Une erreur est survenue dans ce gadget

samedi 16 avril 2016

PROPHÉTIES SAINT AMBROISE D'OPTINO


https://lh3.googleusercontent.com/9i91bKMMMVZDy9-HVw0hiKM3c9ASD6moMFsnn0wup_nlhcbzb89UuKXqpptcEdq5B03Fm_Ndk6Bh6NeGqwUGOA1TUW-867t9Wm6kRLTyvYC8f5cZin4J09pgvWvN2sABb0zaw2Xb1oSXB1zDr5PY3-rqXNfOPDT5FMfTeQiqMezGhOICCdQI51nr_V_FHFa1COS_8fuRByNvoLCEcMnAJVipWDbVwr2Q7hcVKTisKOyF3w--0p5IyK8P5-SAwXBuyGP3J_491_Q8mQ-8DKY1QgyI7zqCWqqa2bqHdBzxDowSfbUrCvNPXfUSarxd6_6wZN5YxglQv5BBfth5PvsP0bIOi1ylX-hZAAcGtbVI6bsw6j951aDvsPyuM61TyOgBBIx9sR8QTTcl34yfLttOqEIzmgGYZfH6PGv7gybUQbiKf5uF1URk-jhPeX_OnWZxnItzLSgHgfO2wDIkMRRHzWrTVNnBrVoNuOeD1iOVv9GfZXs01h7hCw-EUr1TKwT429xmOrVvYPdO-kY2mbCYwq4y7p6yQTGLuMvH1JDfREQuDj7YR_ri6QZ5U_5aumVx5sNZpA=w120-h260-no .
ROPHÉTIES
SAINT AMBROISE D'OPTINO 1812/1891



