES, dominicaine, +1570

ANONYME DE BOLOGNE, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1572

Vénérable MARIE DE MENDOZA, dominicaine +1575

Vénérable GUIOMAR DE SOUZA, dominicain +1578

GASPAR DE LOARTE, jésuite +1578

JEAN GRAY, franciscain, plaies aux pieds +1579

MADELEINE-ANGELE-RAPHAËL DE LORCA, tertiaire dominicaine +1580

ANTONIA DE SAN JUAN (ANA DE MEDINA), augustine, couronne d'épines +1580 CORPS INCORROMPU

ANNE DE CHAGAS, clarisse +1580

Sainte THERESE DE JÉSUS D'AVILA carmélite, Docteur de l’Église, plaie aux pieds, côté +1582
CORPS INCORROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE
Bienheureux NICOLAS FACTOR, prêtre franciscain +1583


FRANÇOISE DE SAINT DOMINIQUE, dominicaine +1583

NYMPHIA SCHOLARA, minimes +1584

JÉRONYMA CARVALHO, dominicaine, plaies mains, pieds, côté +1585

CATHERINE DE JÉSUS, carmélite déchaussée, couronne d'épines +1586

RANIERO DU BORGO-SAN-SEPOLCRO (RANIERO SFALDELLI), laïc capucin +1589

BRIOLANGA DE SAINTE-CLAIRE, franciscaine +1590

LUC DE METHYMNE DE CAMPO, franciscain +1590
Sainte CATHERINE DE RICCI, dominicaine, plaies mains, pieds, côté, couronne d'épines, flagellation, plaie à l'épaule +1591

CORPS INCORROMPU
Saint ALFONSO DE OROZCO, prêtre augustin, marques aux pieds découvertes post mortem +1591
Saint JEAN DE LA CROIX, carme, Docteur de l’Église +1591

CORPS INCORROMPU

JEANNE DE JÉSUS, franciscaine +1591

DOMITILLA DI PIERO COPPINI, dominicaine +1591

FÉLIPE DE BARCELONA, franciscain, marque aux mains et aux pieds +1591


CATHERINE ARIAS, dominicaine +1595

Vénérable JEAN CHARLES DE PAS (Frère ANGE), franciscain +1596
SAINT ALPHONSE RODRIGUEZ, Compagnie de Jésus +1597

ARCHANGÈLA TARDERA, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1598
CORPS INCORROMPU

JEAN DE SANCTIS, franciscain +1599

ISABELLE BARILIS, théatine +?

CHÉRUBIN D'AVILIANA, augustinien, Plaie côté +?

MELCHIOR D'ARAZIL, Plaie côté +?

MARIA RAGGI, tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines, +1600
CORPS INCORROMPU
ANGES

FRANÇOISE DE SERRONE, tertiaire franciscaine, plaie côté +1600
INÉDIQUE

ANNE DE L'ASSOMPTION, clarisse, +1600

ISABELLE DE LA PIÉTÉ, dominicaine, +1600
MARGARITA AGULLONA, séculière, plaie au côté, +1600

CORPS INCORROMPU


MARIA DE LA VISITACION, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines +1600
.
.
.
.
17ème SIECLE
.

MELCHOR DE ARAZIL, augustin, plaie au côté post mortem +1601

BÉNÉDETTO DA REGGIO, capucin, couronnement d'épines +1602

FRANCISCO DE CASTRO, ermite de Saint augustin réformé, marques de la flagellation +1603

BÉATRIZ DE ROVELLEDO, tertiaire franciscaine, couronne d'épines ? +1605

MARIE-MADELEINE DES URSINS, dominicaine +1605

ALFONSINA RISPOLI, tertiaire franciscaine, plaies aux mains et aux pieds, flagellation et couronne d'épines +1606 ?

FRANÇOISE DE JÉSUS, carmélite, épaules +1607

FRANÇOISE DE SERRONE (MADDALENA DEL TRIGLIO), tertiaire franciscaine +1607
Sainte MARIE-MADELEINE DE PAZZI, carmélite, couronne d'épines +1607 CORPS INCORROMPU

INÉDIQUE

Vénérable PRUDENTIENNE ZAGNONI, tertiaire franciscaine +1608

ISABELLE DE SAN-MIGUEL, franciscaine +1608

DIOMIRA BINI, tertiaire franciscaine +1608

Sœur ARCHANGÈLE, tertiaire franciscaine, plaies mains, pieds et côté +1608

URSULA AGUIR (DE VALENCE), tertiaire dominicaine, plaies aux mains et aux pieds et côté +1608

BONAVENTURA SCIASCIA, franciscain, larmes de sang +1608

LÉONA ZAGNONI, tertiaire franciscaine, plaies aux mains et aux pieds, couronne d'épines +1609

MARIANA DE CORDOBA, augustine, plaies aux mains, pieds et côté +1609

MARIA D’AZEVEDO, bénédictine, plaie au côté +1610

MARIE DE SAINT FRANÇOIS, dominicaine +1611


JEANNE DE CESPÉDES, dominicaine,
LOUISE DE CARVAJAL +1614
Bienheureuse Mère PASSIDÉE DE SIENNE (PASSITEA CROGI), capucine, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines +1615


MADELEINE CARAFFA, dominicaine +1615

MARIA DA SMA TRINIDAD, augustine, plaie au coté +1616/17 ?

ANTOINE DE LA PARRA, dominicain +1617

ANNE FAULHABERIN, tertiaire +1617
Bienheureuse MARIE DE l'INCARNATION AVRILLOT (Madame ACARIE), carmélite, mains, pieds, côté, couronne d'épines +1618
Bienheureuse URSOLA BENINCASA, fondatrice des Sœurs Téatines de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, plaies aux mains, +1618

CORPS INCORROMPU

CATHERINE CIAULINA, tertiaire franciscaine +1619

PAOLO RETTIGNI, prêtre dominicain, larmes de sang +1618/1620 ?

PRUDENCE RASCONI, dominicaine, plaie au côté +1620

CATHERINE GENTILE, dominicaine +1620

INÈS DE JÉSUS DE CASANATE, carmélite déchaussée, couronne d'épines +1620

MARIANA DE JÉSUS TAPIES, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté +1620
CORPS INCORROMPU

LÉONARD DE LETTERÉ, dominicain, plaie au coté +1621

GIOVANNI LÉONARDO PUSCO, dominicain, plaie au coeur post mortem

AGUÉDA DE LA CRUZ, tertiaire dominicaine, plaies aux mains et aux pieds, couronne d'épines +1621

ANA DE JÉSUS DE LOBERA, carmélite déchaussée, marques aux mains, larmes de sang +1621

FRANÇOISE ANTONIA MASCONI, tertiaire franciscaine, plaie au côté +1621

BÉATRIZ DEL SANTISIMO SACRAMENTO, clarisse, plaie au côté +1622

JUANA GODOY, tertiaire franciscaine, plaies aux mains et aux pieds +1622

Vénérable FRANCISCA-DOROTÉA DE VILLADA, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1623

HIPPOLITA DE JÉSUS (ISABEL DALMAU DE ROCABERTI), dominicaine, couronne d'épines +1624

THÉODORE DE BERGAME, prêtre capucin, plaies aux mains et aux pieds +1625

MARIE-CLÉMENCE DE MOURADE, visitandine, marques de la flagellation +1627

LOUISE DE JÉSUS, carmélite déchaussée, marques couronne d'épines +1628

CATHERINE DE GAUMER, ursuline, côté +1628

FRANCISCA DEL SACRAMENTO DE BINUESA, carmélite déchaussée, stigmates ? +1629

DIANA MAGIACCO, séculière, plaies mains, pieds, côté +1629

FRANÇOISE FÉDERICI, tertiaire franciscaine +1630

MARIA DE JÉSUS MARTIN, augustine déchaussée, marques de la couronne d'épines +1631

LOUISE BOURGEAT, dominicaine +1631

MARIA DO LADO DO RÉGO, franciscaine, plaie au côté, marques des liens aux mains, pieds et cou, couronne d'épines, apparus post mortem +1632

ANA MARIA DE SAN JOSÉ, clarisse, plaies aux mains et aux pieds +1632

SUZANNE DE RICHON, ursuline, stigmates aux mains et aux pieds apparus post mortem +1633
MARINA DE ESCOBAR, recluse, plaies aux mains, pieds et côté +1633

CATALINA DE JÉSUS, augustine déchaussée, plaies aux mains, pieds et côté +1634

PAOLA DE SAN-TOMMASO, tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1634
Bienheureuse AGNÈS DE JESUS GALAND (AGNÈS DE JÉSUS DE LANGEAC) , dominicaine, plaies aux mains, pieds et côtés,couronne d'épines +1634
CORPS INCORROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE

MARIA DE LA FÉ MANRIQUE DE LARA, augustine récollette, plaie au côté +1635

JAQUETTE DE BACHELIER, tertiaire franciscaine, stigmates +1635

MARIE DE BLONDEAU, tertiaire dominicaine, stigmate +1635

MARTINA DE LOS ANGELÈS, dominicaine, plaies mains, pieds, côté +1635

MARIE GRANGER, bénédictine, soulèvement des côtes, plaie au côté ? Couronne d'épines +1636

ISABEL DE MÉDINA, tertiaire franciscaine, couronne d'épines +1636

LOUISA DE LA ASCENSION COLMENARES (MONJA DE CARRION), clarisse, plaies aux mains, pieds et côtés +1636

FELICITA SALVATI, vierge séculière, plaies aux mains, pieds et côtés,couronne d'épines +1637
UMILE DA BISIGNANO (LUCA ANTONIO PIROZZO), franciscain, larmes de sang +1637

JACQUELINE DU SAINT-ESPRIT, dominicaine, plaies mains, pieds, côté, flagellation et couronne d'épines +1638
MARIANA DE MANZANEDO HERRERA (MARIANA DE SAINT JOSEPH), augustin +1638

HUMBLE DE PETRALIA SOPRANA , franciscain, mains, pieds, yeux et couronne d'épines +1639

ONOFRIO DE FIAMENGA, franciscain, plaie au côté post mortem, +1639
CORPS INCORROMPU

CORPS INCORROMPU


JOANA DA SANTISIMA, augustine, plaie au côté +1640
ASIA LA MAURESSE, séculière, stigmates +1640
Bienheureuse MARIA DI GESU (LOPEZ DE RIVAS), carmélite, plaies mains, pieds, côté et couronne d'épines +1640

LODOVICA PLAZZA, tertiaire franciscaine, plaie au côté +1641

DÉLICIA DI GIOVANNI, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côtés, couronne d'épines, marques de la flagellation +1642 CORPS INCORROMPU

CHARLOTTE DE LA MÈRE DE DIEU, ursuline, couronne d'épines +1642

MARIA LUISA DEL SALVADOR, augustine récollette, couronne d'épines, larmes de sang +1642