.
.
.
. 
.
 BIOGRAPHIE
.
Après la mort du starets MACAIRE en 1860, deux personnes lui succédèrent dans le startchestvo [la pratique de la paternité spirituelle] à OPTINO : le PÈRE HILARION, recteur du skite [habitation de quelques moines] et le PÈRE AMBROISE, qui assistait MACAIRE dans ses travaux d’édition de textes patristiques. HILARION mourut en 1873 et AMBROISE, disciple des startsi Léonide et MACAIRE , resta le seul continuateur de leur tradition. Nature extrêmement riche, le starets AMBROISE réunissait dans sa personne les qualités de ses prédécesseurs. On peut dire qu’en lui le startchestvo d’OPTINO trouva son apogée.
ALEXANDRE GRENKOV naquit le 21 novembre 1812 dans une famille cléricale : son père était lecteur dans une paroisse de village, au gouvernement de Tambov. La naissance du futur starets tomba le jour d’une fête paroissiale. Une multitude de paysans venus des localités voisines remplissait le village. «Je suis né dans la foule et je vivrai toujours au milieu de la foule», disait le starets.
.Le jeune ALEXANDRE, très doué pour les études, était d’une vivacité débordante. On le voyait gambader sans cesse dans les rues avec ses camarades, et pourtant, bien qu’il n’apprît jamais ses leçons, il fut toujours le premier à l’école paroissiale. Après l’école, il entra au séminaire de Tambov mais, son instruction une fois terminée, ne chercha pas à faire une carrière ecclésiastique. Le futur starets passa quelque temps comme précepteur dans une famille de propriétaires et occupa ensuite la place modeste de maître d’école dans son village natal.
.Gai et spirituel, GRENKOV était aimé de tous. Cependant, à partir d’un certain moment, on commença à s’apercevoir qu’il cherchait souvent la solitude, s’éloignant dans le jardin ou montant au grenier pour prier. Encore au séminaire, tombé gravement malade, ALEXANDRE avait fait voeu de prendre l’habit. Guéri, il ajournait toujours l’accomplissement de sa promesse et restait dans le siècle. Un jour, se promenant dans la forêt, il entendit clairement dans le bruit d’un ruisseau les paroles : louez DIEU, aimez DIEU. Le jeune instituteur alla voir un starets, le reclus HILARION, connu dans toute la région de Tambov pour la sagesse de ses conseils inspirés. Le starets lui dit : «Va à OPTINO, tu y trouveras l’expérience» (jeu de mots intraduisible : oppyt = «expérience»). En 1839, pendant les vacances d’été, GRENKOV visita le monastère d’OPTINO mais n’y resta pas. Il hésitait encore. À l’automne de la même année, après une soirée où il parut particulièrement gai ; GRENKOV dit brusquement à l’un de ses amis : «Je ne peux plus rester ici. Je pars pour OPTINO» Quelques jours après, il quitta son village et fut reçu à OPTINO par le starets LÉONIDE.
Le novice, après avoir rempli pendant quelque temps des obéissances à la cuisine, fut désigné par le starets LÉONIDE pour lui servir de lecteur. Il devait dire chaque jour, dans la cellule du starets, les prières prescrites par la règle monastique. On ne sait pourquoi le starets LÉONIDE, en plaisantant, appelait son nouveau disciple «chimère» En mourant, il le «remit de la main à la main» au starets MACAIRE. ALEXANDRE GRENKOV reçut le nom d’AMBROISE lors de sa prise d’habit. Bientôt, il fut ordonné diacre. Une fois, près de l’autel, le starets ANTOINE, prieur du skite, demanda au jeune diacre : «Eh bien, vous vous habituez ?» AMBROISE répondit avec désinvolture : «Grâce vos prières, mon père» Mais le PÈRE ANTOINE acheva la phrase «... à la crainte de DIEU» Confus, le moine comprit la leçon.
https://lh3.googleusercontent.com/x8ZRwvzT0klRZmCRjSpc-FfWY2aWChQNbjGw37uC0d36KYCyDOYAkOwV6WX1ddsxaQhEcXkJdev944nA7T4sP9BxEzDWm5COkS77jcmH2l2BorgVa7HEGcKsr6NYyT9BmQfPSOvJpN-IOQ6m-_bz_t3h4w7-_Ee8olbsZw6rtV0vFIsAHSUFlBQd3iPhDzfGqNnfb-m8572TJV-UQvHcBFO83FqUT1abN4qNZaLfpqhA4rPNL1NTlsJ5ovizeK0DnD5lU57pH8O8ziLoiVXT3QGUHtCApkefXkTsci6cEQ5rJuFNQpNMn6mLkWwTGX-iRB8z0qJT5OSdhy255diTBZqlwMHyfD9lEpnK4Ysp3W6g91r_dh09kUoebajzFVCYVpLRLDgjo5rXAJQjIhsJxhQydKS10DLF5-Fk7xLvfS_h-xg9IxtD_a856PGT95f1ddI_vwTfZIg1itCNwWtxMr4Q8Rs49CQAcJMod2q9TZF7kMIZW0UK2tQtNI-oFmRycArxvExbmnYpiB4hUOiK2tV3FGq6IJBn2ol87VAO5y5Qh2PV8jV35zbVSAOIkMy11RS65Q=w200-h193-noInfirme
Ordonné prêtre, le PÈRE AMBROISE ne resta pas longtemps attaché au service de l’autel. Il prit froid et, gravement malade, resta cloué au lit pendant plusieurs mois. Sa santé fut sapée pour toujours ; il resta infirme jusqu’à la fin de sa vie. Comme le PÈRE MACAIRE, il dut renoncer à dire la liturgie à cause de sa faiblesse extrême. La maladie tempéra la nature trop exubérante du PÈRE AMBROISE ; elle l’obligea à rentrer en lui-même, à se consacrer au travail incessant de la prière intérieure. Il disait plus tard : «La maladie est très utile pour un moine. S’il est malade, il ne lui faut se soigner qu’un peu de temps en temps, juste dans la mesure nécessaire pour subsister»
Sachant le grec et le latin, le PÈRE AMBROISE assistait le starets MACAIRE dans ses travaux d’édition des textes patristiques. Il continua ces occupations après la mort de son maître et publia plusieurs œuvres de spiritualité, entre autres L’Échelle de SAINT JEAN CLIMAQUE. Mais les travaux d’érudition ne pouvaient suffire au tempérament trop actif du PÈRE AMBROISE. Il cherchait une communion directe avec les êtres humains. Son esprit vif et pénétrant, enrichi par la connaissance de la littérature ascétique, s’intéressait à tout ce qui touchait aux hommes : à la vie secrète de l’âme, aussi bien qu’aux activités et préoccupations extérieures. Sous l’action de la prière constante, la perspicacité naturelle du PÈRE AMBROISE se transformait en clairvoyance, ce don admirable de la grâce qui devait faire de lui une des figures les plus étonnantes du startchestvo russe.
Lire dans les âmes, don de clairvoyance
Bientôt, il n’y eut plus de secrets pour le starets AMBROISE : «il lisait dans l’âme comme dans un livre».
Un visiteur pouvait garder le silence, se placer à l’écart, derrière le dos des autres, le starets connaissait néanmoins sa vie, l’état de son âme, le mobile qui l’avait amené à OPTINO. Ne voulant pas manifester ce don de clairvoyance, le starets posait habituellement des questions aux personnes qui voulaient le voir ; mais rien que sa manière d’interroger les visiteurs montrait qu’il était déjà au courant de tout. Parfois, la vivacité du starets AMBROISE le poussait à révéler sans précautions ce qu’il savait.
Ainsi un jour, il répondit vivement à un jeune artisan qui se plaignait d’avoir mal au bras : «Oui, tu auras mal au bras… Pourquoi as-tu frappé ta mère ?» Puis il se reprit, confus, et se mit à poser des questions : «Ta conduite est-elle toujours bonne ? Es-tu un bon fils ? N’as-tu jamais offensé tes parents ?»
Très souvent le starets usait d’allusions discrètes, presque toujours sous une forme humoristique, pour laisser entendre aux gens que leurs défauts cachés lui étaient connus ; la personne qu’il visait ainsi était la seule à comprendre le sous-entendu.
Une dame qui cachait soigneusement sa passion pour le jeu demanda une fois au starets AMBROISE sa carte (photographie). Le starets sourit avec reproche ; «Que me dites-vous là ? Est-ce que nous jouons aux cartes dans le monastère ?» Ayant compris l’allusion, la dame avoua sa faiblesse.
Une jeune fille, une étudiante de MOSCOU, qui n’avait jamais vu le starets, manifestait une grande animosité à son égard, le traitant de vieil hypocrite. Poussée par la curiosité, elle vint un jour à OPTINO et se plaça près de la porte, derrière les autres visiteurs qui attendaient. Le starets entra dans le parloir, fit une courte prière, regarda un moment l’assistance et, s’adressant à la jeune personne ; «Ah ! mais c’est VÉRA, elle est venue voir le vieil hypocrite !» Après une longue conversation en tête-à-tête avec AMBROISE, la jeune fille changea d’opinion. Elle devint plus tard religieuse au monastère de Charmordino, fondé par le starets.
Avec les indifférents, le PÈRE AMBROISE ne perdait pas son temps : il les congédiait après une brève conversation, toujours en termes très courtois. En le quittant, ces visiteurs, venus uniquement par curiosité, disaient habituellement : «C’est un moine très intelligent»
Intelligent, le starets AMBROISE l’était. Cette faculté, naturelle en lui, n’avait plus désormais de limites dans son exercice grâce au don du raisonnement qu’il avait acquis. Il savait apprécier chaque phénomène selon sa juste valeur. Homme spirituel, il pouvait, juger de tout, selon la parole de SAINT PAUL (1 Co 2, 15). Cette qualité prêtait au PÈRE AMBROISE une largeur de vues illimitée. Il n’y avait point de domaines fermés à son entendement où il aurait dû reculer faute de connaissance spéciale.
Ainsi, un propriétaire dont les jardins ne rapportaient rien reçut des indications détaillées de la part du starets pour créer un système d’irrigation perfectionné.
Actif et ingénieux, lui-même, AMBROISE aimait les gens décidés et courageux ; il bénissait toujours les entreprises difficiles et risquées à condition qu’elles fussent honnêtes. Dans les affaires d’argent, dans les questions judiciaires les plus embrouillées, il avait toujours un conseil précis à donner. Il n’y avait pas pour lui de petites choses sans intérêt ; tout ce qui préoccupait son interlocuteur devenait l’objet unique de son attention. Une paysanne vint lui conter son malheur : les dindes de sa maîtresse crevaient l’une après l’autre et la propriétaire voulait la mettre à la porte. Le starets questionna avec patience la pauvre femme sur la manière dont elle nourrissait les dindes, puis lui donna quelques conseils pratiques. Les témoins de cette scène riaient ou s’indignaient contre la vieille qui avait osé ennuyer le starets avec ses dindes. Après avoir congédié la paysanne, AMBROISE s’adressa aux assistants : «Que voulez-vous, toute sa vie est dans ses dindes !»
Jamais, devant les difficultés matérielles des gens simples qui venaient le voir, le starets AMBROISE n’a dit : «Cela ne me regarde pas ; je ne m’occupe que des âmes» Il avait le cœur attentif. Il possédait la faculté d’aimer sans bornes chaque personne humaine qui se trouvait en sa présence, en s’oubliant soi-même. Cet oubli incessant de soi-même devant le prochain constituait la vie choisie par le starets AMBROISE. Il disait : «Toute ma vie, je n’ai fait que couvrir les toits des autres et mon propre toit est resté troué» Mais la personne humaine ne peut atteindre sa perfection suprême qu’en cessant d’exister pour elle-même, en se donnant à tous. C’est le fondement de la parole évangélique qui, lorsqu’elle est vécue jusqu’au bout, est le foyer vivant et personnel de tout amour. 
Aucun défaut humain, aucun péché ne pouvait faire obstacle à l’amour du starets AMBROISE : avant de juger, il compatissait et il aimait. C’est pourquoi les pécheurs allaient vers lui sans crainte, avec confiance et espoir.
Une jeune fille, devenue enceinte, fut maudite et chassé de sa famille, par son père, un riche marchand. Elle vint chercher refuge et consolation auprès du starets AMBROISE. Celui-ci l’accueillit avec douceur et la plaça chez ses amis, dans une ville voisine, où elle put mettre au monde son enfant. Le starets envoyait régulièrement de l’argent à la jeune mère qui venait le voir de temps en temps avec son fils. Sur le conseil du starets, la jeune femme, qui savait peindre, se mit à gagner son pain en faisant des icônes. Quelques années plus tard, le marchand se réconcilia avec sa fille et s’attacha à son petit-fils.
AMBROISE cherchait d’abord à soulager les êtres humains dans leur peine avant de les guider sur la voie de la justice. Vers la fin de sa vie, on l’entendit souvent dire à voix basse en hochant la tête : «J’étais sévère au début de mon startchestvo, mais à présent je suis devenu faible : les gens ont tant de douleur, tant de douleur !» Quand il accueillait ses nouveaux visiteurs, le starets allait toujours aux plus accablés, il choisissait ceux qui avaient le plus besoin de consolation et il trouvait les mots nécessaires pour leur rendre le courage, l’espoir, la joie de vivre.
Également bon envers tous, manifestant de préférence son amour aux personnes désagréables, difficiles supporter, aux pécheurs endurcis, méprisés par la société, jamais il n’a désespéré devant l’abîme des péchés humains, jamais il n’a dit : «Je ne puis rien»
Le secret de la clairvoyance du père AMBROISE résidait dans sa charité. Non seulement il aimait tous ceux qui venaient vers lui, mais il avait la faculté de s’identifier à eux, de sorte qu’il aimait également leurs proches, les objets auxquels ils étaient attachés, tout ce qui constituait leur vie. L’esprit du père AMBROISE embrassait toute la vie intérieure et extérieure de la personne à laquelle il avait affaire : c’est pourquoi il pouvait guider avec assurance la volonté de l’homme en l’accordant avec celle de Dieu. Les destinées humaines lui étaient ouvertes ; on peut dire qu’il participait au conseil divin au sujet de chaque personne. Les exemples de cette connaissance des desseins providentiels sont très nombreux dans la pratique du starets AMBROISE. En voici quelques-uns des plus typiques.
Une jeune fille pauvre fut demandée en mariage par un riche marchand attiré par sa beauté. Le starets conseilla à sa mère de refuser le marchand disant qu’il avait en vue pour la jeune fille un parti infiniment meilleur. La mère se récria : «Il n’y a pas de parti meilleur pour nous ; ma fille ne peut tout de même pas épouser un prince» «Le fiancé que j’ai pour ta fille est si grand que tu ne peux pas l’imaginer, insiste AMBROISE, - refuse le marchand» La mère obéit au starets ; elle dissuada le fiancé de sa fille. Quelques jours après, la jeune fille tomba subitement malade et mourut.
Deux soeurs vinrent une fois à OPTINO. L’aînée, de nature renfermée, pensive, très pieuse ; l’autre, exubérante de joie, ne pensant qu’à son fiancée. L’une cherche à entrer dans un monastère, l’autre veut que le starets bénisse son bonheur conjugal. Ayant reçu les deux jeunes filles, le père AMBROISE, sans rien dire, tendit à la fiancée un chapelet. Puis, il s’adressa sa sœur : «Pourquoi parles-tu de monastère ? Bientôt tu vas te marier» Et il nomma une région éloignée où elle devait rencontrer son futur mari. Rentrée à SAINT-PÉTERSBOURG, la fiancée apprit que celui qu’elle aimait l’avait trompée. Dans sa douleur, elle se tourna entièrement vers DIEU ; sa nature subit un changement profond ; elle renonça au siècle et entra dans un monastère. En même temps, sa sœur aînée fut invitée par une tante de province dont la propriété se trouvait à proximité d’un monastère de femmes. Elle y alla, pensant trouver l’occasion de prendre une connaissance plus proche de la vie monastique. Mais une rencontre qu’elle fit dans la maison de sa tente changea tout : la jeune postulante devint bientôt une épouse heureuse.
Ceux qui connaissaient bien le starets AMBROISE savaient par expérience personnelle qu’il fallait obéir à tout ce qu’il disait sans jamais le contredire. Lui-même avait coutume de dire :
«Ne discutez jamais avec moi. Je suis faible, je pourrais vous céder et ce serait toujours nuisible pour vous»
On rapporte l’histoire d’un artisan qui, après avoir fabriqué une nouvelle iconostase pour l’église d’OPTINO, vint chez le starets AMBROISE pour recevoir sa bénédiction avant de rentrer chez lui, à Kalouga, à 60 kilomètres du monastère. Les chevaux étaient déjà attelés, l’artisan était pressé de regagner son atelier sachant qu’une commande avantageuse l’attendait. Mais le starets, après l’avoir retenu longtemps, l’invita à revenir le lendemain, après la liturgie, prendre le thé dans sa cellule. L’artisan, flatté par cette attention du saint homme, n’osa pas refuser. Il espérait trouver encore, son client à Kalouga en y arrivant vers la fin de l’après-midi. Mais le starets ne voulut pas le laisser partir : il fallut que l’artisan revienne prendre le thé dans sa cellule encore une fois, avant les vêpres. Le soir, le PÈRE AMBROISE renouvela son invitation pour le lendemain. L’artisan, très déçu, mais n’osant point protester, obéit de nouveau. Cette manœuvre se renouvela pendant trois jours. Le starets congédia finalement l’artisan : «Merci, mon ami, pour m’avoir obéi. DIEU te gardera, va en paix» Quelques temps après, l’artisan apprit que deux de ses anciens apprentis, sachant qu’il devait rentrer d’OPTINO avec une somme d’argent considérable, l’avaient guetté trois jours et trois nuits dans la forêt, près de la grand’route de Kalouga avec l’intention de le tuer.
Les conseils du starets AMBROISE, lorsqu’ils étaient suivis par ses enfants spirituels, dirigeaient les personnes humaines sur la voie où elles pouvaient s’épanouir pleinement, porter les fruits de la grâce.
Un jeune prêtre fut nommé, selon son propre désir, dans la paroisse la plus pauvre du diocèse d’Orel ; mais, après un an d’existence difficile, il perdit courage et voulut être envoyé ailleurs. Avant de faire sa demande, le jeune prêtre vint consulter le starets AMBROISE. L’ayant vu de loin, le starets lui cria :
«Va-t-en, rentre chez toi, père ! Il est seul et vous, vous êtes deux»
Puis, expliquant le sens de ses paroles, il ajouta :
«Le démon est seul à te tenter tandis que tu as DIEU pour t’aider. Rentre chez toi. C’est un péché que de quitter sa paroisse. Dis la liturgie chaque jour et n’aie aucune crainte : tout ira bien»