TÉRÉSA DE JÉSUS CISTERNES, augustine déchaussée, couronne d'épines +1642

ANA DE SAN JOSÉ (ISABEL DE TORRES), carmélite déchaussée, plaies aux mains, pieds, côté, couronne d'épines +1643

DOMINGO DA CUNHA, coadjuteur jésuite, marques aux mains +1644

CATERINA PALUZZI, dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1645

MARIA BÉNÉDETTA ROSSI, moniale service de Marie, plaies aux mains, pieds et côtés + 1645

CATHERINE DE SAINT-LUC, dominicaine, plaie au pied post mortem +1647
Vénérable MARGUERITE PARIGOT (MARGUERITE DU SAINT-SACREMENT) , carmélite déchaussée, couronne d'épines, marques des liens +1648

INÉDIQUE
ISABEL DE JÉSUS JIMMENEZ, augustine récollette, plaies à l'épaule et aux genoux +1648

CATHERINE DE SAINT PIERRE MARTYR (LUCIE GONZALES), mains, pieds, côté, couronne d'épines +1648

Mère GERMAINE THIERCELIN DE LA NATIVITE +1949

JOANA DA SANTÉSIMA TRINIDADE, augustine, plaie au côté +1648/1649

MARIE DE SAINTE-BARBE, ursuline, +1649
ÉTIENNETTE GUYOT, ursuline +1649

CHRISTINE-MARIE DE LA CROIX, tertiaire franciscaine +1650

JUANA DE JÉSUS MARIA (RODRIGUEZ), clarisse, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines +1650

MARIA ANA DE SAN MIGUEL (ANA TINOCO DE BOLANOS), augustine, couronne d'épines +1651

INÈS DE LA CRUZ, augustine, plaie au côté +1651

FRANÇOISE-CLAIRE DE SAINT LIVINO (LYDWINE SANDERS), pénitente récollette, saignements aux mains et aux pieds +1652
THÉRÈSE DE JÉSUS (ANNA MARIA MARCHOCKA), carmélite déchaussée, plaies aux mains et aux pieds +1652
MARIE-AMICE PICARD, séculière, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines +1652

ÉLÉONORE THÉPAUT, laïque, couronne d'épines +1652

CATHERINE DE CHASTELARD, ursuline +1652

Soeur BARBE N., bénédictine, plaie au côté +1652/53

ANNE-MARIE DE GOULAINE, calvairienne, plaies aux mains, pieds et côté +1653

FRANÇOISE DE MARSILLAT, ursuline. Mains, pieds, côté +1653

FÉLICE SCRIGNANO, tertiaire dominicaine, plaie au côté +1655

COLOMBA (VIRGINIATOFANONI), tertiaire franciscaine, mains, pieds, couronne d'épines +1655

RAYMOND ROCCO, dominicain +1655
CÉCILE NOBILI, converse clarisse, marques aux pieds, blessure au coeur, découvertes post mortem +1655

CORPS INCORROMPU

ANTONIA JACINTA DE NAVARRA Y DE LA CUAVA, cistercienne, plaies aux mains, pieds et côté +1656

ANTOINETTE DE SAINT IGNACE (ANTOINETTE MIET), ursuline, couronne d'épines +1657

Vénérable PAOLA DI SANTA TÉRÉSA, dominicaine +1657
Vénérable JEAN-JACQUES OLLIER, prêtre, Fondateur de l'ordre des Sulpiciens +1657

MARIE-MARGUERITE DES ANGES, carmélite déchaussée, plaies aux pieds +1658
CORPS INCORROMPU

MARIE-BÉNIGNE PEPE, dominicaine +1658

MARIA VITTORIA ANGÉLINI, servite de Marie, plaie au côté +1659

MARIA DE LA SANTISIMA TRINIDAD, tertiaire dominicaine, couronne d'épines, +1660
CORPS INCORROMPU
BÉNÉDETTA CARLINI, théatine, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines +1661

MARIE-MARGUERITE CLÉMENT, visitandine +1661

ANGÉLA DELLA PACE, tertiaire dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté +1662

PRUDENZIA ZAGNONI, clarisse, plaie à l'épaule, marques aux mains +1662

JULIEN DE LA CROIX, prêtre carme déchaux, marques aux pieds et au côté +1663


ROSANNA BATTISTA, clarisse, plaie au côté +1663
CORPS INCORROMPU


MARIA-ANGIOLA GINI, clarisse, plaie au côté +1664
JEAN-JOSEPH SURIN, prêtre Compagie de Jésus +1665


URSULA DE LA SANTÉSIMA TRINIDAD, augustine, plaie au côté +1666


THÉRÈSE DE LA MÈRE DE DIEU (THÉRÈSE MONTGOLFIER), ursuline +1666


JEANNE BRUNEL, ursuline +1667


CATHERINE DANIELOU, laïque, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines +1667


AGATHE-MARIE DU SAINT-SACREMENT, Institut du Saint Sacrement +1668


JEANNE DES ANGES (JEANNE BRUNEL), ursuline +1669


FILIPA DE SAO TOME, dominicaine, plaies aux mains, pieds, côté et marques de la couronne d'épines apparues post-mortem +1669
Saint CHARLES DE SEZE (CARLO MELCHIORI), laïc franciscain, plaie au côté +1670

CORPS INCORROMPU
Bienheureuse GIOVANNA MARIA BONOMO, bénédictine, plaies aux mains, pieds, côté et marques de la flagellation +1670


Vénérable MARIA VILLANI, dominicaine, plaie au côté +1670
INÉDIQUE


FRANCESCA MARIA FURIA, tertiaire dominicaine, couronne d'épines +1670
MARIA DOMITILLA GALLUZZI (SEVERETTA GALLUZZI), capucine, plaies aux mains, pieds, côté, couronne d'épines, et marques de la flagellation +1671


ARMELLE NICOLAS, laïque, larmes de sang +1671


GIOVANNA MARIA DELLA CROCE (BERNARDINA FLORIANI), clarisse, plaie au côté, couronne d'épines, marques à une main et un pied +1673


THÉRÈSE DE LA CROIX, dominicaine


MARIE PARET, tertaire dominicaine +1674


MARIE DE LA PURIFICATION, ursuline, marques aux mains et aux pieds +1675


JEANNE-MARIE PINCZON DE CACE (JEANNE DU HOUX), veuve agrégée à la visitation, couronne d'épines +1677
Vénérable MARIA MARGHERITA DEL VERBO INCARNATO (DIOMIRA ALLEGRI), augustine, plaies aux mains, pieds et côté +1677



MARIE DE LA CROIX (MARIE DE ROSSET) +1679
Bienheureuse BRIGIDA DI GÉSU MORELLO, ursuline, effusions sanguines au côté +1679


MARIE DE SAINTE ANNE, dominicaine +1681


MARIA DE JÉSUS, augustine, plaies aux mains, pieds et côté apparues post mortem +1683


DANIÈLE ANGÉLO CONTI, dominicain, plaies aux mains, pieds et côté +1683


ANNE-SÉRAPHINE BOULIER, visitandine, plaies mains, pieds, côté post mortem +1683


DANIEL SICHTEN, prêtre jésuite, marque au côté post mortem +1684


MARIE OCK, tertiaire carmélite, plaies aux mains, pieds, côté, marques de la flagellation et de la couronne d'épine +1684


Mère MARIE ANGÉLIQUE DE LA PROVIDENCE, carmélite, trace côté +1685
ANGES


MARIE DE SAINT JACQUES, dominicaine +1688


MARIA DI SANTIAGO, tertiaire dominicaine +1688


MARIE ANGÉLIQUE DE LA GRAVE, visitandine +1689


JEANNE HERMON DE PEUPRAT +1690


MARIA DE LA SANTISIMA TRINIDAD, augustine, plaies aux mains, pieds et côté +1690

CORPS INCORROMPU

MARIA ISABEL DE JÉSUS, augustine, plaies aux mains, pieds et côté +1691

ROSA DEL SPIRITO SANCTO (BEATRICE CARACCIOLO), augustine, plaies aux mains et aux pieds +1691
CATERNA SAVELLI, laïque, plaies aux mains, pieds et côté apparues post mortem +1691
JEANNE BÉNIGNE GOJOS, visitandine +1692

JOSÉ DE CARABANTES, prêtre capucin, plaie au côté +1694

ANTONIO CARDOZZO, prêtre jésuite, plaie au côté +1695

ANNE DE TORREZ, laïque, plaies aux mains, pieds et côté +1698
Vénérable SÉRAFINA DE DIEU (PRUDENZA PISA), carmélite, fondatrice des Moniales du Très Saint Sauveur, plaies aux mains, pieds et côté +1699
M. CROCIFISSA DELLA CONCEZIONE (DOMÉNICA TOMASI), couronne d'épines, plaie au côté +1699
.
.
.
.
18ème SIÈCLE
.


BÉATRIZ MARIA DE JÉSUS DE ENCISO NAVARRETE Y TORRES, clarisse, plaies aux mains, pieds et côté, +1702


ANGÉLA MELLINI, ursuline, plaie au côté, +1707


ANNA-JOSEPHA BINTEMER, tertiaire capucine


ANNE-CATHERINE GRASSI, tertiaire franciscaine, flagellation, couronne d'épines, +1708


MARCELLINE PAUPER, sœur de la charité, marques aux mains et aux pieds, +1708 CORPS INCORROMPU


ANTONIA JOSÉFA DE SANTA CLARA, clarisse, stigmates, +1710


STIGMATISÉE ANONYME DE MILAN, visitandine, plaies mains, pieds, côté


MARIE-MADELEINE RIALP, sœur de Saint Jérome, plaies mains, pieds et côté, +1710


MARIE-ANNE CORDIER , visitandine, +1711


MARIA ARCANGÉLA BIONDINI, servite de Marie, plaie au côté +1712
CORPS INCORROMPU


JEAN-BAPTISTE DE MASTENA, franciscain, couronne d'épines, +1713


ÉLISABETH ALBANO, franciscaine, +1713
CLAUDIA DE ANGÉLIS (CLAUDIA DE LA CROIX), tertiaire dominicaine fondatrice des Sœurs Cisterciennes de la Charité, plaies mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1715


INÈS FRANCESCA DE LA VISITACION DE FONSEC, augustine récollette, plaies mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1715


JUANA DE LA ENCARNATION MONTIJO, augustine récollette, larmes et sueur de sang, +1715


MARIANNE DE JÉSUS (ANNE LE BIGOT), tertiaire dominicaine, plaie au côté, stigmates, +1715


JOSÉFA BERRIDO, tertiaire dominicaine, plaie au côté découverte post mortem, +1717


FIALETTA-ROSA FIALETTI, tertiaire dominicaine, +1717
Bienheureuse MARIE DES ANGES, MARIE-ANNE FONTANELLA, carmélite déchaussée, +1717
Vénérable BENOITE RENCUREL, tertiaire dominicaine, stigmatisée +1718
CORPS INCORROMPU