Le prêtre, encouragé, reprit son travail pastoral avec patience. Après de longues années, des dons merveilleux se relevèrent en lui : le père GEORGES KOSSOV devint un starets de grande renommée.
La connaissance des desseins providentiels, le pouvoir sur les destinées humaines se manifestèrent d’une façon étonnante dans le starets AMBROISE au moment où il entreprit la fondation d’un monastère de femmes à Chamordino.
Sur le conseil du starets, une de ses filles spirituelles, la riche propriétaire Klutcharev, acheta le domaine de Chamordino à douze kilomètres d’OPTINO. Dans la pensée de la pieuse dame qui venait de prendre le voile, cette propriété devait assurer l’avenir de ses petites-filles, deux jumelles orphelines. Le starets AMBROISE se rendait souvent à Chamordino, inspectant les constructions de la nouvelle maison des demoiselles Klutcharev. Bâtie d’après les indications du starets, cette nouvelle habitation seigneuriale avait plutôt la disposition d’un monastère. Les deux enfants s’y installèrent avec quelques femmes, anciennes serves des Klutcharev. Leur grand-mère, qui habitait à OPTINO dans un corps de logis attenant au monastère s’occupait de l’instruction des deux orphelines. Afin de leur faire venir une bonne éducation mondaine, elle voulut faire venir à Chamordino une gouvernante française. Mais le starets s’y opposa. Ne voulant pas affliger la grand-mère, il se garda de lui révéler la vraie cause de son refus. Mais il parla ouvertement à une amie de la famille KLUCHAREV :
«Les petites ne vivront pas, lui dit-il. Ce n’est pas à la vie de ce monde, mais à la vie éternelle qu’il faut les préparer. Des religieuses vont leurs succéder à Chamordino qui prieront pour le repos de leurs âmes»
La grand-mère mourut en 1881 et, deux ans après, ses petites-filles, filleules et disciples du starets AMBROISE, succombèrent ensemble de la diphtérie à l’âge de douze ans.
Un an plus tard, en 1884, une communauté de religieuses s’installait à Chamordino. Attirées par la renommée du starets AMBROISE, directeur spirituel des sœurs de Chamordino, des femmes de toutes les classes de la société demandèrent à entrer dans le nouveau monastère. Bientôt, le nombre des religieuses s’éleva à cinq cents. On dut construire en hâte de nouveaux corps de bâtiment pour loger les sœurs qui affluaient toujours, pour aménager un hospice donné aux femmes d’un grand âge, un orphelinat, une école.
Le starets créa à Chamordino une grande famille unie par la prière et le travail. Il y venait souvent passer quelques jours au milieu de ses filles spirituelles ; les séjours prolongés du starets AMBROISE à Chamordino provoquèrent le mécontentement des autorités ecclésiastiques : on fit remarquer que le starets ne devait pas priver de son aide les visiteurs qui venaient, de plus en plus nombreux à OPTINO. C’est un fait assez éloquent qui montre à quel point l’attitude de l’épiscopat à l’égard du startchestvo a changé depuis le temps du starets LÉONIDE.
La correspondance du starets AMBROISE fut immense. Chaque jour, il recevait de trente à quarante lettres. On les disposait devant lui par terre et, avec son bâton, il désignait celles auxquelles il fallait répondre immédiatement. Souvent, il connaissait le contenu d’une lettre avant de l’ouvrir. Les personnes les plus diverses s’adressaient au starets.
Une jeune artiste française, catholique romaine, lui écrivit de SAINT-PÉTERSBOURG, cherchant une consolation spirituelle dans sa douleur : elle venait de perdre l’homme qu’elle aimait.
Pour chacun, le PÈRE AMBROISE trouvait les paroles nécessaires, celles qui vont droit au cœur, réveillant la personne humaine à la vie spirituelle. Si l’on considère le travail quotidien fourni par ce vieux moine infirme, le nombre de lettres auxquelles il répondait, la quantité de visiteurs qu’il recevait, en trouvant chaque fois une réponse juste, une issue simple dans les situations les plus compliquées, on se rend compte qu’un effort purement humain ne pouvait suffire à cette tâche. L’œuvre d’un starets est inconcevable sans le concours incessant de la grâce divine.
Les incroyants, les chercheurs de DIEU, si nombreux dans l’intelligentsia russe vers la fin du siècle dernier, venaient auprès du starets AMBROISE, dont la seule présence rallumait leur foi éteinte.
Un homme qui avait passé des années à chercher la vraie religion et ne l’avait pas trouvée chez TOLSTOÏ, vint enfin à OPTINO, «rien que pour voir». «Eh bien, regardez» lui dit le starets se dressant devant lui et le fixant avec ses yeux pleins de lumière. L’homme se sentit comme réchauffé par ce regard. Il resta plusieurs mois à OPTINO. Un jour, il dit au starets : «J’ai trouvé la foi»
Toutes les voies spirituelles de la Russie au déclin du XIXe siècle passent par OOPTINO. VLADIMIR SOLOVIEV et DOSTOÏEVSKI y sont venus.
La rencontre avec le starets n’a laissé aucune trace dans l’œuvre de SOLOVIEV. Ce métaphysicien dont la pensée cherchait une synthèse chrétienne, tout en évoluant dans le cercle de l’idéalisme néoplatonicien et allemand, ce grand visionnaire qui vivait dans une tradition mystique étrangère à celle du christianisme, cet utopiste épris de l’idée théocratique, était insensible à la tradition vivante de l’Orthodoxie, aux réalités historiques de l’Église russe de son époque. Il est passé à côté du startchestvo sans le remarquer. Pourtant, dans son Récit sur l’Antichrist, saisi de cette angoisse apocalyptique qui marqua la fin de sa vie, SOLOVIEV représentera l’apôtre SAINT JEAN, témoin de l’Église d’Orient, revenu vers la fin des temps, sous les traits d’un starets russe.
La même image du moine russe se présenta à l’esprit de DOSTOÏEVSKI lorsqu’il voulut incarner dans son œuvre l’idéal de la sainteté. Il ne pouvait pas ne pas penser à sa rencontre avec le starets AMBROISE en créant le personnage du starets ZOSSIME dans Les frères Karamazov. Tout le décor extérieur, la description du monastère jusqu’aux moindres détails, l’attente des visiteurs, la scène de la réception chez le starets, font penser à OPTINO. Mais le starets Zossime n’a presque rien de commun avec le père AMBROISE. C’est une figure assez pâle, trop idéalisée pour être un portrait peint sur le vif. Zossime reproduit plutôt quelques traits de SAINT TIKHON DE ZADONSK (XVIIIe siècle) ; de fait, DOSTOÏEVSKI s’est servi des écrits de l’évêque de Voronège en rédigeant les enseignements du starets Zossime.
CONSTANTIN LÉONTIEV, ce grand antagoniste de DOSTOÏEVSKI, affirmait que Les frères Karamazov n’ont pas trouvé de crédit à OPTINO. Ce christianisme en couleurs roses aurait, selon LÉONTIEV, une empreinte de sensibilité maladive étrangère à l’esprit du monachisme russe. Cette remarque est juste dans une certaine mesure : le génie trouble, dionysiaque de DOSTOÏEVSKI n’était pas fait pour apprécier le sobriété spirituelle si caractéristique pour le startchestvo en général et surtout pour OPTINO à l’époque du starets AMBROISE. Mais, d’autre part, on peut se demander si LÉONTIEV lui-même a jamais compris la tradition johannique de la spiritualité russe incarnée par SAINT SÉRAPHIM DE SAROV et le starets AMBROISE. En effet, LÉONTIEV cherchait autre chose dans l’Orthodoxie : épris de la beauté païenne de l’être créé, esthète craignant que le progrès du christianisme n’aboutisse à l’appauvrissement des formes naturelles de la vie, LÉONTIEV ne pouvait désirer la transfiguration de la créature. Dans l’Église, il cherchait uniquement son salut individuel, un idéal ascétique, des paroles austères sur la mort, sur la vanité de toutes choses, la crainte de DIEU qu’il pourrait opposer à son attachement passionné au cosmos non purifié, à son admiration devant la «beauté fallacieuse et captivante du mal».
Rien de plus étranger à l’esprit d’OPTINO que le christianisme de LÉONTIEV. Et pourtant, ayant une fois rencontré le starets AMBROISE, cet homme fantasque et passionné n’a plus voulu le quitter : il passa quinze ans dans la petite maison qu’il se fit construire dans l’enceinte du monastère. Sur le conseil du père AMBROISE, CONSTANTIN LÉONTIEV se fit moine au monastère de la Trinité-Saint Serge en 1890.
D’autres maîtres de la pensée russe ont ressenti l’attrait irrésistible d’OPTINO. LÉON TOLSTOÏ a eu quelques entretiens avec le starets AMBROISE. Excommunié, solitaire, malade, c’est encore à OPTINO qu’il viendra, dans un élan d’angoisse, quelques jours avant sa mort, pour rôder autour du skite sans oser y entrer… STRAKHOV, ROZANOV, combien d’autres encore, à un moment de leur vie, se sentirent attirés vers OPTINO, porté à l’apogée de sa gloire par le starets AMBROISE.
LE PÈRE AMBROISE était de taille moyenne, mais très voûté. Il marchait péniblement en s’appuyant sur une canne. Infirme, la plupart du temps il restait allongé et recevait les visiteurs à demi-couché sur son lit. Beau dans sa jeunesse, le starets avait un visage pensif quand il restait seul, gai et animé en présence des autres. Ce visage changeait sans cesse d’expression : tantôt le PÈRE AMBROISE regardait son interlocuteur avec tendresse, tantôt il partait d’un rire jeune et communicatif, ou bien il penchait la tête et il écoutait en silence ce qu’on lui disait pour rester ensuite quelques minutes dans une méditation profonde avant de prendre la parole. Les yeux noirs du starets fixaient celui à qui il parlait et on sentait que ce regard pénétrait jusqu’au fond de l’être humain, que rien ne pouvait lui rester caché ; pourtant, on éprouvait un sentiment de bien-être, de détente intérieure, de joie. Toujours affable et gai, plein d’humeur, le starets AMBROISE avait une plaisanterie sur les lèvres même aux heures de fatigue extrême, vers la fin de la journée, quand il avait parlé douze heures de suite aux visiteurs qui se succédaient dans sa cellule.
Chaque matin, il se préparait à sa tâche quotidienne en priant seul dans sa cellule. C’étaient les seuls moments où le PÈRE AMBROISE ne laissait entrer personne, ne voulant pas qu’on le vit pendant sa prière. Les personnes qui essayèrent de pénétrer chez lui malgré cette défense expresse ont vu le starets assis sur son lit, plongé dans la prière ; son visage exprimait une joie indicible ; la présence de DIEU était tellement manifeste que les visiteurs n’osèrent point rester un instant de plus dans la cellule. Un jour, un hiéromoine du skite, entrant chez le PÈRE AMBROISE à l’heure de sa prière, vit la face du starets resplendir d’une lumière insupportable au regard humain.
.
Guérisons
Pour éviter toute manifestation trop éclatante de sainteté, le starets AMBROISE n’opérait jamais de guérisons ; il envoyait les malades à un puits béni où ils recouvraient la santé après une immersion. Mais les signes miraculeux se multipliaient. Un jour, lorsque les gens se pressaient dans la cour du monastère pour recevoir la bénédiction du starets, on entendit quelqu’un pousser un cri de surprise : «C’est lui, c’est lui !» Ayant aperçu l’homme qui criait, le starets devint tout confus, mais il était trop tard pour dissimuler le fait : l’homme a reconnu dans le PÈRE AMBROISE le vieillard qui lui était apparu en songe, quelques jours auparavant, l’invitant à venir à Optino pour recevoir une aide efficace dans sa situation désespérée.
.
Bilocations
Un autre cas d’apparition du starets AMBROISE à une personne qui avait besoin de lui est encore plus étonnant. Il faut dire que le starets, infirme, ne quittait presque jamais OPTINO, sauf pour se rendre à Chamordino. C’est dans ce monastère, au milieu de ses filles spirituelles, qu’il passa la dernière année de sa vie.
À cette époque, un pauvre gentilhomme de province, accablé d’une famille nombreuse, ayant perdu sa place d’intendant chez un riche propriétaire, eut l’idée de se rendre à OPTINO. Il espérait que le starets AMBROISE dont il avait beaucoup entendu parler pourrait le tirer d’embarras. Un jour, il aperçut par la fenêtre un vieux moine-pèlerin qui passait devant sa maison en s’appuyant sur une canne. Selon l’habitude pieuse des campagnards russes, le gentilhomme fit entrer le vieux moine et lui offrit à manger. Il lui conta ses peines et lui exprima son désir d’aller à OPTINO. Le vieux pèlerin dit à son hôte que le PÈRE AMBROISE se trouvait à Chamordino et lui conseilla de s’y rendre au plus vite s’il voulait trouver le starets encore vivant. Le pèlerin venait de sortir lorsque la maîtresse de la maison voulut le retenir jusqu’au lendemain. On courut le chercher, mais le vieillard avait disparu. Quelle fut la surprise du pauvre gentilhomme à Chamordino lorsqu’il reconnu dans le starets AMBROISE le vieux pèlerin qu’il avait accueilli chez lui quelques jours auparavant. Il se prosterna devant le starets, voulant tout révéler, mais le starets lui coupa la parole : «Tais-toi, tais-toi», et il ajouta en désignant une dame qui se trouvait dans la foule des visiteurs : «Tu seras intendant dans sa propriété»
Venu à Chamordino dans l’été de 1890, le starets AMBROISE, tombé malade, dut y rester tout l’hiver. Au printemps de 1881, il se sentit un peu mieux, mais une faiblesse extrême l’empêchait de rentrer à OPTINO. Il continuait à recevoir les visiteurs du matin au soir bien que sa voix fut devenue si faible qu’on entendait à peine ce qu’il disait. Les moines d’OPTINO réclamaient le retour du starets dans son monastère, on parlait même de l’y ramener de force, mais le PÈRE AMBROISE répondait qu’il restait à Chamordino par une volonté expresse de DIEU et qu’il mourrait en route si on le menait à OPTINO. L’évêque de Kalouga exigea à son tour le retour du starets dans le skite. Vers la fin septembre, il manifesta son désir de se rendre personnellement à Chamordino pour parler raison au PÈRE AMBROISE. Les sœurs, se préparant à recevoir l’évêque, demandèrent au starets ce qu’il faudrait chanter lors de son entrée solennelle. Le starets répondit : «Nous lui chanterons «Alléluia» Il dit aussi qu’il avait l’intention de rencontrer l’évêque au milieu de l’église, ce qui était contraire aux usages.
L’état du malade s’aggrava. Il perdit totalement l’ouïe de sorte que les visiteurs qui ne cessaient de l’assiéger même sur son lit de mort durent écrire leurs questions sur une grande feuille de papier. À partir du 6 octobre, on attendit la fin d’une heure à l’autre. Le starets reçut l’onction des malades et communia, assisté par son disciple et successeur, le PÈRE JOSEPH D’OPTINO. C’était le 9 octobre. L’ARCHIMANDRITE ISAAC, abbé d’OPTINO, qui vint pour la dernière fois rendre visite au grand starets, fondit en larmes en le voyant. le lendemain, le moribond resta sans mouvement. Le 10 octobre, à onze heures et demi, après la lecture des prières du trépas, le starets AMBROISE leva le bras, fit le signe de la croix et cessa de respirer. Son visage était clair, ses lèvres gardaient un sourire de joie profonde.
À ce moment, l’évêque de Kalouga quittait sa ville pour se rendre à Chamordino. En route, il reçut le télégramme lui annonçant la mort du starets. Lorsque, trois jours après, l’hiérarque fit son entrée dans l’église de Chamordino, le chœur chantait l’Alléluia de l’office funèbre. Le cercueil ouvert du PÈRE AMBROISE se trouvait au milieu de l’église.
Longtemps avant sa maladie, le starets avait averti le PÈRE JOSEPH que sa dépouille, contrairement à celles de ses prédécesseurs LÉONIDE et MACAIRE, dégagerait une odeur de putréfaction. «Cela m’arrivera, disait-il, parce que j’ai eu trop de gloire imméritée durant ma vie» En effet, au début, une odeur se fit sentir, mais elle disparut progressivement. Au jour de l’enterrement, le corps du starets exhalait un parfum étonnant. Plus de huit mille personnes vinrent saluer ce corps qui resta exposé pendant quatre jours. Chacun cherchait à faire placer un instant sur la dépouille du starets un mouchoir ou un pan d’étoffe pour le conserver ensuite comme un objet sacré. Les monastères d’OPTINO et de Chamordino se disputaient la sépulcre du PÈRE AMBROISE ; le Saint Synode, mit au courant de ce litige, se prononça en faveur d’OPTINO.
Le 14 octobre, sous une pluie d’automne, le corps du starets AMBROISE fut transporté à OPTINO. Le cercueil, porté haut sur les épaules, dominait la foule immense. Dans tous les villages, le clergé et le peuple venaient se joindre à la procession avec des icônes et des bannières. On s’arrêtait de temps en temps pour faire des litanies. Ce convoi mortuaire ressemblait plutôt à une translation de reliques. On remarqua que les grands cierges, qui entouraient le cercueil, ne s’éteignirent pas en cours de route malgré l’intempérie.
Quelques années avant sa mort le starets AMBROISE avait fait peindre une icône de la SAINTE VIERGE bénissant les blés moissonnés. Il l’appela NOTRE SOUVERAINE MOISSONNEUSE, et institua sa fête le 15 octobre. Ce fut justement le jour où son corps devait être livré à la terre.
Le starets AMBROISE fut enterré près de l’église du monastère d’OPTINO, à côté de son maître, le starets MACAIRE. Plus tard, une chapelle fut érigé sur sa tombe où des lampes brûlaient perpétuellement devant les icônes de la VIERGE et de SAINT AMBROISE DE MILAN, patron du starets. Sur la pierre tombale, on grava les paroles de SAINT PAUL :
«J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns».
Article paru dans la revue Contacts, XIV (1962).
Reproduit dans VLADIMIR LOSSKY et NICOLAS ARSENIEV, La paternité spirituelle en RUSSIE aux XVIIIe et XIXe siècles. Éditions de l’Abbaye de Bellefontaine, 1977.