INÉDIQUE


GIROLAMA LOBET, laïque, +1718


MARIA CATÉRINA BRONDI, laïque, marque aux mains et aux pieds, +1719


CATHERINE DE LA VOLONTÉ DE DIEU, tertiaire dominicaine, +1722


GERTRUDE-ÉLISABETH D’ORIGNY, visitandine +1724


SUZANNE-MARIE DE RIANTS DEVILLEREY, visitandine, marque au côté découverte post mortem, +1724

JEAN-BAPTISTE DE BOURGOGNE CLAUDE-FRANÇOIS DUTRONCHET), prêtre de Saint Bonaventure, +1726
CORPS INCORROMPU

Vénérable ROSA MARIA SERIO, carmélite, plaies aux mains, pieds et côté, +1726

SCOLASTICA MURATORI (MARIA GAETANA), bénédictine, plaie à la main droite et au côté, +1726
Vénérable ANTONIO MARGIL ROS (ANTONIO DE JÉSUS), prêtre franciscain, saignements de la couronne d'épines, +1726
MARIA ANNA LINDMAYR (JOSÉFA VON JESUS) , carmélite déchaussée, marques de la couronne d'épines apparues post mortem, +1726
Sainte VÉRONIQUE GIULIANI, capucine, plaies aux mains, pieds et côté, marques de la couronne d'épines, de la fllagellation, du portement de croix, +1727
CORPS INCORROMPU
ANGES
INÉDIQUE

CATHERINE-FRANÇOISE ALAIN, visitandine, couronne d'épines +1728

SŒUR DE LA VOLONTÉ DIVINE (JEANNE NEUMAYR), franciscaine +1729
Vénérable ANNE-MADELEINE RÉMUZAT, visitandine, marque au ccôté découverte post mortem, +1730




MARIA COLOMBA TONDI, dominicaine, marque au côté découverte post mortem, +1731

MARIA COSTANTE CASTRECA, capucine, plaies aux mains, pieds et côté, +1736

Bienheureuse MARGARITA MARTINENGO (MARIA MADDALENA) , capucine, plaie au côté, +1737
Bienheureux ANGE D'ACRI, capucin, plaie au côté, +1739
CORPS INCORROMPU

PARFAIT HUEBER, franciscain, couronnement d'épines +1741

Vénérable MARIA ROSA GIANNINI, dominicaine, plaie au côté, +1741

CAMILLA ROSA GRIMALDI, tertiaire camillienne, stigmates, +1741

Vénérable MARGHERITA BERNARDI, tertiaire franciscaine, marques aux mains et aux pieds apparues post mortem, +1743
Bienheureuse ANNA HÖSS (MARIA CRESCENTIA), franciscaine, plaies aux mains, +1744
CORPS INCORROMPU

CHIARA ISABELLA FORNARI, franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1744
Bienheureuse ÉLISABETTA MARIA CROCIFISSA SATELLICO
(MARIE CRUCIFIÉE)
, clarisse, stigmates, +1745

ANA MARIA DE LA CONCEPCION, cistercienne, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1746

GELTRUDE DE LA PASSION (MARIA OLORIZ Y ARBIOL), dominicaine, plaies aux mains et aux pieds, +1747
Vénérable MARIE-GERTRUDE (FRANÇOISE-EUPHRASIE SALANDRI), dominicaine, fondatrice, stigmates, +1748

MARIA EUFEMIA DORER, ursuline, stigmates, +1752

MARIA ÉLETTA SANI, clarisse, plaie au côté, +1754
Saint GÉRARD MAJELLA, rédemptoriste, +1755

MIRACLE EUCHARISTIQUE




ANGÉLICA COSPARI, tertiaire dominicaine, stigmates, +1757
Vénérable GIOVANNA BATTISTA SOLIMANI (MARIA ANTONIA SOLIMANI), Fondatrice Sœurs Romite de Saint-Jean-Baptiste, plaies aux mains, pieds et côté, +1758
Vénérable ANTONIO ALONSO BERMEJO, tertiaire franciscain, plaies aux mains, pieds et côté, +1758
BIENHEUREUSE MARIE-LOUISE DE JÉSUS (MARIE-LOUISE TRICHET, est la co-fondatrice des Filles de la Sagesse +1759


MARIA FÉLIZITAS BELLON, laïque, stigmates, +1762
Vénérable MARIA CÉCILIA BAIJ, bénédictine, marques aux mains, +1766
Bienheureuse FLORIDA CEVOLI, capucine, plaie au côté, couronnne d'épines, +1767

Bienheureuse DOLORÈS PENAILLILO, plaies aux mains, couronne d'épines,+1767
Vénérable MARIA DIOMIRA DEL VERBO INCARNATO (MARIA TÉRÉSA SERRI), capucine, plaies aux mains et aux pieds appaues post mortem, +1768

MAGDELEINE MORICE COLUMBA SCHONATH, laïque, plaies aux mains, pieds, côté, sueur de sang, +1769
Vénérable ANNA MARIA FÉLICE BERTARELLI (LILIA MARIA DU CRUCIFIÉ), tertiaire franciscaine, marques aux mains et aux pieds appaues post mortem, +1773

Vénérable MICAELA AGUIRRE, dominicaine, plaies aux mains et aux pieds, +1779

MARIA COLUMBA WEIGL, dominicaine, plaie au côté, marques aux mains et aux pieds, +1783
MARIANNE SCHONATH (MARIA COLUMBA), dominicaine, plaies aux mains, pieds, couronne d'épines, +1787
TÉRESA ÉLENA RIVETTI DEL CUORE DE GÉSU, clarisse, plaies mains, pieds et côté, +1790
Sainte MARIA-FRANCESCA DELLE CINQUE PIAGHE, ANNA MARIA GALLO, tertiaire franciscaine, plaies mains, pieds et côté, +1791
MIRACLE EUCHARISTIQUE
CATALINA DE JÉSUS JOSÉ HERRERA, dominicaine, stigmates +1793