.

https://lh3.googleusercontent.com/YMqI6U3cWwjx_tCKmiDcDIVS2QB1WwK8HUBaO2S1UG9SOIQSwUPw806qpj3zSksYhgym69ZnKJKqCzvft4VOxMI4sJsgKhaMEd7kPqNW9r40BhgnW60txZgi_jFexckM1IjjqLyZhZNeJB5Y44I0zxpEgbddsFhax_wc_Z89y-Uws8wdilNywxbxWX5RTs8qDb8IAMvs11NG7zJ4xQZDMarFqPOiiIHwbI85cUzXzXWvyHXTLJshek4f5aCR9JvAa4Egv2_YUnZXCE4ebgTW9kz7-bJX6V8scCz5Q6xsPUFqCZVsY5pbQOBpOM4MSKvz7_luGL01zDASCADCUKpqBKKeAB1ggCq6e_eWT6o-F382jNJ9ID9MtBWdGN6NQuVRuvd9MI0wJ--Sx2LQKzmUOlqtGILWVN6WzLcoKnqwNrzhZyFvTwZ7y4-oRI-Dg7Tg9YWuqB_dC8PTrYh3lFCcQ1TXtjCbj8ZC83ugK4r4AEV4DoszbqHLwb2hgp8ptpgrvU0ulZDv9h2phGPK0zVLjtzAYvIX25JFmvZ7aMZupukWzb_FTblPKj57uKYXfCJL-3ks9Q=w149-h200-noPROPHÉTIES
.
SAINT AMBROISE (également connu sous le nom de Staretz AMBROISE) est l'un des plus connus des startsy d'OPTINO. L'Église orthodoxe russe l'a déclaré saint en 1988 et sa mémoire est célébrée le 10 Octobre.
Mon enfant, sache que dans les derniers jours, des moments difficiles viendront, et, comme le dit l'Apôtre, voici, à cause du peu de piété, les hérésies et les schismes apparaîtront dans les églises, et puis, ainsi que les saints Pères l'ont prédit, sur les trônes des hiérarques et dans les monastères, il ne sera plus possible de trouver des hommes qui soient fermes et expérimentés dans la vie spirituelle.
C'est pourquoi, les hérésies se propageront partout dans le monde et tromperont beaucoup de gens. L'Ennemi de l'humanité agira habilement, et chaque fois que cela sera possible, il conduira les élus à l'hérésie. Il ne commencera pas par le rejet des dogmes de la SAINTE TRINITÉ, de la divinité de JÉSUS-CHRIST, ou par le rejet de la MÈRE DE DIEU, mais il commencera imperceptiblement à fausser les enseignements des saints Pères, en d'autres termes, les enseignements de l'Église elle-même.
La ruse de l'ennemi et ses façons d'agir seront remarqués par un très petit nombre - mais uniquement par ceux qui sont les plus expérimentés dans la vie spirituelle. Les hérétiques s'empareront de plus en plus de l’Église, partout dans le monde, et ils nommeront leurs serviteurs, et la spiritualité sera négligée.
Mais le Seigneur ne laissera pas Ses serviteurs, sans protection. En vérité, leur devoir véritable [aux démons] est une persécution des vrais pasteurs et leur emprisonnement, car sans cela, le troupeau spirituel ne pourra pas être pas capturé par les hérétiques. Par conséquent, mon fils, quand, dans les Églises, tu verras que l'on se moque des actes divins, de l'enseignement des saints Pères, et de l'ordre établi de DIEU, sache que les hérétiques, sont déjà présents. Sois également conscient que, pendant quelque temps, ils pourraient cacher leurs mauvaises intentions, ou bien encore ils pourraient déformer la foi divine d'une manière cachée, afin de mieux réussir à détourner et à tromper les gens inexpérimentés.
Ils persécuteront de la même manière les pasteurs et les serviteurs de DIEU, car le Diable, qui dirige l'hérésie, ne peut pas supporter l'ordre divin. Comme des loups dans la peau de moutons, ils seront reconnus par leur vaine gloire naturelle, l'amour de la luxure, et la soif de pouvoir. Tous ceux-ci seront des traîtres, qui provoqueront la haine et la malveillance partout, c'est pourquoi le Seigneur a dit que l'on pourra facilement les reconnaître à leurs fruits. Les véritables serviteurs de DIEU sont doux, ils aiment leur frère et obéissent à l'Église (dans l'ordre, et les traditions).
À cette époque, les moines subiront de fortes pressions des hérétiques, et la vie monastique sera ridiculisée. Les familles monastiques seront pauvres, le nombre de moines diminuera. Ceux qui resteront seront en butte à la violence. Ces contempteurs de la vie monastique, qui ont seulement l'apparence de la piété, s'efforceront d'attirer des moines de leur côté, leur promettant protection et biens (id est le confort), mais menaceront d'exil ceux qui ne se soumettront pas. A cause de ces menaces, les faibles de cœur seront très tourmentés.
Si tu vis jusques en ces temps-là, réjouis-toi, car à ce moment-là les fidèles qui ne possèdent pas d'autres vertus recevront des couronnes de fleurs simplement en restant fermes dans leur foi, selon la Parole du Seigneur,
.
«Tous ceux qui me confessent devant les hommes, je les confesserai devant Mon PÈRE Céleste».
.
Crains le Seigneur, mon fils, et ne perds pas cette couronne afin de ne pas être rejeté par le CHRIST dans les ténèbres extérieures et la souffrance éternelle. Reste bravement debout dans la foi, et, si nécessaire, supporte avec joie les persécutions et les autres épreuves, car alors seulement le Seigneur se tiendra à tes côtés ... et les saints martyrs et confesseurs verront avec joie ton combat.
Mais, en ces jours, malheur aux moines attachés aux possessions et aux richesses, et qui, pour l'amour du confort, accepteront de se soumettre aux hérétiques. Ils apaiseront leur conscience en disant : «Nous allons sauver le monastère, et le Seigneur nous pardonnera». Malheureux et aveugles, ils ne pensent même pas que par les hérésies et les hérétiques, le Diable entrera dans le monastère, et ce ne sera plus un saint monastère, mais des murs nus d'où la Grâce partira à jamais !
Or DIEU est plus puissant que le Diable, et il n'abandonnera jamais Ses serviteurs. Il y aura toujours de vrais chrétiens, jusques à la fin des temps, mais ils choisiront des lieux solitaires et déserts. Ne crains pas les épreuves, mais aie crainte de l'hérésie pernicieuse, car elle chasse la grâce, et nous sépare du CHRIST, c'est pourquoi le CHRIST nous a commandé de voir l'hérétique comme un païen et un publicain.
Mon fils, affermis-toi dans la Grâce de JÉSUS-CHRIST. Avec joie, hâte-toi vers la confession [de la foi] et endure les souffrances de JÉSUS-CHRIST comme le bon soldat à qui a été dit : «Sois fidèle jusqu'à la mort, et Je te donnerai la couronne de Vie».
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après

https://lh3.googleusercontent.com/dX46hR3BUsCt9yt1s2oLC1OHNxSLGEzuw2t5Gy_0G8X8oFm4MPjHLNeyny6F2FRDKpTFSNojpQblv1ifXZaqfe1U_sVPRIm-c-8QGNN5eJVmNcl2tuItxEoxzzjAPA7xkfsrBGXTe4oP674Iz5yROWgl3zoYA_nRynmlVR8EMI-IVtHYkPP-G2MKe0mZcq_TtVXQyKa0yExn5zPibxkd-rMzYkqMTs5l4bXxKJwOm-yVVhhoL80PZVLcUyOlC6qwM0CUBeqDAz5xeZAZCpPhuWFoRe9Rjwa_mgze-2TBchut2RnyMwS0CO3SkjZXdGm-eRbOzArVkeEmwY-S7_FoXgUh5QAWSsk-W43W0_bGt1-2RkJcKKCXlOIEqq_3s35lvjf9piq2EC48-X8k23v0O8xkiVXTAerOVJTbpXdj2T7bq4FkH8WZPK4bFoGgBVtqzH8FqRogd7AHV_puy84tVvf3T86GNdiI5cPnF_7Q4tcgctIKS2pjFk0YMThX0NsNi2eBp2MUzY86EBbuD3Ab5BTj4L5REF84NtEhpwpeaFngLthg4Xa5q97xfdnzFQjtRtP9hg=w136-h50-nohttps://lh3.googleusercontent.com/dX46hR3BUsCt9yt1s2oLC1OHNxSLGEzuw2t5Gy_0G8X8oFm4MPjHLNeyny6F2FRDKpTFSNojpQblv1ifXZaqfe1U_sVPRIm-c-8QGNN5eJVmNcl2tuItxEoxzzjAPA7xkfsrBGXTe4oP674Iz5yROWgl3zoYA_nRynmlVR8EMI-IVtHYkPP-G2MKe0mZcq_TtVXQyKa0yExn5zPibxkd-rMzYkqMTs5l4bXxKJwOm-yVVhhoL80PZVLcUyOlC6qwM0CUBeqDAz5xeZAZCpPhuWFoRe9Rjwa_mgze-2TBchut2RnyMwS0CO3SkjZXdGm-eRbOzArVkeEmwY-S7_FoXgUh5QAWSsk-W43W0_bGt1-2RkJcKKCXlOIEqq_3s35lvjf9piq2EC48-X8k23v0O8xkiVXTAerOVJTbpXdj2T7bq4FkH8WZPK4bFoGgBVtqzH8FqRogd7AHV_puy84tVvf3T86GNdiI5cPnF_7Q4tcgctIKS2pjFk0YMThX0NsNi2eBp2MUzY86EBbuD3Ab5BTj4L5REF84NtEhpwpeaFngLthg4Xa5q97xfdnzFQjtRtP9hg=w136-h50-nohttps://lh3.googleusercontent.com/dX46hR3BUsCt9yt1s2oLC1OHNxSLGEzuw2t5Gy_0G8X8oFm4MPjHLNeyny6F2FRDKpTFSNojpQblv1ifXZaqfe1U_sVPRIm-c-8QGNN5eJVmNcl2tuItxEoxzzjAPA7xkfsrBGXTe4oP674Iz5yROWgl3zoYA_nRynmlVR8EMI-IVtHYkPP-G2MKe0mZcq_TtVXQyKa0yExn5zPibxkd-rMzYkqMTs5l4bXxKJwOm-yVVhhoL80PZVLcUyOlC6qwM0CUBeqDAz5xeZAZCpPhuWFoRe9Rjwa_mgze-2TBchut2RnyMwS0CO3SkjZXdGm-eRbOzArVkeEmwY-S7_FoXgUh5QAWSsk-W43W0_bGt1-2RkJcKKCXlOIEqq_3s35lvjf9piq2EC48-X8k23v0O8xkiVXTAerOVJTbpXdj2T7bq4FkH8WZPK4bFoGgBVtqzH8FqRogd7AHV_puy84tVvf3T86GNdiI5cPnF_7Q4tcgctIKS2pjFk0YMThX0NsNi2eBp2MUzY86EBbuD3Ab5BTj4L5REF84NtEhpwpeaFngLthg4Xa5q97xfdnzFQjtRtP9hg=w136-h50-no