MARIANA DE SAN DOMINGO RIOSOTTO, dominicaine, plaies aux mains et aux pieds, +1794

HENDYLA AJEMI, fondatrice, stigmates, +1798

MARIA CAÉTANA AGNÉSI, laïque, stigmates,+1799

MARIA TÉRÉSA DE SANTA GELTRUDE, mercédaire déchaussée, plaies aux mains, +1799
Vénérable ANGIOLA MARIA GHERZI (CHIARA ISABELLA), clarisse, plaie au côté, +1800
.
.
.
.
19ème SIÈCLE
.

HÉLÈNE WALRAFF, laïque, plaies aux mains et aux pieds, +1801

ROSA SERRA, capucine, plaies aux mains, pieds, côté, marques de la flagellation, couronne d'épines, +1801

MAGDALÉNA LORGER (alias PLEUTGEN) de HADAMAR, dominicaine, plaies aux mains, pieds, côté, marques de la flagellation, couronne d'épines, +1806
Vénérable MARIA LUISA BIAGINI, clarisse, plaies aux mains, pieds, côté, +1811

MARIA JOSÉPHA KÜMI, dominicaine, plaies aux mains, pieds, côté, +1817

MARIA CROCIFISSA VÉRACI, camaldule, plaies aux mains, pieds, côté, couronne d'épines, +1822
Bienheureuse ANNE CATHERINE EMMERICK, augustine, plaies aux mains, pieds, côté, marques de la couronne d'épines, +1824
CORPS INCORROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE
AGRYPNIE
ANGES
Bienheureuse ÉLISABETH CANORI MORA, tertiaire trinitaire, +1825
CORPS INCORROMPU
ANGES

APOLLONIA FILZINGER, laïque, plaies aux mains, pieds et côté, +1827

MARIE-CLAIRE PLANSON, laïque, fondatrice des purificandines, stigmates, +1832
Bienheureuse ANNE-MARIE TAÏGI (GIANETTI), laïque +1837
CORPS INCORROMPU
THÉRÉSA LUISA GARDI, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1837

CATÉRINA GIULIANA BLANDINI, tertiaire servite de Marie, plaies aux mains, pieds et côté, +1841

DOROTHÉE VISSER, plaies mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1844

BERNARDINE LEDERGERBER, capucine, plaies aux mains, pieds et côté, +1847

Soeur SAINT BERNARD DE LA CROIX (ANGÉLIQUE HUGUENEL), religieuse de Marie-Thérèse, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1847
Vénérable GERTRUDE PROSPÉRI (MARIA LUISA), bénédictine, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1847

Vénérable ANTOINE PENNACCHI, prêtre séculier (mort en 1848).
CORPS INCORROMPU
Cadavre incorrompu, souple et répandant du sang 18 jours après le décès ; faits sub secreto depuis lors (cas probable de stigmatisation, avec plaie du côté apparente).
Vénérable MARIA DOMÉNICA LAZZERI, laïque, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1848
AGRYPNIE


ROSA MARIA ANDRIANI, franciscaine, plaies aux mains, pieds, côté, couronne d'épines et larmes de sang, +1848

MARGARETHE STOFFEL, religieuse cloitrée ?, plaies aux mains, pieds et côté, +1849

MARIE-BERTINE BOUQUILLON, hospitalière dominicaine, plaies aux mains, pieds et côté et couronne d'épines +1850
ANGES

JULIANE WEISSKIRCHER, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1851

GIULIA NAPOLÉONI, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1851

FIRMIN HEIGNY, coadjuteur, tertiaire franciscaine, marques aux mains, et aux pieds , +1851

Bienheureuse KRESZENTIA NIERKLUTSCH, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines +1855

Mère SCOLASTIQUE DUPLAT, religieuse de Marie-Thérèse, +1856
MARIA GIULIANA DU SAINT-SACREMENT ((ANGÉLA ARENARE), servite de Marie tertiaire, plaies aux mains, pieds et côté, +1857

URSULA MOHR, laïque, stigmates, +1860

ANONYME DE RONSBERG, laïque, plaies aux mains, pieds et côté, +1855/60

ANONYME DE JENESIEN, laïque, stigmates, +1855/60
Vénérable CÁNDIDA CORDOVA POZUELO (MARÍA CÁNDIDA DE SAINT AUGUSTIN), augustine, plaies à l'épaule et au genou, +1861
Vénérable MARIA AGNÈS CLAIRE DU SACRÉ CÔTÉ DE JÉSUS (THÉRÈSE CHIARA STEINER) clarisse, marques aux mains, +1862
CORPS INCORROMPU
Vénérable ANNE ROSE JOSÈPHE DU BOURG (MÈRE MARIE DE JÉSUS), Fondatrice des Soeurs du Sauveur et de la Sainte-Vierge, +1862
MARIA VON MÖRL, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1868


INÉDIQUE
AGRYPNIE : vingt-cinq ans sans dormir
Bienheureuse PAULINE DE NICOLAY, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1868
CORPS INCORROMPU
ANGES