dimanche 13 septembre 2015

L'ÉGLISE ET LES MIGRANTS

https://lh3.googleusercontent.com/WYldN4jCaUzQlKTOwkfmUzOK0oKFvBtnuvyTI1vUzUxG53_Fms_5jNFTMsb1JBt2ZGAAvl5HZgkuZyB5GW7TD1p_LCmU9hrzwd_npagMC3LB5Y7VS-eN3hk0n2a5-Or4T1rTWj1tmVkUfitQphymuDmN9FtfyT9ewcZVW-LJmEfsIHy0JTUU3UTWahjPQIh9tooG7ITeH83SV2qti3ikJuosw_Vh-DglQXCucmmTfrO2WkUv-Tfa-PcuQPy-OC5ci7DpSu7eiFHSDWcYf2aj-BsB70qRvMTUcddsd-8lfqT-Umtxp61LXljMK5j36GRNSqd7FAzBuM-xjaCbGWaIXCpzf5E3sfWjFCRD4FhCTZemIjgJ5jS4ZrWRGfKNLSw3qiIGMszof2x4dsqcTI3DDzzVgVQfQyR69YxSypyTue-9B4FycfNCW_ZVjLmxDKi745dax69E4tDw0uCtfLW3DdGz5Nx4QrmlaXf95ZQpK6b2Ma57s32Nv0qCcQy3lff5AuEIAWsSKYlykpM1ESP2VWPEkT1EbsHEwf_iT2pSI_0_2ge3pn4HzQNZfKkkavHV9FobZg=w91-h101-no'ÉGLISE ET LES MIGRANTS
.
.
.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/8FIJtildsHzBh65vUG-iXMQk-swbaAfsYEXLR_5AtbXzBSSGiI4oRCHhWi47IHGH_ovwNocHepmrITFuH0a1acwy0FYb_aIVvgMTnCxycAS5__5sha-V-_FOZ-z5Rmq8B4nHsaxHGpoVMSw18T0oLCNXFulXgOCvdA0MUIETTBd7hujkzrZvc54fD5ceG1KlE7fNUooidxzx7A8JMfpNojUOyEYBUiWNEEQ6V94FvcUHrSKkGJOB1IPHNHPdVdyg_-q_TyDfGne81CYSgR3OiXpbBJBtcbyZoTiuwUqN3RqCeNUCqujloGko4YQN9PTjVtLPWNcqJoXw9TCo52w9fwmVTXudH3OVamN1-sS17X8-cpfrxz2xbNfsv_bP5DAk5nyRV57OsATOjtmJbqQYgAHmCnr7o0pfeWwW52MayAG7b-3WUA-kjWe9rTZB4VkuXbbFzKI9Zqyi56iwFtPd1MoptqB86iCBP7zwoQrW9XPbZANCWWtGBFzF_NG2eyhC24CBKeho4Zxze0JHOfenHkfwYG0Ie9YMtRjKtLtRSEGNwkkn1BX8rO6swTaCt8wha9G7Jw=w115-h114-no
.
LE VATICAN SE PRÉPARE AUSSI À ACCUEILLIR DES RÉFUGIÉS
7 SEPTEMBRE 2015 LA CROIX
.
À la suite de la demande du PAPE FRANÇOIS, les deux paroisses vaticanes s’apprêtent à accueillir chacune une famille de réfugiés, sans les loger à l’intérieur de la CITÉ DU VATICAN
.
En demandant aux paroisses d’EUROPE d’accueillir des réfugiés, dimanche 6 septembre, le PAPE FRANÇOIS A PRÉCISÉ que le VATICAN et ses deux paroisses participeraient aussi à la mobilisation. «C’est une surprise pour tous !», a reconnu le lendemain l’aumônier du PAPE, Mgr KONRAD KRAJEWSKI, à LA CROIX.
.
L’évêque polonais, qui effectue les œuvres de charité au nom du pape à ROME, s’apprêtait ce lundi 7 septembre à aider à trouver deux familles «qui veulent rester en ITALIE, car beaucoup souhaitent se rendre en ALLEMAGNE ou en AUTRICHE». Mgr KRAJEWSKI comptait s’adresser au CENTRE BAOBAB, lieu près d’une gare romaine qui accueille temporairement des réfugiés et que le PAPE FRANÇOIS soutient «depuis deux ans».
.
PAS D’INSTALLATION À SAINTE-MARTHE
.
«Les deux familles ne seront pas installées à SAINTE-MARTHE», précise l’évêque, en référence à la résidence vaticane où vit le PAPE FRANÇOIS : «Le but n’est pas de les loger à l’intérieur du VATICAN mais de leur louer un appartement dans ROME» Une date d’accueil n’était pas encore fixée. Le mois dernier, le populiste MATTEO SALVINI, chef de la LIGUE DU NORD, avait défié l’ÉGLISE CATHOLIQUE à accueillir les migrants au VATICAN.
.
Il revient d’abord aux paroisses de s’organiser. La CITÉ DU VATICAN en compte deux : celle de la BASILIQUE SAINT-PIERRE et celle appelée SAINTE-ANNE, la plus accessible car située presque en bordure de rue à la porte du même nom.
.
Cette paroisse est confiée aux AUGUSTINIENS. «Ouverte très tôt le matin, l’église accueille le personnel civil et ecclésiastique travaillant au VATICAN, mais aussi les paroissiens du quartier et tous les pèlerins qui le souhaitent», décrit l’agence spécialisée sur le VATICAN, I. MEDIA. Son curé est le P. BRUNO SILVERSTRINI.
.
Mais, comme l’a précisé le porte-parole du VATICAN, le P. FEDERICO LOMBARDI : «Quand le pape parle des paroisses, il parle des communautés paroissiales, insérées dans leurs territoires, et non seulement des curés avec leurs maisonsc «Canoniques», les communautés paroissiales pourront trouver dans des formules diverses les voies adaptées pour réaliser cet accueil» Dans certains diocèses, les paroisses sont désormais organisées en unités pastorales.
.
«L’Église est prête à se mobiliser pour l’accueil», a réagi le PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES D’ITALIE, Mgr ANGELO BAGNASCO, également surpris par l’appel explicite du PAPE. Selon la CARITAS italienne, les structures catholiques reçoivent déjà entre 15 et 20 000 migrants chaque jour dans la PÉNINSULE.
.
LE PRÉCÉDENT DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE
.
La dernière mobilisation du VATICAN pour des réfugiés remonte à la SECONDE GUERRE MONDIALE. Après la rafle des juifs de ROME, le 16 octobre 1943, PIE XII avait ordonné discrètement que l’ensemble des bâtiments religieux de la VILLE ÉTERNELLE (églises, locaux paroissiaux, séminaires, couvents,..) reçoivent tous les juifs qui demanderont l’asile. Des milliers de réfugiés furent aussi accueillis dans les villas de CASTEL GANDOLFO, la résidence d’été des papes.
.
JORGE BERGOGLIO se montre personnellement sensible au sort des réfugiés et plus généralement des migrants depuis le début de son pontificat, dont le premier déplacement, en juillet 2013, fut sur l’ÎLE DE LAMPEDUSA. Le 1er octobre dernier, il reçut à SAINTE-MARTHE une délégation d’ÉRYTHRÉENS ayant survécu à un dramatique naufrage un plus tôt, lequel avait suscité l’engagement de l’opération italienne de sauvetage, MARE NOSTRUM, par le chef du gouvernement, ENRICO LETTA.
.
«LES COUVENTS VIDES»
.
Lors d’une visite, il y a deux ans, à un centre d’accueil de réfugiés, tenu à ROME par les JÉSUITES, LE PAPE avait déjà appelé les communautés religieuses à «faire davantage» en faveur des migrants. «Les couvents vides ne servent pas à l’Église pour les transformer en hôtels et gagner de l’argent. Les couvents vides ne sont pas les nôtres, ils sont pour la chair du CHRIST que sont les réfugiés. Le Seigneur appelle à vivre avec générosité et courage l’accueil dans les couvents vides», avait-il déclaré. «ROME devrait être la ville qui permet de retrouver une dimension humaine, de recommencer à sourire», ajoutait celui qui compare la mission de son Église à celle d’un «hôpital de campagne après une bataille».
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/2UCGRQJ2yKGqW2DXd73kcU3gCCo54JaJ2RLyY9JE6Hqxxww6a7rFAnuncZnJQltc26suW-EmOTzXhTynuZ6sH7bUaLN-ASfne_8sy6tgRpVdXdC13Lt8-twJljEv9J1sP_p9r8QCAa0xjfMKdlKrIu_zwlgGolqW7tjM6Z621XWjR0_wlXcz_fwx1qFYS1iOZtqFtEqdZxyu-2VsInFtMDfw__KW3AviF8QM0jfz4yonx_wQ4Go16U61bOtvVYXTFBolsJ0qVFUtOiQL7vcAKZDaN0LOrm5l0lpnhZjQOxVtikIxVaeBrdANPrF53TPIRPmc92e_lOa1Dbh5sw1pVU4l9QyNFIDYCcmGeysWZDDpgzXYkldG7P5qL3Dt5DZtkP8ZCvncQzEXDe-y_h6V10oCNIPozHGZPK_MMDbyeh6MTI5V7Ukfl7AO03xbMBTBxHOz-5NUVh-4XBou9Kwm1XWzYBQENiEil_tQq1q1AY_ANm7ZyugiWO0CiESfNBWiHNws-xYIkkHd2GwWtI7FAg69qJcUNFoaKSQYgVPj3uV3bbfbAXysIxRVf64kTCjn4sVkAA=w84-h57-no
.
ISLAMISTES AU VATICAN
.
https://lh3.googleusercontent.com/UBtkW5hEvcBJxZj9GuNWcWVnjgGFFQ3UIo78JRkXUiHmRi5PBrttp3rShk8QXosJeXPLMM_bL5EpgGDgPFh_S71187DQm5e14ozP02hemJMjodlf_ISgDk4hjgrDQws8txNHeOpWLl0bMfsumnaDeuujb1ARhzcMk11Tyetns7zvCEvj6Ax3ek55dErwBnVOywXDfLmnGXMKYM_ssLeSecq-Wn2NNORZZysqXUM402__a6mQfiIwtW_KWSNHBoagmFTL0Njs_cFXvY2i2C31MMuT_UF7NyExhKEmLEcqSWKe1e_64Xk8IemaVBGl0i4S3O80tNPBEVJvi3hqv3FBAya_65Lj7SAiYrLnHIIolpVs4XTqJ7C4vvFSx56lowj_ljo4S8REubvqm0e_4TXd9_QrAz4GlBhdbdv-M789x7W7-VWC-g8u2RbsHIODNwqdwqSTF4qcQDxj4WhtyeDvdw9gbYwadMI5-DccDX02SC4Hlm4-bRE5uMRCuor-AhXYIJ7iAqzJbVa9_LiyG2DU-EkKneTm9vuEI9CdckSJhmIDOxag-De-u_X0xnaRbPPUWwMrvg=w400-h333-no
Celui qui se promène dans les rues très fréquentées qui entourent la PLACE SAINT-PIERRE, du BORGO PIO au BORGO SANT-ANGELO, en passant par le BORGO VITTORIO, peut constater que, pour beaucoup de musulmans, au nombre desquels les très rigoristes salafistes et 
wahabites, il est devenu habituel de se faire prendre en photo sur fond de BASILIQUE SAINT-PIERRE. Les serveurs des nombreux restaurants et trattoria, qui portent sur ces agissements fréquents le regard le plus averti, le confirment. Ils ne viennent pas seulement en touristes. Beaucoup semblent être des éclaireurs, des messagers précurseurs de ce qui vient. Dans les quartiers autour du VATICAN s’établissent de plus en plus de musulmans.