HIERONYMA STROBL, tertiaire franciscaine, stigmates, +1868/69

MAGDALÉNA GSCHIRR, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1869

GAÉTANA PARLAVECCHIA, tertiaire franciscaine, stigmates, 1869/70

JEANNE BOISSEAU, laïque, plaies aux mains, pieds ,côté et couronne d'épines, +1871
MARIA CONCETTA SARACENI (MARIA CHÉRUBINA CHIARA OF SAINT FRANCIS), clarisse, +1871
BARBARA DE SANTO DOMINGO JURADO Y ANTUNEZ, dominicaine, plaies aux mains, pieds, côté et couronne dépines +1872 CORPS INCORROMPU

BERTHA VON POSCH, laïque, marques aux mains, 1872
ROSA TÉRÉSA BRENTI, dominicaine, fondatrice des dominicaines du Très Saint Sacrement, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épines, +1872

ANONYME DE TOURNAI, carmélite déchaussée, stigmates, +1873/74
VÉRONICA DE SAINT ALEXIS (MARIA VÉRONICA CAMPION), servite de Maria GésuMaria, plaies aux mains, pieds , côté et couronne d'épines, +1874


MARIE DE SAINT AUGUSTIN (MARIE-CATHERINE RUEL), fondatrice des religieuses des Saints noms de Jésus et Marie), stigmates, +1874

ISABELLE HENDRICKX, laïque, plaies aux mains, pieds, côté, couronne d'épines, +1874
Vénérable MARIE-LOUISE DE JÉSUS, dominicaine, fondatrice de Maria santissima Addolorata e di santa Filomena, 1875
ANA DE JÉSUS MARIA JOSÉ MAGALHÃES, bergère laïque, plaies aux mains et pieds, +1875, appelée communément «la Sainte d'Arrifana»


INÉDIQUE
AGRYPNIE : 30 ANS
MARIA SÉRAFINA DELLA CROCE (ANCILLA GHEZZI), Adoratrices Perpétuelles du Saint-Sacrement, plaies aux mains, pieds ,côté, couronne d'épines, +1876


DORA VISTER, laïque, plaies aux mains, pieds ,côté, couronne d'épines, +1876

THÉRÈSE JOSEPHINE CARTIER (Mme MIOLLIS), laïque, plaies aux mains, pieds ,côté, couronne d'épines, +1877

HÉLÈNE DE BOLAWATTA (de Ceylan), laïque, plaies aux mains, pieds ,côté, marques de la flagellation, plaie à l'épaule, blessure aux genoux, traces des liens aux poignets et couronne d'épines, +1877

FRANCOISE BARTHEL D'ANDLAU laïque, plaies aux mains, pieds ,côté, marques de la flagellation et couronne d'épines, +1878
VÉRONICA BARONE, tertiaire capucine séculière, marques aux mains, pieds, +1878
Bienheureuse MARIAM DE JÉSUS CRUCIFIÉ BAOUARDY carmélite plaies aux mains, pieds ,côté, flagellation et couronne d'épines+1878
Bienheureuse MARGUERITE BAYS, séculière franciscaine, marques aux mains, pieds, +1879




FLORENCIA DEL SACRAMENTO (MARIA FLORENCIA TRINIDAD), mercédaire, plaies aux mains, pieds et côté, +1879

MARIE JALHAY-MUNZBACH, laïque, plaies aux mains, pieds et côté, +1881
Vénérable ANNE LOUISE LATEAU, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds ,côté, plaie à l'épaule, +1883
CORPS INCORROMPU
MIRACLE EUCHARISTIQUE  




VICTOIRE COURTIER épouse CLAIRE, laïque, plaies aux mains, pieds, côté et couronne d'épine +1883

Sœur MARIA LUCIA, soeur du Très Saint Sauveur, plaie au côté, couronne d'épines, +1885
LÉVITATION

Sœur MARIE-CATHERINE (THÉRÈSE PUTIGNY), visitandine, traces mains, pieds et sueur de sang, +1885

MARIE BROGNIER, plaies aux mains et aux pieds +1885 ?
AGRYPNIE : vingt-cinq ans sans dormir

ANONYME DE MALTE, novice jésuite, plaies aux mains, pieds , côté, +1886

CAROLINE CLÉMENT, laïque, marques aux mains, plaie au côté, 1887

BÉATRIX SCHUMANN, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, +1887
Bienheureuse ANGÉLA MOLARI (MARIE MADELEINE DE LA SAINTE TRINITÉ) tertiaire franciscaine, fondatrice des Soeurs de l'Immaculée, plaies aux mains, pieds et côté, +1887
PALMA MARIA MATARELLI, tertiaire franciscaine, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines, +1888
VICTORIA HECHT, laïque, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines, +1890
MARIA ROSA CARAFA, ancelle du Sacré-Coeur, stigmates, +1890
MARIA DOLORÈS PATROCINO QUIROGA, conceptioniste, plaies aux mains, pieds et côté, couronne d'épines, +1891
MAGDALENA GORNIK (Slovénie), plaies au côté, mains, pieds, couronne d'épines, flagellation, +1896
LÉVITATION
INÉDIQUE
ANGES
GIUSEPPINA COMOGLIO, laïque, +1899



.
.
.
.
20ème SIÈCLE
.
Bienheureuse ROSA MARIA BENEDETTA GATTORNO CUSTO(ANNA ROSA), tertiaire franciscaine, fondatrice des filles de Saint'Anne, +1900
CORPS INCORROMPU
Sainte GEMMA GALGANI, passioniste, 1903
ANGES
MELANIECALVAT, voyante de la Salette, +1904
CORPS INCORROMPU
Vénérable THERESA-HELENA HIGGINSON, +1905
CATHERINE-AURELIE DU PRECIEUX-SANG, CATHERINE-AURELIE CAOUETTE, tertiaire dominicaine, fondatrice des «Religieuses Adoratrices du Précieux-Sang, filles de Marie Immaculée», +1905
Vénérable BARBARA PFISTER, dominicaine +1909
Bienheureuse THÉRESE-MARIE DE LA CROIX MANETTI,fondatrice des Carmélites de Sainte-Thérèse +1910
CORPS INCORROMPU
MARIE-LOUISE NERBOLLIERS,«la visionnaire de Diémoz» +1910
CORPS INCORROMPU
Bienheureuse MARIE DE LA PASSION TARALLO(MARIA GRAZIA TARALLO) , crucifiées Adoratrices de l’Eucharistie, Cofondatrice des Servantes de Marie Immaculée +1912
CORPS INCORROMPU
LÉVITATION
ROSINA FERRO, tertiaire dominicaine, +1912
MARIA BENEDETTA FREY, cistercienne, +1913
CORPS INCORROMPU
Mère MARIA ROSA ZANGARA, tertiaire franciscaine, fondatrice des Filles de la Miséricorde et de la Croix +1914
CORPS INCORROMPU
ANTOINE CROZIER, Prêtre +1916
JOSEFA MENEDEZ, religieuses du Sacré-Cœur de Jésus Feuillantes, mains, pieds, côté, couronne d'épines, plaie à l'épaule, +1923
Bienheureuse MARIE BERNARD DU TRES SAINT COEUR DE MARIE MARIA BERNARDA (VERENE BÜTLER), franciscaine, fondatrice des Sœurs Missionnaires franciscaines de Marie Auxiliatrice des pécheurs +1924
Bienheureuse ANNA SCHÄFFER,Tertiaire de Saint François, +1925
Bienheureuse THERESIA MARIAM MANKIDIYAN CHIRAMEL, carmélite, fondatrice de Congrégation de la Sainte Famille +1926
Soeur TERESA MIRIAM DEMJANOVICH, fille de la charité, stigmates, +1927
Bienheureuse DINA BELANGER, Congrégation des Religieuses de Jésus-Marie,+1929
MARIE-THERESE NOBLET, augustine, fondatrice des Petites Soeurs du Sacré Coeur +1930
ANGES
MARIE DE JÉSUS LANDI, tertiaire franciscaine+1931
CORPS INCORROMPU
TÉRÉSA PALMINOTA, plaie côté, +1934
MIRACLE EUCHARISTIQUE
MARIE-THÉRÈSE DE JÉSUS CORTIMILIA, fondatrice des soeurs de Sainte-Claire, +1934
CORPS INCORROMPU
Vénérable ESTER MORICONI, Augustine des l'Oblats de Sainte-Marie, +1937
MARIE-ROSE FERRON, plaies aux mains, pieds, épaule, couronne d'épines,yeux,+1936
CORPS INCORROMPU
MARIE-JULIE JAHENNY, tertiaire franciscaine, plaies mains, pieds et côté, couronne d'épines, marques des cordes aux poignets, flagellation, +1941
INÉDIQUE
ANNA MARIA GOEBEL+1941
Vénérable LUCIA MANGANO, ursuline +1946
INÉDIQUE
LUISA PICCARRETA, tertiaire dominicaine, couronne d'épines, +1947 Absence de nourriture pendant 64 ans
INÉDIQUE
RHODA WISEProtestante convertie, plaies aux pieds, couronne d'épines,+1948
ANNA HENLE séculière, 1950
CORPS INCORROMPU
YVONNE-AIMEE DE JESUS DE MALESTROIT, YVONNE BEAUVAIS, augustine, +1951
CORPS INCORROMPU
AGRYPNIE: le plus souvent un quart d'heure
Vénérable Mère ELENA AÏELLO, religieuse, fondatrice de l'ordre des Soeurs Minimes de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, plaies main, pieds et côté, +1961
AGRYPNIE : de 1934 jusqu'à sa mort, que quelques heures de sommeil par semaine
ADRIENNE VON SPEYR, laïque, +1967
Saint PADRE PIO DE PIETRELCINA, FRANCESCO FORGIONE, capucin, +1968  
CORPS INCORROMPU
AGRYPNIE : trois heures de sommeil quotidien
MARIE DU CHRIST (RAYMONDE BONNENFANT) +1973
THERESA MUSCO, laïque, plaies mains, pieds et couronne d'épines, +1976
ANGES
https://lh5.googleusercontent.com/-QZsD72llh2k/T8vN7KFNS5I/AAAAAAAALX0/fxaP1JNd1M8/s150/CARMELA%2520CARABELLI%25201978.jpg
MARTHE ROBIN, laïque, fonde les foyers de charité, plaies mains, pieds et couronne d'épines, larmes de sang, +1981
AGRYPNIE : Marthe ne dormit plus du tout, de novembre 1931 à sa mort en février 1981, c'est-à-dire pendant 50 ans.
SYMPHOROSE CHOPIN, tertiaire Carmelitaine, †1983
GRETA GANSEFORTH, Heede, +1996
ANGES
NATUZZA EVOLO, fondatrice des Cénacles de prière, plaies aux mains, pieds, épaule, couronne d'épines,+2009
BETTINA IAMUNDO née en 1906, stigmatisée en 1977
GLADYS QUIROGA MOTTA, née en 1937
.
http://img46.xooimage.com/files/4/6/7/coquelicots-161f606.png
.
.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Marie-Louise NERBOLLIER,
la stigmatisée de Lyon, Diémoz et Pouilly-les-Feurs est décédée le 15 août 1908.