SIGNE DE VICTOIRE DEVANT LA BASILIQUE SAINT-PIERRE - «VEUX-TU ALLAH ?»

Dans le supplément du vendredi du quotidien LA REPUBLICA, le vaticaniste FILIPPO DI GIACOMO a écrit un article intitulé : «Toujours plus de prière musulmane autour de SAINT-PIERRE» dans lequel il relate l’accroissement du nombre des musulmans à ROME et dans les rues et ruelles qui entourent le VATICAN.

DI GIACOMO parle aussi de groupes d’hommes, en oripeaux orientaux et barbus, qui se rassemblent et font des selfies devant SAINT-PIERRE. D’une main ils tiennent leur smartphone et, de l’autre, ils font le signe de la victoire. Si ce geste demande à être interprété, la première pensée qui vient à l’esprit en tout cas est tout sauf rassurante.

DI GIACOMO parle surtout d’hommes barbus qui, dans les rues et sur les places autour de la BASILIQUE SAINT-PIERRE, interpellent Romains et touristes : «Veux-tu ALLAH ? Aimes-tu ALLAH ?».

TANDIS QUE LE VATICAN DISCUTE, LE QUARTIER PONTIFICAL A LA PLUS FORTE CONCENTRATION DE MUSULMANS

Des 9 heures du matin, chaque jour, des musulmans recrutent pour l’ISLAM, à l’ombre de la coupole de SAINT-PIERRE. Ils brandissent le CORAN et portent en bandoulière des panneaux de propagande pour ALLAH et l’ISLAM. Cette image est, entre-temps, devenue familière dans beaucoup de villes européennes. De HAMBOURG à COLOGNE, STUTTGART et ZURICH, de VIENNE à BERLIN, ils «agrémentent» aussi le paysage urbain des contrées germanophones.

Même à ROME les musulmans barbus invitent à prier ALLAH. Il ne manque ni de grands, ni de petits, voire de tout petits espaces de prière, souvent à l’arrière d’un magasin tenu par un immigré musulman. Il y en a aussi dans les quartiers autour du VATICAN et ils sont de plus en plus nombreux.

Pendant que leurs coreligionnaires musulmans font la chasse aux chrétiens au PROCHE-ORIENT et en AFRIQUE, les violent, les pourchassent et les massacrent, les islamistes font autour de SAINT-PIERRE la chasse aux prosélytes, sans être inquiétés.

«Pendant qu’on discute au VATICAN, le quartier pontifical a déjà la plus forte densité de lieux de prière musulmans de ROME», affirme DI GIACOMO
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/0AMUUlgERK4uCcli4x_MvYtWtEpL6kAsVzS1fOLOofnglKfi1mBmTA6OzPhPoIOC0ZYufJfcAIXoYfKE0Ht0tzrkHPAHOA4GDtcVX5tCm_2GVHAsVXIfvbT1sWtnxp70reG_VQFqlBh8UgG0U-q8W7YBqQWK24ZRw5-AvD-trEs5443ixQy6cynjX8fITeroNdxyBOzqT3JBQoD69EvDn5wbJZtjy50R8Su8zDsWCRnAEoQV7jsawb_yI8gCffUBUQd3y4z6P4XLc0MKeBZ1lrX8vq56cXJC3YLxU-thqDyrWP_fT6gzcN6FbGvKMpqlPzHi-ao06S7V-tt5MBWWRpXCqKQtosrUScb6miia3g4nwiAP9agcGBeIhRzMbyvMMJuKSPpAZFH1Ymxc91CnIbDrSz2aTumDlXlTyKJrt9t2Nx8Zb7ie4QT2lC5sF5ztZ1ldT2Mq_Vd4FMXWo6gOJTjORW3fGGWORB9VN0m4nLWiOq6Rg86YTQWmFQYbyyZ4ZPLqUz6cc-XeCxzMEI_gh8LiiqfudlAirpxx4zcc7l-aa7etOrtmGZ7q9exzbp5paGyYvw=w125-h70-no .
Mgr HOSER EVEQUE DE VARSOVIE : VERS L’EUROPE MUSULMANE
9 SEPTEMBRE2015 YVES DAOUDAL
.
«Je crois que l'EUROPE connaît actuellement une période analogue à celle du haut MOYEN ÂGE, lorsque les peuples nomades ont afflué arrivés ici en provenance d'ASIE. Et que va-t-il se passer, maintenant ? Probablement, l'EUROPE sera musulmane, cela ne fait aucun doute : si les tendances ne changent pas, si le taux de natalité européenne demeure si faible qu’il n’y a pas de remplacement des générations, alors ce sera une EUROPE musulmane où les chrétiens joueront le même rôle qu’ils jouent actuellement au PROCHE ORIENT. Dans une mer de musulmans, il y a toujours eu des petites communautés chrétiennes qui ont survécu, bien qu’aujourd'hui elles ne soient même plus en état de survivre».
 .
L'archevêque considère que les vagues de migration musulmane vers l'EUROPE vont se replier sur le communautarisme, plutôt que s’assimiler, et que ce phénomène va se combiner avec une profonde crise spirituelle et existentielle en EUROPE.
.
HOSER pense que cette EUROPE moderne rejette la religion et adopte un relativisme moral, et que c’est cette EUROPE suicidaire qui alimente une
«culture du suicide» en refusant de faire des enfants.

 .
Il condamne les Européens
«décadents», estimant que l'ISLAM ne fait que respecter les lois de la nature, qui veut que chaque vide soit comblé. L'EUROPE se meurt, et l'ISLAM se développe. Selon l'archevêque, l'EUROPE se trouve donc sur la voie de la domination totale par l'ISLAM.
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/hloEt6G_vhuiMpu4gQyJNV5yoGpG9AVRhb8Fy859YugXpRYevgOlskOkvSwf_oCs0An4INpoc_px05SxpmtIuS1KeSG-qfVR6sb45PYoMkkzrLMPBEQTbpXt4q6BaIXLc1di7KjSBbw5CJCRoUVzjuvAMxVM8Lep9KfpceGKyxZYqe_K7_W4BnTayDEt_cxfgDZhIfJaORzke5P6FAKfKp1TZ3afg2lSnY9Ul99x_7jPNY2IcFw6FGZRSm_pCSzN9nz9GaAjf1iD8sGfYRBXtUaOwGIc1BzVujgn4-xZI40rHOsHj7ka5V5LfqxEVxcE-afuV54xpk5vftt6xK27Ej44pt5u9e6udtBIicz467Jgh_ZcBaDsqSK8AZyZFd2qCUgZvng4PexxWCaA4GeY1Q42GfGFdlT2EUURgSr0U732WEvTaJYE8qUdIJEvSKm8mMNh4Zp_9Km3M2gU1y44s4k-BGX98Qbj3BM7_2M28wrDJuSKbtw5Uqd0sB-Z3vYMvc79hyh0F4D6Hj5qE8I9z5pFspPMppoyHyC1nNOyMZChX-VCx8xik8tCXOeJUm-my6ijEA=w126-h216-no .
PÈRE ZAHLAWI «LA MENACE QUI PÈSE AUJOURD’HUI SUR LA SYRIE PÈSE SUR LE MONDE ENTIER»
9 SEPTEMBRE 2015 CHRISTIANOPHOBIE HEBDO  
LE PÈRE ZAHLAWI, PRÊTRE À NOTRE-DAME DE DAMAS, EN SYRIE, DÉCLARE
.
«La FRANCE est à la remorque des ÉTATS-UNIS et d’ISRAËL et n’a plus aucune autonomie dans sa politique internationale ! Elle suit des intérêts qui ne sont pas les siens, et qui détruisent notre pays. Réveillez-vous ! Rendez-vous compte que vous perdez votre humanité, après avoir perdu votre chrétienté ! Un christianisme qui s’aveugle sans combattre le mensonge se renie lui-même. Une humanité qui nie la dignité de tout être humain n’en est pas une..
Et c’est pourtant ce que fait l’OCCIDENT aujourd’hui vis-à-vis du peuple syrien. Certains attaquent, d’autres se taisent. La FRANCE en fait partie, et c’est à vous de contrer la politique criminelle de vos gouvernements en dénonçant leurs mensonges !

 .
Priez pour nous, et pour vous, et soyez sûrs d’une chose : la menace qui pèse aujourd’hui sur la SYRIE pèse sur le monde entier. Il y a une manière de la combattre et c’est urgent : cherchez la vérité et transmettez-la, sans relâche»
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/LfvV7gRNMOrQ60nSW7Jmgr_JIoKd3Ns0ghOEWC1QWRjit2ZRNX4UOlTKEtCtjSg50lSdx8hBFYCNgREIORs-292tW_zzWftEb5G0ggjIIj-ggAxwUzqudnInGBbOIDZMezjgpYEP-0C3J48K0QB6_AoUSiinK2MM679uJLx9pfq4Jt4vDfZL0FOjB5kHAYrG_7lNlHXSSdk_seUZO8wMJKY4qZgYU8JFm6l9_obzcSXRKNsa50Yzo1fyBtQTadNwSF4fPlHfzZrkjNWdwnuajqsoRd0eDx1GsqEbDeIxqwDIi4cGZU-yvXRGy4VsT8mA8QquSeDLSolqVdi5qBHb7xXZVNWOns2WXehQYLvBFXiWgRqmmt8-AmHWziHeuityHiEdH2C1lwzpme1WgXDuKMz9F_BRH5rd3pbErxAPf98SfjNCvOenEHmMeNfOcoWCsFm89Mdbf_Gk6P4T4ox_r3zIDbTyMsCtwwxurKKJWFlSN9Ifhs212yU8oI96aYXV5g7ualqGTfwF4ie6tr74C02_NQOFsto8lYtaKIQ6H3XI5gHw_ODXBWLZYRpNw95NCJiCJQ=w320-h155-no
PÈRE DOUGLAS JOSEPH SHIMSHON AL-BAZI PRÊTRE CATHOLIQUE CHALDÉEN ET ANCIEN CURÉ DE LA PAROISSE MAR ELIYA DE BAGDAD «LE CANCER EST À VOS PORTES»
28 AOUT 2015 CHRISTIANOPHOBIE
.
À la suite de tant de prêtres et de prélats lucides, affrontés à l’ISLAM au MOYEN-ORIENT, le Père AL-BAZI rompt avec l’aveuglement de trop de religieux et de politiciens occidentaux, et nous lance un avertissement qu’il faut prendre au sérieux…
.
Le dimanche 23 août, au grand MEETING CHRÉTIEN de RIMINI, qui attire aussi chaque année de grandes personnalités du monde politique et économique, le père DOUGLAS JOSEPH SHIMSHON AL-BAZI, originaire de BAGDAD et actuellement curé catholique d’IRBIL, dans le KURDISTAN IRAKIEN, où il officie auprès des réfugiés, a prévenu les Italiens et les Européens : «En ITALIE, les musulmans vivent parmi vous et cohabitent avec vous. Mais quand c’est toi, le chrétien, qui dois vivre au milieu des musulmans, alors la cohabitation est impossible» Ayant lui-même subi les exactions de musulmans, enlevé et torturé pendant 9 jours, et travaillant désormais auprès des réfugiés chrétiens qui ont fui l’avancée de l’ÉTAT ISLAMIQUE, le père AL-BAZI sait de quoi il parle.
 .
Pour lui, l’ÉTAT ISLAMIQUE est le vrai visage de l’ISLAM. Les musulmans radicaux de l’ÉTAT ISLAMIQUE font ce que faisait MAHOMET il y a 1400 ans. «Les musulmans modérés n’existent probablement plus en IRAK», a encore dit le curé d’IRBIL, avertissant que les générations d’islamistes à venir seront sans doute encore pires.
.
Face à l’arrivée massive de musulmans, qu’on a vu refuser les paquets de la CROIX ROUGE à la frontière macédonienne sous prétexte qu’ils n’étaient pas HALAL, le prêtre catholique prévient les Européens : «Le cancer est à vos portes. Ils vont vous détruire» […]
.
«Nous, chrétiens, sommes le seul groupe à avoir vu le visage du mal, l’ISLAM», a encore prévenu le père AL-BAZI. «Priez pour mes frères, aidez-les, sauvez-les», a-t-il supplié les personnes présentes, car «ce qui arrive à mon peuple est un génocide, et le seul qui le reconnaisse est le PAPE FRANÇOIS»
.
.
.
PÈRE BOULAD JESUITE : «L’EUROPE RISQUE DE DEVENIR UNE CIVILISATION ISLAMIQUE»
17 JUILLET 2015 1D.FR
.
«Il y a une conspiration du «politiquement correct» actuellement en Occident. On camoufle la vérité, principalement par des médias qui filtrent les informations. L’État et les politiciens disent ce qu’ils veulent vous dire. Vous ne savez, de ce qui se passe là-bas, que ce qu’on veut bien vous dire. On trouve que j’exagère, mais je l’affirme haut et fort : l’EUROPE risque de devenir une civilisation islamique. Les enjeux sont énormes et les Européens sont un peu dépassés. Derrière le discours sympathique et ouvert, il y a toute une stratégie qui se dévoile : la TAQQYA (*), le droit à la dissimulation pour servir les intérêts de l’ISLAM. L’OCCIDENT s’est laissé piégé par ces beaux discours. […]
.
L’ISLAM PEUT-IL SE RÉFORMER ?
.
Face au fixisme ou fondamentalisme, notamment de la grande université du CAIRE, AL AZAR, le courant réformiste a échoué à s’imposer en ÉGYPTE.

 .
Le dialogue islamo-chrétien, ouvert par le CONCILE VATICAN II, est un échec dans les faits. C’est une très bonne démarche, mais il y avait un piège, que l’ÉGLISE n’a pas encore réalisé : on est tombé dans la TAQQYA. Les réunions autour de petits fours et les tapes dans le dos n’aboutissent à rien. Depuis 50 ans, le dialogue islamo-chrétien n’a abouti à rien. On se refuse de réfléchir à cela. Ce que je préconise, c’est un dialogue islamo-musulman. Une nuée de musulmans sont contre l’ISLAM radical et violent. C’est à eux de prendre les choses en main ! »
.
(*).
La TAQÎYA (on trouve parfois les orthographes TAQIYYA ou TAKIA) (arabe : TAQĪYA,
تقيّة, venant du verbe prévenir, se prémunir) est une pratique consitant à dénier ou cacher sa foi sous la contrainte, afin d’éviter tout préjudice. Au sein de l’ISLAM, il s’agit d’une pratique qui fait notamment partie de la catégorie juridique chiite des choses permises par la CHARÎ’A, mais qui est condamnée par certains musulmans sunnites. La notion de TAQIYA existe également au sein du babisme..
Cette mesure de prudence, qui permet aux musulmans soit de pratiquer leur foi en secret dans certaines circonstances de force majeure, soit de dissimuler aux yeux du plus grand nombre des vérités d’ordre ésotérique dont le soufisme, offre un large domaine d’application. Néanmoins, l’utilisation de la TAQÎYA demeure marginale au sein de la population musulmane
.
.
.
https://lh3.googleusercontent.com/agIJQi_AU1X7LkWQeU5-oeJO4ibejSlUfBdeIn5sKHvhaiRLueFY5z8qkeDyeiAeZnaxq4WJ2Ngbw8Ps40iBSObw5EPmo46Q5cqibHy4lnltCEp0unJPv0k-pUT8EseZiCAhAw0CbjUJO-CnRcfTZ9wpeqF5RQU74Mz9qs265CvKbJxVuGphFKu8Kx--n8D48Oxg78WPyHHPchaori3uSmOPIiYxz3kdYOn6VQMyFSULyzri4qBAmurE5wdIfFmX5IFnSc-inbGLMHqEVdVawkZwyRdcFvvVgDvhKU1LOst1F2KSIHRXQpzY71RkgFoEGNrrC1mSWlHXFkcWjtmZQFjDQ5k_ySsHRFBGRDRN5Kwt5hO6Di_GYGzRc-axcwuVM11XgqIUzXlTqJ4QGMptiH9xrrvB4Zzgy-ZmWTTGFAD2B24FhwstR4WEvDuJjV-UPtNTMnAFt7_0HcL657Cjru_Fz_rnbUIBMJcjs1_5dWR8pf3r9TIj2aux3FTqAbOLan0aVNlIQ8UE_I90n9Zs28lTbfwcTApKwzkXqHvF2smFwEc9ZWRVP33-vBuPyvqwLGft2A=w320-h155-no L’AVERTISSEMENT TERRIBLE DE AMEL NONA ARCHEVÊQUE DE MOSSOUL À L’OCCIDENT
22 AOUT 2014 CHRISTIANOPHOBIE
.
«Nos souffrances d’aujourd’hui constituent le prélude de celles que vous Européens et chrétiens occidentaux subirez aussi dans un proche avenir» déclare AMEL NONA, 47 ans, archevêque chaldéen de MOSSOUL qui a fui à ERBIL. Son message est sans ambigüité : le seul moyen d’arrêter l’exode des chrétiens des lieux qui ont vu leur origine à l’époque préislamique, c’est de répondre à la violence par la violence. NONA est un homme blessé, écrasé de douleur mais non résigné.
 .
«J’ai perdu mon diocèse. Le lieu physique de mon apostolat a été occupé par les radicaux musulmans qui veulent que nous nous convertissions ou que nous mourions. Mais ma communauté est toujours vivante (…)
.
Je vous prie, essayez de nous comprendre, s’exclame-t-il. Vos principes libéraux et démocratiques ne valent rien ici. Vous devez repenser notre réalité au MOYEN-ORIENT parce que vous accueillez dans vos pays un nombre toujours plus grand de musulmans. Vous aussi vous êtes en danger. Vous devez prendre des décisions fermes et courageuses, même au prix de contredire vos principes.
.
Vous pensez que tous les hommes sont égaux (…). Mais ce n’est pas vrai. L’ISLAM ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas les leurs. Si vous ne le comprenez pas à temps, vous deviendrez victime de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous»
.
.
.
.